L’optimisation Google My Business : 7 étapes simples

L’optimisation Google My Business : 7 étapes simples

Pour toute entreprise, la fiche Google My Business est essentielle, à plus forte raison si la géolocalisation compte dans votre activité. Gratuite et facile d’utilisation, elle permet à l’internaute de vous trouver sur la base d’une simple requête. Pour cela, il n’a même plus besoin d’indiquer la ville, sa position est identifiée et les résultats locaux apparaissent dans Google Maps. Comment faire ressortir la page de votre établissement ? En la complétant le plus possible. Vous montrez ainsi votre dynamisme à Google et il aime ça ! Lisez ce qui suit pour tout savoir sur l’optimisation Google My Business. (suite…)

Nos meilleures astuces SEO pour voir son site décoller

Nos meilleures astuces SEO pour voir son site décoller

Tout le monde le sait, il n’existe pas de vérité en matière de référencement naturel. Néanmoins, tous les référenceurs s’accordent à dire qu’il y a 3 éléments indispensables pour améliorer son site internet : le rédactionnel, la technique et les backlincks. Pour ces 3 volets, découvrez nos meilleures astuces SEO. N’attendez plus pour booster les performances de vos textes en appliquant immédiatement nos super tips SEO.

Chouchouter le contenu rédactionnel : l’astuce SEO imparable

Écrire des textes longs

Je suis sûre que vous l’avez déjà lu quelque part : Google est un obsédé textuel. Le contenu est ce qui lui permet de comprendre de quoi parle votre page. C’est important pour la « ranger » dans la bonne case et la faire apparaître sur la requête que vous visez. La question qui revient souvent est : « combien de mots doivent contenir mes textes ? »

On a coutume de dire que le corps éditorial d’une page doit comporter au moins 300 mots. Si pour certains mots-clés, ce quota peut suffire, pour d’autres, il faudra le multiplier par 5 ou 6. Plus vous écrivez sur votre sujet, plus vous développez le champ sémantique associé et plus vous employez de requêtes alternatives qui permettent à Google de contextualiser vos propos.

Vous voulez vraiment que je réponde à la question ci-dessus ?

✏️ Alors, super tips SEO #1 ! Regardez ce que fait la concurrence et faites une moyenne de la longueur des contenus des 3 premiers. Vous obtiendrez le nombre de mots minimum à viser.

Rédiger des contenus pertinents et de qualité

Depuis la mise à jour Panda en 2011, le géant américain place la qualité des textes au-dessus de tout. Évidemment, il a tout à gagner : en faisant ressortir des contenus qui correspondent à l’intention de recherche des internautes, il consolide sa position de moteur incontournable. Aussi, vos pages doivent répondre à la requête tapée et offrir un contenu pertinent. Pour cela, visez l’originalité, les angles différenciants. Ne vous contentez pas de recycler des articles déjà lus des dizaines de fois et qui n’apporteront rien à vos lecteurs, si ce n’est un sentiment de réchauffé (et encore, bien tiède !). Cherchez des sources fiables et créez des contenus exceptionnels. Vos textes doivent faire ressortir votre expertise dans votre domaine. C’est un des 3 volets du concept d’E.A.T (Expertise, Autorité et Confiance) qui fait désormais partie des guidelines de Google.

Publier régulièrement

Si vous pensiez pouvoir publier sur votre blog un article de temps en temps, vous vous trompez. Plus vous mettrez du contenu frais sur votre site, plus les robots des moteurs de recherche prendront l’habitude de le visiter. Vous devez donc l’alimenter à fréquence régulière. Pour les sites vitrine ou les e-commerces, comment faire ?

✏️ Super tips SEO #2 : ouvrez une section blog ! Elle vous permettra d’ajouter du contenu nouveau et à intervalles fixes. Vous enverrez ainsi des signaux positifs à Google.

Si publier fréquemment vous semble contraignant, il existe encore une fois une astuce.

✏️ Super tips SEO #3 : établissez un calendrier éditorial et prévoyez vos parutions des mois à l’avance.

Adopter la bonne stratégie de mots-clés

Arrêter le bourrage de requêtes clés

Le bourrage de mots-clés ou keyword stuffing relève du paléolithique du référencement naturel. Bon j’exagère un peu, mais cette stratégie est complètement dépassée aujourd’hui, et à prohiber. Lorsque vous vous apprêtez à rédiger un article, dressez votre liste de requêtes à intégrer. Inutile de placer la principale 30 fois dans votre texte. Google pénalise ce type de pratique de toute façon. En plus, vous alourdirez votre style, rendant le contenu déplaisant à lire. N’oubliez pas que vous écrivez d’abord pour l’internaute. Aussi, variez le vocabulaire autour de votre mot-clé principal et disposez vos requêtes de manière parfaitement naturelle.

Viser juste pour ses requêtes

Le choix de vos mots-clés est déterminant pour votre positionnement. Si vous convoitez des requêtes avec de forts volumes de recherche et une concurrence importante, mais que votre site ne fait pas le poids, vous n’avez aucune chance d’apparaître dans les premières places. Vous vous dites sans doute qu’il vous suffit de cibler celles dont l’indice de compétition est moins élevé ? Oui… mais non. Tout le monde fait cela. Alors, comment faire ? Travaillez plutôt les équivalences ou les longues traînes.

Vous voulez encore un truc SEO de folie ?

✏️ Très bien, super tips SEO #4 : pensez à la recherche vocale. On ne s’exprime pas de la même manière à l’oral qu’à l’écrit, cela ne vous aura pas échappé. Admettons que vous vous intéressiez aux objets musicaux anciens. Sur un moteur de recherche, vous taperez « qu’est qu’un gramophone ». À Google, vous direz « c’est quoi un gramophone ». Si l’envie vous vient d’écrire un article sur le sujet, pensez donc à intégrer des requêtes issues de la recherche vocale.

Bichonner les zones chaudes de ses pages

Pour que vos pages réagissent bien aux critères de pertinence des moteurs de recherche, il est nécessaire de soigner leurs zones chaudes. Ce sont les critères dits on page (ou in page).

Soigner le title et la métadescription

En SEO, la balise title est absolument essentielle. C’est elle qui apparaît en bleu dans la page de résultat (SERP) et sur votre navigateur, dans l’onglet de la fenêtre internet. Son libellé doit contenir la requête clé travaillée. Il doit être descriptif et donner envie à l’internaute de cliquer. En ce sens, il doit être copywrité.

Quant à la métadescription, si elle ne constitue pas un critère de pertinence pour l’optimisation, elle doit néanmoins être soignée. C’est souvent elle qui incite au clic, en complément d’un bon title. Il s’agit du petit résumé placé juste en dessous. S’il n’est pas un minimum « sexy », cela peut dissuader l’internaute d’aller plus loin (comprenez de visiter le site). Si vous n’en mettez pas ou si le moteur de recherche juge le texte non pertinent au regard du contenu de la page, il piochera lui-même un passage qui lui semble représentatif (et qui contient le mot-clé principal).

Le contenu affiché des balises title et métadescription est limité en longueur.

✏️ Super tips SEO #5 : utilisez un simulateur de SERP en pixels pour vérifier que les phrases ne seront pas tronquées à l’affichage.

Optimiser les intitulés d’URL

L’URL est l’adresse web de votre page. On rencontre parfois des URL farfelues, avec des chiffres, des lettres… Or, elles doivent être lisibles et compréhensibles. Pour une fois, il ne s’agit que d’une optimisation à l’intention des robots et non des internautes. Qui regarde en effet la barre d’adresse en dehors des pros du référencement naturel ? Aussi, l’URL doit contenir votre nom de domaine et les mots-clés travaillés sur la page.

✏️ Super tips SEO #6 : utilisez le trait d’union pour séparer les termes. En effet, l’underscore, ou tiret bas, n’est pas supprimé par Google : il est traité comme un caractère à part entière. Google risquerait donc de prendre vos mots-clés isolés par le « tiret du 8 » pour des mots composés.

Faire des liens internes

Si Internet s’appelle aussi la Toile, ce n’est pas pour rien. Le Net n’est rien d’autre que des pages qui communiquent via des liens hypertextes. Vos pages doivent donc être liées entre elles (et avec des sites externes, mais nous n’aborderons pas cette partie ici) : c’est le maillage interne. Liez vos contenus entre eux : articles de blog vers produits, articles entre eux…

Vous voulez encore un truc SEO ?

✏️ Super tips #7 : soignez vos ancres de liens, ces textes qui vont renvoyer vers une autre page. Oubliez les « cliquez ici pour en savoir plus sur la formation en rédaction web de Lucie ». « Ici » n’est pas descriptif de la page de destination. Préférez « changez de vie avec la formation en rédaction web de Lucie ».

meilleures astuces SEO

Optimiser ses images, l’astuce référencement naturel souvent oubliée

Eh oui, ces pauvres images sont bien souvent délaissées, car beaucoup méconnaissent leur potentiel SEO. Or l’attribut alt de la balise image est pris en compte par Googlebot et consorts. Les photos et infographies peuvent donc apporter du trafic. Alors, autant remplir l’attribut alt – qui s’affichera si l’image ne se charge pas – et avec les bons mots-clés tant qu’à faire. Dois-je préciser que ceux-ci doivent être en rapport avec le contenu de la page ?

Chercher des backlinks de qualité

Les backlinks ou liens entrants ont un poids considérable pour le référencement naturel d’un site. Chaque propriétaire de site doit donc tout faire pour obtenir des liens pointant vers son site. Le danger serait de rechercher ces précieux sésames tous azimuts et de faire l’acquisition de backlinks qui au final, le desserviront. Il est essentiel de viser des sites en lien avec l’activité. Un blog proposant des coachings de développement personnel ne tirera aucun bénéfice d’un lien entrant en provenance d’un élevage de chats persans. Il convient donc d’établir, là aussi, une véritable stratégie pour identifier les sites d’intérêt.

✏️ Super tips #8 : chaque page externe apportant ce que l’on appelle du « jus de lien », il est bien plus intéressant d’obtenir un lien d’un site puissant que plusieurs de petits sites.

J’espère que cet article, avec ses nombreuses astuces en référencement naturel, vous aidera à booster le SEO de votre site. Si vous avez besoin d’approfondir les notions abordées, n’oubliez pas que Lucie propose une formation ultracomplète pour devenir rédacteur web SEO en 6 mois.

Stéphanie Soulier – Correctrice, rédactrice et chargée éditoriale dans l’équipe de Lucie Rondelet, ancienne élève Origami 4

Comprendre le SEO : petit guide pour débutants

Comprendre le SEO : petit guide pour débutants

Vous envisagez de vous former à la rédaction web, mais l’apprentissage du SEO vous fait peur ? Vous doutez de vos capacités ? J’étais comme vous. À la recherche d’une carrière nomade, je découvre la rédaction web grâce à Lucie Rondelet en 2019. Tout de suite, c’est le déclic : j’ai trouvé ma voie… jusqu’à la découverte du référencement naturel : sueurs froides, palpitations, remise en question. En tant que novice dans tout ce qui concerne les nouvelles technologies, j’ai l’impression que ces concepts abscons ne sont pas faits pour moi. Mais j’insiste, je persévère, je me forme. Et là, Ô surprise ! Ce n’est pas si sorcier. Il suffit de se familiariser avec le fonctionnement du SEO et le vocabulaire. Pour vous mettre sur la voie, je vous propose ici un petit guide pour comprendre le SEO.

Définition du SEO

En matière de SEO (prononcer « S – I – O », il faudra vous y faire), le vocabulaire est souvent en anglais. Je vous invite à parcourir ce petit lexique bien utile, qui m’a sauvée de nombreuses fois. SEO est le sigle de Search Engine Optimization, qui se traduit par optimisation pour les moteurs de recherches, également appelée référencement naturel. Vous voilà bien avancé, hein ? Je vous entends déjà vous dire « euh… oui, mais concrètement, qu’est-ce que le SEO ? »

Il s’agit d’un ensemble de mesures qui permettent aux sites internet de se positionner dans les premiers résultats naturels (ou organiques) des moteurs de recherches. Lorsqu’on tape des mots-clés dans la barre de recherche de Google, une page de résultats apparaît : c’est la SERP, Search Engine Results Page. Le SEO a pour but de faire ranker les sites internet sur la première page de la SERP, idéalement en première position. Le graal est la position 0, dite featured snippet (extrait mis en avant).

Il faut distinguer le SEO du SEA, qui veut dire Search Engine Advertising, autrement dit : la publicité sur les moteurs de recherches. Avec le SEA, on paye pour que le site internet figure en haut de la première page, dans les annonces. Le SEO est gratuit, il s’agit des sites internet qui apparaissent juste en dessous.

Voilà pour la signification du SEO. C’est bien beau me direz-vous, mais ça n’apaise pas pour autant vos craintes : ce qui vous effraie (enfin, ce qui m’effrayait, moi) c’est comment faire de l’optimisation SEO ? Ne vous inquiétez pas, on y arrive.

Comprendre le SEO pour optimiser un site web

Avec plus de 70 % de parts de marché, Google est de loin le premier moteur de recherches utilisé par les internautes. La tendance est donc de satisfaire les algorithmes de Google en priorité. Et justement, le SEO consiste à essayer de comprendre ses critères, pour qu’il place le site en bonne position. Bien entendu, le secret de ces algorithmes est aussi bien gardé que la recette du Coca-Cola. Google se contente de donner quelques recommandations pour nous mettre sur la voie.

Attention de ne pas tomber dans l’excès de la sur-optimisation et des pratiques black hat. Pour comprendre le SEO et plaire à Google, il faut construire le site internet comme une jolie boutique. Elle doit être bien rangée et organisée et proposer des produits de qualité, facilement accessibles. Plusieurs mesures sont possibles.

Les paramètres techniques d’optimisation SEO

En lisant le mot « technique » combiné au mot « SEO », je sens que l’inquiétude vous gagne. Pas de panique, ces actions relèvent d’experts en codage et référencement et n’entrent pas dans le domaine de la rédaction web. Mais vous devez les connaître pour comprendre le référencement naturel. Il s’agit entre autres :

  • du fichier robots.txt qui indique à Google quelles pages il doit explorer ;
  • de l’arborescence du site internet, avec un sitemap et des listes de fils d’Ariane ;
  • de l’adaptation du site à la navigation sur mobile (site responsive) ;
  • de la mise en place de backlinks (liens externes) performants ;
  • etc.

Maintenant que ces aspects techniques sont écartés (ouf ! ;-)), Concentrons-nous sur la mission du rédacteur web SEO.

Les aspects rédactionnels de l’optimisation

L’identification de la requête et ses variantes

Tout d’abord, il faut déterminer la requête principale qui sera le sujet du texte. C’est un travail d’enquête assez amusant. Quelle est l’intention de recherche ? Autrement dit, quels mots sont tapés par les internautes pour rechercher les informations que vous voulez leur donner ? Est-ce que c’est une recherche populaire (fréquemment demandée aux moteurs de recherches) ? Quels sont les sites qui sont positionnés sur cette requête ? Sont-ils optimisés ? Est-il possible de leur faire concurrence et d’être référencé devant eux ?

Une fois la requête principale choisie, le rédacteur cherche des variantes – ou synonymes – de la requête principale, mais aussi le champ sémantique. L’idée est d’insérer tous ces mots aux bons endroits pour que les robots de Google les repèrent facilement et qu’ils puissent identifier le sujet de l’article. La subtilité est de placer ces mots-clés de façon naturelle, sans alourdir le style. Le texte doit être agréable à lire.

Le balisage HTML du texte

Si vous êtes comme moi avant de me former, les lettres « HTML » ont tendance à vous provoquer des éruptions cutanées. Pour ma part, je pensais que c’était quelque chose de très compliqué qui impliquait des connaissances en codage informatique. Or, pas du tout ! C’est juste un coup à prendre. Les balises Hn permettent de structurer le texte : un titre (balise title), des sous-titres (balises H2), des sous-sous-titres (H3), etc. Le tout, bien hiérarchisé et organisé. On peut mettre en gras les mots importants, en italique les citations, etc. Les paragraphes doivent être structurés et courts.
— > Suivre un cours gratuit en balisage HTML sur YouTube

La longueur idéale d’un texte optimisé pour le Web

Il est important d’adapter la longueur du contenu rédactionnel. Un texte trop court risque de ne pas être compris par les Google bots, et donc de ne pas bien se placer sur la SERP. Pour un article optimisé SEO, il faut compter minimum 1 000 mots. S’il y a beaucoup de concurrence sur la requête clé choisie, il est préférable de rédiger un article plus long que ceux des autres.
–> visionner la vidéo de Lucie à ce sujet

Les autres critères pour le référencement naturel

Le rédacteur web peut être amené à mettre en place d’autres mesures pour optimiser le texte, notamment :

  • le maillage interne : placer des liens entre les différentes pages du site internet ;
  • optimiser les images et les vidéos (balises Alt) ;
  • adapter l’URL ;
  • rédiger la méta description ;
  • placer des liens externes de qualité ;
  • etc.

Pour favoriser le référencement naturel, le site internet doit être actif. C’est-à-dire qu’il doit être alimenté régulièrement avec de nouveaux contenus, par exemple en publiant des articles de blog.

Une bonne optimisation implique la publication de contenus de qualité, basés sur des sources fiables. Les textes doivent être originaux, sans contenu dupliqué, mais aussi bien écrits, aérés et fluides.

Comprendre le seo guide pour debutant

Pourquoi faire du SEO ?

C’est un élément essentiel de la prestation du rédacteur web. C’est en outre un très bon levier pour convaincre des prospects de vous confier des missions de rédaction. Selon des statistiques de 2019, 31,7 % des internautes cliquent sur le premier résultat organique de la SERP. Les sites positionnés sur les trois premiers résultats concentrent 75,1 % des clics. Les internautes ne sont plus que 3 à 4 % à cliquer sur les résultats en positions 7 à 10. Seulement 0,78 % cliquent sur un site situé sur la deuxième page de résultats. Plutôt convaincant comme argument, non ? En améliorant le référencement d’un site internet, vous boostez sa visibilité et augmentez le trafic, le taux de conversion et donc le chiffre d’affaires de votre client.

Vous l’aurez compris, le SEO est incontournable. Aujourd’hui, contre toute attente, je trouve que c’est un exercice amusant et stimulant. J’espère vous avoir rassuré et avoir « démystifié » le SEO avec cet article. Pour bien comprendre le SEO, il est important de se documenter, de se tenir informé des mises à jour et bien entendu, de suivre une bonne formation !

Inga Penverne – Rédactrice SEO, ancienne élève Liberté

Sources :

  • Backlinko, We analyzed 5 million Google search results : Here’s What We Learned About Organic Click Through Rate, 27/08/2019.
  • Google, Bien débuter en référencement naturel (SEO)
  • Net Marketshare – Market Share Statistics for Internet Technologies
  • Formation en rédaction web FRW par Lucie Rondelet
Faire une Veille SEO Efficace : tout ce que vous devez savoir

Faire une Veille SEO Efficace : tout ce que vous devez savoir

Si vous êtes rédacteur web SEO, vous savez que vous devez vous tenir informé de l’actualité des moteurs de recherche. Pourtant, la veille SEO reste peut-être pour vous une notion purement conceptuelle, surtout si vous n’avez aucune idée de la méthodologie à adopter pour la réaliser correctement. Conséquence ? Vous reportez inlassablement cette tâche, qui en plus, avouez-le, ne vous emballe pas. Eh bien vous avez tort ! Rester informé des nouveautés du référencement naturel est fondamental dans votre activité. Je vous explique tout de suite ce que vous devez savoir pour faire une veille SEO efficace. Bientôt, vous ne pourrez bientôt plus vous en passer.

Veille SEO : définition

C’est le fait d’être à l’affût des évolutions des moteurs de recherche, de leurs nouveautés et des tendances qui se dessinent. L’idée, c’est de collecter les informations issues de l’actualité du référencement naturel via plusieurs sources fiables, peu importe le support : articles, vidéos, podcasts, infographies, interviews, livres blancs, etc., pour ensuite les analyser et les synthétiser.

Pour être réalisée efficacement, la veille doit être continue. Cela vous effraie ? Cela ne devrait pas, car je vais vous donner des conseils et astuces pour y passer un minimum de temps.

Faire une veille SEO : un indispensable du rédacteur

Le monde du Web, et du SEO en particulier, évolue à une vitesse fulgurante et de manière permanente. Des techniques de référencement naturel peuvent vite se révéler has-been (ou pire, black hat) au gré des mises à jour des algorithmes de Google. C’est pourquoi tout bon rédacteur web SEO professionnel devrait se tenir informé de l’actualité des moteurs de recherche au travers de sources pertinentes et d’une méthodologie efficace. Vous devez maîtriser les attentes de Google, connaître les bonnes pratiques et avoir toujours un temps d’avance. Et si vous ne le faites pas pour vous, faites-le pour vos clients, ils vous en seront reconnaissants et ne pourront plus se passer de vous !

Repérez ce que l’on appelle les « signaux faibles ». Si le « buzz » ne passe pas inaperçu, la « vraie » veille consiste à déceler, parmi une foultitude d’informations, celles qui sont vraiment dignes d’intérêt (une mise à jour des algorithmes, une modification dans l’apparence des SERPs, un bug aussi, etc.). D’actu SEO sérieuse, vous pouvez même basculer sur de l’info ludique, comme lorsque vous découvrez le tout dernier easter egg concocté par le géant américain. Vous ne voyez pas de quoi je parle ? Tapez dans Google « Cha Cha Slide », « Super Mario brothers » ou encore « Do a barrel roll » pour voir. Alors, ennuyeuse la veille ?

Finalement, la recherche et l’analyse des nouveautés de votre environnement métier traduisent surtout un certain état d’esprit et une certaine curiosité. N’est-ce pas là une qualité fondamentale du rédacteur web SEO ? Mais gare à ne pas tomber dans l’infobésité. Si vous ne voulez pas que votre productivité s’écroule, la veille ne doit pas occuper tout votre temps. Il est donc important de cibler les bonnes sources d’information. Et c’est ce que nous allons voir tout de suite.

Les sources à suivre pour les actualités SEO

Lucie vous a déjà parlé des sites à suivre pour connaître les SEO news. Récemment, elle a demandé à Olivier Andrieu quels sont ses conseils pour faire une bonne veille SEO et il lui a donné ses bonnes adresses – ou plutôt URLs devrais-je dire. Je partage ses adresses avec vous, et les complète avec mes bons plans, parce que j’en ai aussi !

Les blogs

Les blogs anglophones

Vous êtes à l’aise avec l’anglais ? Alors c’est un vrai plus, car le Web anglophone est une source précieuse d’informations. La littérature internet est riche et en plus, elle vous permet d’avoir une vision sur les tendances SEO venues d’ailleurs. Si la langue de Shakespeare n’est pas votre « cup of tea », sachez qu’il n’est jamais trop tard pour s’y mettre. Les blogs de référence sont (entre autres) :

Les blogs francophones

Le paysage internet francophone n’est pas en reste, avec des sites de poids parmi lesquels :

Et n’oubliez pas non plus de consulter les blogs de Google (et de Bing si vous avez des clients qui veulent se positionner sur le marché américain) :

Les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sont de précieux alliés pour faire une veille SEO efficace. C’est tout particulièrement le cas de Twitter. Suivez les comptes officiels de Google et ceux de ses porte-parole :

  • John Mueller (@JohnMu) et Gary Illyes (@methode) de Google Zurich ;
  • Danny Sullivan (@Searchliaison) à Mountain View, le berceau de la firme américaine ;
  • et Vincent Courson (@VincentCourson) de Google Dublin : d’origine française, c’est à lui que les référenceurs français ont naturellement tendance à poser leurs questions, d’autant que ses réponses sont toujours très fiables.

Si vous suivez les blogs des grands noms du référencement, lire leurs posts sur les réseaux sociaux (LinkedIn notamment) peut s’avérer une perte de temps, puisque l’information se trouve déjà sur leur site. Mais vous pouvez aussi choisir de consulter l’actualité du SEO via les réseaux sociaux et d’approfondir en parcourant les articles s’ils vous intéressent. Vous faites votre veille dans le sens que vous voulez !

Les chaînes YouTube

Grâce aux chaînes YouTube spécialisées, vous pouvez parfaire vos connaissances tout en surveillant les tendances SEO : citons Abondance, Google webmasters… et la chaîne YouTube de Lucie Rondelet ! D’ailleurs, si ce n’est pas déjà fait, n’hésitez pas à vous y abonner. Les vidéos sont une bonne option si vous n’avez pas envie de lire du texte ou si vous avez plutôt une mémoire auditive.

Les alertes Google et Google Trends

Google vous permet de vous inscrire gratuitement à des alertes par mail. Définissez un mot-clé et choisissez à quel rythme vous souhaitez recevoir les informations dans votre boîte aux lettres. Vous pouvez le faire pour tous les secteurs qui vous intéressent, que ce soit le SEO, vos thématiques de prédilection en rédaction web ou pour suivre les requêtes clés de vos clients. De cette manière, vous découvrez également de nouvelles sources de contenu, très ciblées, et êtes rapidement informé de l’actualité. N’hésitez pas à affiner vos critères avec une syntaxe de recherche avancée pour recevoir des contenus vraiment adaptés (guillemets, astérisque, OR, ET, allinurl:, etc.).

Jetez aussi un œil de temps en temps à Google Trends pour détecter des tendances de recherche et exploiter, le cas échéant, les données temporelles pertinentes et les « buzz ».

Les newsletters

En vous abonnant à des newsletters, vous pouvez suivre les nouveautés du référencement (et du Web en général) et vous étoffez vos connaissances. L’avantage ? L’information vient à vous directement dans votre boîte mail. L’inconvénient ? L’information vient à vous directement dans votre boîte mail… et peut contribuer à l’engorger. Pour ne pas en arriver là, faites régulièrement du tri dans vos abonnements. En matière de référencement naturel, la lettre hebdomadaire d’Olivier Andrieu fait bien sûr autorité (promis, il n’y a aucun lien d’affiliation).

Après ce tour d’horizon assez dense, quoique non exhaustif, ce que vous redoutiez se confirme ? Vous pensez que trop de sources vont avoir raison de votre motivation ? Eh bien non, parce que je vous dis tout de suite comment faire votre veille SEO efficacement.

faire une veille SEO efficace

Réaliser une veille SEO : méthodologie

Sélectionner ses sources

Je viens de vous donner un certain nombre de supports vous permettant de ne rien manquer des nouveautés SEO, mais il va sans dire que vous ne pouvez pas suivre tous ces blogs, référenceurs ou chaînes. Sinon vous risquez d’y passer tout votre temps. Il va donc vous falloir sélectionner, parmi toutes ces sources, celles qui vous intéressent le plus. Prenez un moment pour vous faire votre avis ; abonnez-vous aux newsletters ou aux réseaux sociaux des experts SEO. Pour retrouver tous les derniers articles publiés sur les blogs que vous aimez suivre, utilisez l’application Feedly. Vous pourrez les classer par catégorie et visualiser d’un coup d’œil les billets non lus. Pratique !

Stocker et analyser les informations

Pour que votre veille soit efficace, vous devez pouvoir enregistrer et retrouver facilement les informations que vous avez sélectionnées. Il existe différents outils tels que Evernote, Google Keep, Microsoft OneNote, etc., pour conserver les liens et pages les plus pertinents. Utilisez des mots-clés pour bien les agréger ; ajoutez des annotations. L’extension Liner pour Chrome vous permet aussi de surligner et consigner les extraits qui vous intéressent le plus.

Créer une routine

Cela va vous paraître évident, mais l’efficacité d’une veille réside dans la régularité avec laquelle elle est réalisée. Vous aurez beau déterminer la meilleure méthodologie et utiliser les outils les plus puissants, si vous n’êtes pas assidu, cela ne servira à rien. Alors, comment faire ? Tout simplement en créant une routine. Définissez dans votre agenda un moment dédié à votre veille, chaque jour ou chaque semaine. Même dix minutes quotidiennes peuvent suffire. Pensez aussi à vous fixer un temps maximum à ne pas dépasser pour rester efficace. L’important est de vous y tenir. Ne reportez pas, car le risque est que cela se reproduise jusqu’à ce que, finalement, vous abandonniez toute veille.

Synthétiser

Vous allez lire de nombreux articles et ne pourrez pas tout retenir. Pour une meilleure efficacité, vous pouvez réaliser des fiches thématiques et très synthétiques pour vous aider à mieux mémoriser les informations et bien argumenter face à vos clients en cas de besoin. Cela vous prendra peut-être du temps au début, mais vous prendrez vite cette habitude et en mesurerez tous les bénéfices sur le long terme.

Vous savez maintenant comment faire une veille SEO efficace. En résumé :

  • Prenez le temps de sélectionner soigneusement vos sources.
  • Regroupez les articles dans l’application Feedly.
  • Stockez les informations pertinentes dans un outil dédié.
  • Analysez-les et synthétisez-les.
  • Créez votre propre « routine veille » et respectez-la.

Voilà, vous n’avez maintenant plus aucune excuse pour procrastiner ! À vous de jouer !

N’hésitez pas à partager vos bonnes adresses et tips en commentaire.😀

Alexandra Francon et Stéphanie Soulier – Rédactrices SEO et anciennes élèves de Formation Rédaction Web

Vous voulez devenir webrédacteur ? Faites ce test d’orientation

Vous voulez devenir webrédacteur ? Faites ce test d’orientation

Un travail nomade qui vous permet d’organiser vos horaires et d’écrire toute la journée ? Ne cherchez plus, c’est la rédaction web. Si cela vous fait rêver, n’attendez plus pour découvrir si vous êtes fait pour devenir webrédacteur. Grâce à ce test, vous apprendrez si vous avez les compétences, la personnalité et l’organisation nécessaires pour être rédacteur de contenus web.

Les qualités essentielles pour devenir webrédacteur

Vos années de lycée sont loin, et votre niveau d’orthographe, de syntaxe et de typographie a probablement chuté depuis l’obtention de votre BAC ! Or, pour devenir rédacteur web, vous devez avoir une parfaite aisance dans la langue de Molière. Mais ce n’est pas la seule qualité que vous devez posséder. Avez-vous ce qu’il faut pour exercer cette activité ? Faites le test !

Vous découvrez un article sur l’élevage des moules de bouchot. Que faites-vous ?

Lorsque vous écrivez un message à vos amis :

Vous avez lu un roman passionnant, mais assez long. Vous en conseillez la lecture à vos proches en leur expliquant les grandes lignes de l'intrigue.

Quelle est votre tendance face aux défis que vous rencontrez :

Un ami vous raconte une histoire difficilement crédible. Il précise qu’il l’a lue dans le journal local.

Les qualités essentielles du webrédacteur
Parfait, vous avez toutes les qualités pour devenir rédacteur web.
Vous vous intéressez à tout et privilégiez les informations fiables. Votre maîtrise du français est parfaite... ou le sera lorsque vous aurez enfin terminé ce livre qui vous apprend toutes les subtilités de cet idiome. Votre esprit de synthèse vous permet de vulgariser n'importe quelle information, même lorsque vous n'avez aucune compétence dans le domaine. Ce métier serait-il fait pour vous ?
Vous devez développer certaines qualités pour devenir un webrédacteur professionnel.
Soyez curieux, intéressez-vous à tout. Vous gagnerez du temps lors de vos rédactions, vous trouverez plus facilement des informations fiables et des idées d'articles. Veillez également à cultiver votre esprit critique et surtout, la maîtrise du français.

Le mindset indispensable pour exercer le métier de rédacteur web

La rédaction web est un travail à domicile. Cela convient parfaitement à certaines personnes qui apprécient la solitude, mais pas à d’autres. Qu’en est-il de vous ?

Après deux heures de travail solitaire sans entendre un bruit :

Vous avez reçu une appréciation négative de la part d’un client. Comment réagissez-vous ?

Le webrédacteur et la solitude
Vous chérissez les relations humaines.
La rédaction web est un métier solitaire. Vous devez impérativement prendre en compte votre besoin d’interactions humaines. Si vous décidez de vous reconvertir dans cette activité, veillez à rejoindre des groupes de rédacteurs, réservez un espace de coworking ou allez travailler dans un lieu public (café, bibliothèque, etc.). Ne restez pas seul avec vos pensées.
Vous appréciez la solitude.
C’est parfait, vous êtes fait pour ce métier ! Veillez toutefois à ne pas rester seul en permanence, car même si vous aimez ça, vous pouvez avoir besoin de parler de votre activité à d’autres personnes. Rejoignez des groupes virtuels ou réels de freelances, travaillez dans des espaces de travail partagés… de nombreuses solutions existent !

Voici, en détail, les qualités essentielles pour devenir rédacteur de contenus web :

L’organisation nécessaire pour devenir webrédacteur

Ce métier vous offre l’avantage de travailler d’où vous voulez, quand vous le voulez. Mais votre personnalité fera la différence pour éviter certains pièges organisationnels inhérents à cette liberté. Le rédacteur de contenu est un équilibriste : il doit garder un rythme de travail sain et résister à la procrastination ou au contraire, au surmenage.

Vous avez 2 semaines pour rédiger un article. Que faites-vous ?

Vous avez énormément de travail, et une opportunité supplémentaire se présente.

Un client revient vers vous avec des demandes supplémentaires.

Vous travaillez depuis votre domicile. Un voisin passe vous voir pour prendre le café, que faites-vous ?

Lorsque vous travaillez depuis votre logement :

L'organisation du webrédacteur
Parfait, vous avez trouvé le bon équilibre.
Certes, vous pouvez travailler quand vous le voulez, mais il s’agit d’un métier, pas d’un passe-temps. Fixer des horaires et saisir des opportunités sont essentiels pour progresser. Vous parvenez à trouver un équilibre sans laisser votre activité professionnelle envahir vos soirées et vos nuits. Vous avez l'organisation idéale pour devenir webrédacteur.
Attention ! Vous devez apprendre à équilibrer vos journées.
Le risque du freelancing est de travailler sans arrêt. À force de saisir toutes les opportunités et d’essayer de satisfaire vos clients au-delà du raisonnable, vous vous épuisez. Veillez à garder des temps de repos, indispensables pour vous épanouir dans cette profession.
Souhaitez-vous un passe-temps ou un travail ?
Vous exercez effectivement une activité à domicile. À l’heure actuelle, beaucoup de gens la considèrent comme un loisir. Mais vous ne pouvez pas avoir cette approche si vous souhaitez être rentable. Si vous voulez devenir un rédacteur web professionnel, vous devez fixer des horaires de travail, informer vos clients de vos délais et saisir des opportunités pour progresser.

La gestion de la relation client par le webrédacteur

Ce métier est un métier relationnel. Il faut avoir des nerfs solides pour ne pas réagir trop vivement à certains tracas, qui finissent généralement par se résoudre avec un peu de diplomatie. Écrire pour autrui, en particulier pour le Net, est un exercice d’humilité. Vous vous exposez, car vous mettez le meilleur de vous dans vos articles. Vous devez toutefois apprendre à gérer les critiques constructives. L’un des autres défis de ce métier est l’indépendance financière : ça fonctionne, tant que vous êtes payé. Parfois, il est difficile de réagir face à un retard de paiement. Alors, êtes-vous capable de solutionner ces problèmes en gardant la tête froide ?

Un client vous demande de nombreuses modifications sur le texte que vous avez rédigé. Comment le vivez-vous ?

Vous avez envoyé un texte deux semaines auparavant. Il n’a toujours pas été publié, et vous n’avez pas eu de retour du client.

Le texte est publié, mais deux semaines plus tard, vous n’avez toujours pas été payé. Que faites-vous ?

Webrédacteur et relation client
Vos clients ne sont pas vos ennemis.
Lorsque vous êtes responsable d’un business, les remarques et les retards de paiement sont des épreuves. Votre travail de webrédacteur mérite du respect, vous devez donc réagir... mais avec retenue ! Partez toujours du principe que le client est de bonne foi, sinon vous pourriez perdre des missions intéressantes. Il peut être très occupé, avoir oublié, avoir un problème technique, etc. Ce n’est qu’en cas de mauvaise foi manifeste que vous devrez sortir la grosse artillerie.
Renforcez votre confiance en vous.
Que ce soit pour vendre vos prestations ou pour défendre vos droits, vous devez avoir confiance en vous pour devenir rédacteur web. Vous ne serez plus un salarié protégé par son entreprise. Vous serez seul et vous devrez apprendre à vous faire respecter. Pour cela, adoptez une communication non violente : vous pouvez affirmer vos idées et formuler des revendications avec respect. De cette façon, vous bâtirez des relations de confiance à long terme avec vos clients.
Parfait, vous ne devez rien changer.
Vous avez déjà compris que pour progresser dans la webrédaction, vous devrez faire preuve de finesse. Entretenir des relations de confiance avec vos clients est essentiel, et cela nécessite souvent un peu de diplomatie. Ne répondez jamais sous le coup de l’émotion. Elle est naturelle, mais elle est très mauvaise conseillère !

Le verdict : la rédaction de contenus web est-elle faite pour vous? 

Quels ont été vos résultats ? Pouvez-vous vous lancer directement ? Devez-vous améliorer certaines compétences ? Pour le savoir, indiquez les réponses obtenues aux tests précédents.

Les qualités essentielles du webrédacteur

Le webrédacteur et la solitude

L'organisation du webrédacteur

Le webrédacteur et la relation client

Verdict : êtes-vous fait pour la rédaction web ?
Ce métier est fait pour vous.
Vous avez déjà trouvé l'équilibre parfait pour travailler depuis votre domicile et gérer les relations avec votre clientèle. Vous possédez les qualités indispensables pour exercer le métier de rédacteur web. Un conseil : formez-vous à la rédaction SEO afin de développer vos compétences et d'avoir accès à des missions plus rémunératrices.
Vous avez des prédispositions pour ce métier.
Vous avez naturellement acquis certaines qualités pour devenir un excellent rédacteur web. Vous ne devez toutefois pas vous lancer sans acquérir les compétences qui vous manquent. Si votre objectif est d'en vivre exclusivement, vous devez mettre toutes les chances de votre côté. Faites-vous accompagner pour acquérir les bases indispensables et développer l'état d'esprit du rédacteur freelance.
Vous devez réfléchir à votre projet professionnel.
Pourquoi souhaitez-vous devenir webrédacteur ? Avant de vous lancer, vous devez impérativement réfléchir à cette question et faire mûrir votre projet. N'hésitez pas à faire un bilan de compétences avec un professionnel. Vous êtes passionné par l'écriture web ? Dans ce cas, travaillez sans relâche pour acquérir les bases indispensables à l'exercice de cette profession.

Apprendre un nouveau métier est une étape importante de votre vie. Vous passerez par des hauts et des bas, pour finalement atteindre l’équilibre parfait : exercer une activité qui vous épanouit. 

Ce test un peu particulier a été construit en référence à des expériences professionnelles réelles. J’espère qu’il vous a donné les éléments de réflexion nécessaires pour prendre une décision. Si vous sentez le besoin d’être accompagné sur le chemin de la rédaction web, je vous conseille de rejoindre la formation de Lucie. Elle a été adoptée par des centaines de rédacteurs. N’hésitez pas à découvrir leurs témoignages

Anne Beckers – Coach dans l’équipe de Lucie Rondelet et ancienne élève Origami

Contenu Dupliqué : Dangers pour votre Référencement Naturel

Contenu Dupliqué : Dangers pour votre Référencement Naturel

Google estimait en 2015 que plus de 60 % des sites internet publiaient du contenu dupliqué, ou duplicate content en anglais. Pour bien comprendre les enjeux et les risques de cette pratique, plusieurs questions se posent. De quoi s’agit-il ? Quels sont ses dangers pour les sites internet ? Quel impact pour les rédacteurs web ? Pour le savoir, lisez ce qui suit. (suite…)

error: Content is protected !!