Rédiger une Bonne Introduction : 7 étapes incontournables

Rédiger une Bonne Introduction : 7 étapes incontournables

L’introduction a un pouvoir : celui de diminuer le taux de rebond d’une page. Elle est mauvaise ? Le visiteur quitte le site. Elle le séduit ? Il s’attarde pour en savoir plus. Si vous voulez que vos textes soient lus, vous devez peaufiner le chapô. Court, mais riche : il doit saisir la curiosité de l’audience, lui promettre une solution ou des conseils, offrir un peu de détail sur le contenu et éviter les généralités. Alors, voici 7 étapes simples pour rédiger une bonne introduction. (suite…)

Définition du Persona : Essentielle pour Toucher vos Lecteurs

Définition du Persona : Essentielle pour Toucher vos Lecteurs

Vous êtes rédacteur et vous créez du contenu pour des entreprises ? Alors la technique du persona — ou avatar — vous intéresse. Elle permet de rendre vos contenus plus percutants. Comment ? En vous adressant au client idéal de l’entreprise pour laquelle vous rédigez. Malheureusement, il ne suffit pas de remplir une fiche signalétique en 10 minutes sur le coin de votre bureau. Pour créer un avatar efficace, vous devez disposer de données fiables sur la clientèle de l’entreprise qui vous missionne. De la définition du persona à son utilisation, cet article vous présente l’essentiel à connaître.

Définition du persona

Il s’agit d’une représentation idéalisée de votre client cible. Ce client cible est celui à qui toute la communication externe d’une entreprise ou d’un entrepreneur s’adresse.

Simple, n’est-ce pas ?

Identification du client cible

Le client idéal n’est pas (toujours) celui que vous imaginez

Une fiche de persona consiste en une fiche signalétique composée de quelques informations sociodémographiques et de quelques renseignements plus personnels.

La remplir est donc facile. À condition de le faire pour la bonne personne : votre véritable client cible. Pas celui que vous imaginez.

Autrement dit, ne partez pas de suppositions, mais de données tangibles. Créer un persona sur la base d’intuitions constitue une perte de temps. Ces intuitions interviendront plus tard, lorsque vous devrez interpréter les données.

L’identification du client cible commence donc par la collecte de données auxquelles les rédacteurs n’ont que rarement accès. Si vous n’obtenez pas une charte éditoriale précisant l’avatar à utiliser pour rédiger vos textes, vous devez interroger votre client.

Si votre client ne connaît pas réellement sa propre clientèle, vous pouvez lui proposer de créer un sondage sur son site ou sur ses réseaux sociaux. N’oubliez pas de demander aux répondants s’ils sont déjà clients ou s’ils comptent le devenir : cela vous permettra d’isoler les réponses pertinentes des autres.

Le client cible est le plus représenté

Pour faire un persona, vous devez d’abord connaître les clients de l’entreprise pour laquelle vous rédigez. Elle n’est pas encore en activité ? Alors, une étude de marché lui permettra de distinguer certaines tendances préliminaires, à affiner lorsqu’elle sera en situation réelle.

Les équipes marketing sont généralement responsables de la création des fiches d’avatars. Elles collectent des données sur la clientèle de l’entreprise, qu’elles rassemblent dans un logiciel CRM (customer relation management – gestion de la relation client). Ces informations sont collectées progressivement, lors d’enquêtes de satisfaction, de questionnaires demandés pour un abonnement ou une carte de fidélité, de jeux-concours… Elles permettent de développer une stratégie cohérente pour attirer, convertir et retenir les clients.

Les clients ont des profils variés. Mais grâce à l’analyse des données, des tendances apparaissent. Par exemple, la plupart des clients sont des femmes âgées de 25 à 35 ans, employées et titulaires d’un BTS. Cela n’empêche pas que certains clients soient plus âgés ou moins diplômés, mais ils ne sont pas représentatifs, car ils sont minoritaires.

L’entreprise communique en priorité pour le profil de client majoritaire. Il existe des nuances : certaines sociétés utilisent plusieurs avatars et d’autres utilisent des personas négatifs (ceux à qui elles ne veulent pas s’adresser). Toutefois, la plupart ne travaillent qu’avec un seul profil cible.

Il est vraiment intéressé par les produits ou services de l’entreprise

L’erreur typique d’un rédacteur web serait de considérer que le client idéal est celui qui lit ses articles. Ce n’est pas nécessairement le cas.

Le persona est déjà un client de l’entreprise ou au moins un prospect : il doit être susceptible d’acheter les produits ou services proposés. Si vous vous adressez en priorité aux internautes qui consultent les contenus gratuits, sans aucune intention d’achat, ce n’est pas rentable.

Cette nuance est déterminante pour le choix de vos sujets.

Si vous rédigez pour IKEA, un article « comment fabriquer une bibliothèque en bois soi-même » n’a aucun sens.

Cela semble évident pour les produits physiques. Mais cet exercice est plus délicat pour les entreprises qui vendent des services ou de l’information. Vous devez donner suffisamment de conseils utiles et actionnables aux lecteurs, sans pour autant dévoiler tous les secrets de votre client.

Création du persona

Pour construire un avatar, vous devez collecter des informations sociodémographiques :

  • âge ;
  • genre ;
  • statut marital ;
  • niveau de diplôme ;
  • situation professionnelle ;
  • revenus du ménage ;
  • type d’habitat (urbain, campagne…) ;
  • nombre d’enfants ;
  • âge des enfants.

En tant que rédacteur, certaines données de Google Analytics vous aideront :

  • lecture sur smartphone, tablette ou ordinateur ;
  • jours et heures de visite ;
  • pages les plus vues ;
  • centres d’intérêt des utilisateurs.

Vous devez rassembler d’autres renseignements, mais ils peuvent varier d’une thématique à l’autre. En général, il s’agit d’informations sur :

  • Le travail : temps de travail, ambitions, satisfaction, équilibre avec la vie privée…
  • Les loisirs : activités de détente, films ou livres préférés, sports pratiqués…
  • La vie quotidienne : préférences d’achat, type de véhicule utilisé…
  • Le bien-être : sources de joies, d’inquiétudes ou de stress.
  • Les valeurs : tendances politiques, tendances sociétales.

Pour parfaire ce profil et vous adresser à l’avatar comme à un être humain, vous pouvez ajouter une photo et un nom.

Ainsi, pour votre prochain article, vous vous demanderez quel sujet intéresse Jules Dupont, votre persona, et comment vous pouvez l’aider.

Utilisation du persona dans votre communication

C’est maintenant que votre esprit de déduction et votre intuition entrent en jeu. Vous devez interpréter les données brutes pour déduire les envies, les défis… de votre persona.

  • Circonstances de lecture (smartphone, ordinateur, heures de connexion) : elles vous aident à trouver le bon format. Les internautes qui lisent sur smartphone dans le train vers 18 heures préféreront un texte très structuré. Ceux qui sont confortablement installés devant leur ordinateur pendant la pause de midi apprécieront un texte plus long.
  • Profession : elle indique si vous pouvez utiliser du jargon et si vous devez expliquer les concepts de base. Par exemple, je peux mentionner le SXO sur le blog de Lucie sans expliquer ce concept en détail. Alors que si j’en parle dans un média généraliste, je commence par développer cette notion pour que ce soit clair pour le lecteur.
  • Âge : il donne de nombreuses indications telles que les préoccupations familiales, professionnelles, médicales…
  • Situation familiale et circonstances de vie : vous y puisez l’inspiration pour trouver les problèmes de vos lecteurs et les aider à les surmonter.
  • Références culturelles et sportives : vous pouvez créer des métaphores comprises par votre lectorat.
  • Bien-être et valeurs : elles permettent de créer un storytelling convaincant en attribuant les difficultés et les espoirs de votre persona au personnage fictif de votre histoire.

Un texte de vente nécessite une analyse plus poussée, et surtout, des données liées au produit ou au service vendus. Mais cela devrait être suffisant pour vos articles informatifs.

En quoi le persona peut-il vous aider ?

Il vous aide à :

  • Choisir le sujet de vos textes.
  • Identifier les informations dont il a besoin.
  • Répondre de façon complète à toutes ses interrogations.
  • Rédiger un call to action qui lui donnera vraiment envie d’agir.
  • Écrire avec le vocabulaire qui lui plaît.
  • Utiliser un langage qu’il comprend.

La création de l’avatar est un long processus. Idéalement, il est réalisé en amont par le client qui vous mandate pour les textes. Malheureusement, cela manque souvent.

Partagez votre expérience : recevez-vous souvent une fiche de persona complète lors de vos missions ? L’utilisez-vous ?

Et pour en savoir toujours plus sur la rédaction web, n’oubliez pas de vous abonner à la chaîne de Lucie !

Anne Beckers – Coach dans l’équipe de Lucie Rondelet et ancienne élève Origami.

Sources :

  • SmartBug, The ultimate guide to inbound marketing personas
  • Sébastien Night, Profession : Entrepreneur Libre
  • Tybout, B. Calder, Kellog on Marketing
La page de vente (enfin) expliquée simplement

La page de vente (enfin) expliquée simplement

Vous êtes nombreux à vous demander comment rédiger une page de vente. Je pourrais vous expliquer à quel point c’est difficile en balançant du jargon tous les deux mots. Bien entendu, les experts feront — en principe — des textes qui convertissent mieux que ceux d’un débutant. Cela ne signifie toutefois pas qu’il ne peut pas faire un travail respectable. Et c’est exactement ce que cet article vous propose : les clés pour rédiger une page de vente honorable qui donnera envie aux prospects d’acheter les produits offerts. Non, vous ne révolutionnerez pas le monde du copywriting. Mais qui peut le prétendre ? (suite…)

Rédiger une Page d’Accueil : un exercice de conviction

Rédiger une Page d’Accueil : un exercice de conviction

Vous vous êtes souvent demandé : que mettre sur la page d’accueil ? Cette question est tout à fait normale : son utilité n’est pas clairement définie. Elle ne sert pas à vous présenter, à vendre, à vous contacter ou à donner des informations : d’autres pages remplissent ces fonctions. Et pourtant, elle attire un trafic incroyable ! Qu’y cherche l’internaute ? Un texte de bienvenue sympathique ? Pas vraiment. En réalité, c’est l’endroit où vous devrez le convaincre de l’intérêt de votre site ! Rédiger une page d’accueil est indispensable. Et vous n’avez pas droit à l’erreur. (suite…)

The copywriter Handbook | Des Textes Simples et Efficaces

The copywriter Handbook | Des Textes Simples et Efficaces

Dans la série des livres indispensables aux rédacteurs web qui n’existent qu’en anglais, je vous propose The copywriter’s handbook de Robert Bly. Ce livre vous apprend notamment qu’un bon titre doit donner de l’information au lecteur. Mais aussi que votre contenu doit être rédigé simplement pour faire passer votre message. Si vous cherchiez encore à faire de brillants jeux de mots, le livre de Robert Bly va vous en dissuader. Ce qui fonctionne, c’est la sobriété. (suite…)

Écrire un Titre Accrocheur : 10 Astuces de Copywriter

Écrire un Titre Accrocheur : 10 Astuces de Copywriter

Le titre est l’éternel problème du rédacteur web, la tâche qu’il garde pour la fin. Et trop souvent, las de ne pas trouver l’idée géniale, il le bâcle. Il se rassure en se disant que la requête clé y est. Mais est-ce suffisant ? L’internaute risque de cliquer sur un titre plus percutant… et voilà un beau texte qui n’attire aucun trafic. C’est dommage, il suffirait d’écrire un titre accrocheur pour attirer l’attention du lecteur. Après des centaines de mots rédigés avec passion, vous devez faire ce dernier effort : composer un titre irrésistible, à la hauteur de votre contenu. Certains copywriters vous diront que vous devez passer autant de temps sur le titre que sur votre texte. Mais ce temps, vous ne l’avez pas. Ce n’est pas grave. Il existe de nombreux conseils pour rédiger un titre captivant efficacement. Si vous êtes hyper pressé, la dixième astuce vous séduira ! 

1 – S’adresser au lecteur

Si vous ne retenez qu’une seule astuce pour écrire un titre accrocheur, c’est celle-ci : le titre doit interpeller directement le visiteur en utilisant les pronoms personnels, ou lui fournir une information utile.

L’internaute sera plus intéressé si le titre lui explique clairement le bénéfice qu’il obtiendra en lisant votre article. C’est une forme de contrat avec le lecteur : il investit du temps en consultant votre article contre la promesse d’une information qui a de la valeur pour lui.

2 – Ne pas décevoir l’internaute avec un titre abusivement séduisant

On a tendance à confondre titre percutant et titre racoleur, digne d’un site « piège à clics ». Et on tombe rapidement dans l’excès : promettre monts et merveilles au lecteur. Quelle déception lorsque l’internaute découvre que l’article ne tient pas ses promesses !

Bien entendu, écrire un titre accrocheur permet d’inciter au clic. Mais cela ne doit pas se faire au détriment du contenu. Votre objectif n’est pas — en général — de créer le buzz. Vous souhaitez informer, ou éventuellement vendre un produit ou un service. Votre titre doit servir cette finalité en promettant une information ou une solution à un problème.

L’enjeu est double.

  • Enjeu humain : vous ne voulez pas trahir la confiance des internautes. Vos contenus rédactionnels servent à bâtir des communautés, inciter des personnes à s’abonner, ou à acheter des produits. Si le visiteur se sent trompé, votre but ne sera pas atteint.
  • Enjeu SEO : un internaute déçu retourne rapidement sur la page des résultats de recherche. Votre taux de rebond augmente, et le classement de votre article sur le moteur de recherche se dégrade.

3 – Susciter la curiosité avec un titre intrigant

Pour écrire un titre accrocheur, il faut en dévoiler suffisamment pour piquer la curiosité du lecteur, mais pas assez pour la satisfaire.

Pour cet article, l’effet de curiosité est entièrement concentré sur le terme « astuces ». Il vous informe du contenu, et suscite votre intérêt, car ces astuces pourraient s’avérer étonnantes, puissantes, incroyables, ou tout simplement utiles à connaître !

En revanche, « Écrire un titre accrocheur » n’étais pas suffisamment descriptif. Un titre aussi simple aurait généré très peu de trafic.

4 – Éviter de rédiger un titre trop énigmatique

Je vais démolir une idée reçue du marketing : on s’imagine qu’un bon titre est plein d’esprit, humoristique ou fait pleurer dans les chaumières. C’est faux. Il doit uniquement remplir son objectif : inciter le lecteur à lire un article.

Les bons jeux de mots, c’est sympa, mais souvent inefficace.

Je n’ai pas d’exemple de titre, mais cette « déviance » – j’exagère un peu – existe aussi dans la publicité :

  • Prenons l’exemple d’Évian. Vous vous souvenez tous des premières publicités faisant intervenir des bébés qui chantaient We will Rock You de Queen. Elles vous ont fait sourire, ou rire. Mais vous êtes-vous précipité au supermarché pour acheter cette eau ?
  • En revanche, Contrex cible les personnes qui souhaitent perdre du poids. Vous savez : « Mon partenaire minceur ». Je connais des personnes au régime qui ont acheté cette eau, car les publicités répondent directement à leurs besoins.

Pour écrire un titre efficace, vous devez garder votre objectif en tête. Vous ne faites pas un concours d’originalité ou de créativité. Vous voulez attirer l’attention et inciter au clic des lecteurs qualifiés, réellement intéressés par votre contenu. Gardez les choses simples.

5 – Ecrire un titre accrocheur court et efficace

Accrocheur ou pas, votre titre ne peut pas dépasser 600 pixels. Cela représente environ 60 à 70 caractères — certains prennent plus de place que d’autres. Si votre titre (balise Title pour les intimes) est plus long, il sera tronqué sur la page de résultats de Google et sur les réseaux sociaux.

Si vous aimez les envolées lyriques, réservez-les pour votre balise h1. Vous ne savez plus la différence entre la balise Title et la balise h1 ? Cette vidéo est faite pour vous :

6 – Insérer des chiffres dans le titre pour inciter l’internaute à cliquer

Lorsque votre texte s’y prête, utiliser des chiffres dans vos titres permet de fixer les attentes du lecteur. Face à la surenchère numéraire autour d’un mot clé sur le Web — j’ai vu un site qui proposait 40 (!) astuces pour écrire un titre accrocheur —, l’internaute peut alors choisir l’article en fonction de ses besoins. Attention de ne pas abuser de cette technique qui peut lasser les lecteurs !

7 – Utiliser des termes forts pour rendre le titre plus percutant

Cette règle est aussi valable pour vos textes : s’il vous est possible de substituer un mot spécifique à un terme plus générique, faites-le ! Cela rendra votre texte et votre titre beaucoup plus vivants. En plus, cela développera le champ sémantique de votre article.

8 – Ne pas négliger les Camel cases

La technique consiste à oublier votre syntaxe, et à commencer chaque mot important de votre titre par une lettre capitale. Grâce à cela, il se démarquera des autres dans les résultats du moteur de recherche.

9 – Créer un fichier de ses meilleures créations

Vous avez probablement déjà écrit de superbes titres, mais vous les avez aussitôt oubliés. C’est dommage, ils pourraient vous servir d’inspiration pour d’autres articles. Pour y remédier, créez un fichier avec des exemples de titres accrocheurs que vous avez rédigés, ou que vous avez vus ailleurs (internet, magazines…). Vous pouvez les classer en différentes catégories, par exemple :

  • questions ;
  • nombres ;
  • informations utiles ;
  • histoires ;
  • comparaisons ;
  • témoignages ;
  • révélation d’un secret ;
  • etc.

10 – Utiliser les générateurs de titres pour créer des titres irrésistibles

Vous êtes en panne ? Votre muse vous a lâché ? Voici quelques logiciels en ligne qui vous aideront à trouver des titres :

Malheureusement, il n’existe aucun logiciel en français aussi abouti. Si vous êtes fâché avec la langue de Shakespeare, le traducteur DeepL sera votre meilleur ami !

Pour conclure, voici une phrase de Ann Handley, qui ravira les amateurs de SXO : « À certains égards, je suis reconnaissante de l’influence qu’ont eue des sites comme Buzzfeed et Upworthy. Ils ont contribué à souligner l’idée que les meilleurs titres sont ceux que les humains (et pas seulement les moteurs de recherche) aiment, et ils nous ont propulsés dans un monde où les marques voient l’importance de créer des titres (et des contenus !) que les gens veulent partager avec leurs amis. »

Pour aller plus loin : comment créer des contenus exceptionnels

Anne Beckers, ancienne élève Origami 2 – Coach dans la Team de Lucie

error: Content is protected !!