Qu’est-ce que le content spinning ? En français, « rotation de contenu », il permet de réécrire un texte à l’infini – ou presque – et sans effort, grâce à des logiciels de spinning. Solution miracle ou dérive vers des techniques douteuses de référencement naturel ? La réponse dans cet article.

Le content spinning, une méthode de réécriture automatique de textes

Comment ça marche ?

Générer un contenu automatiquement est possible grâce à un logiciel de spinning (gratuit ou payant) ou un spinner en ligne. Mais avant cela, il est nécessaire d’établir un masterspin, la matrice du texte, qui déterminera, pour chaque terme significatif, une ou plusieurs déclinaisons envisageables. Il y a donc bel et bien un humain aux manettes derrière la toute première étape de la création automatique de contenu. Le rédacteur rédige le script et intègre, dans des accolades (les spins) les expressions, mots équivalents ou les synonymes, qu’il sépare par une barre verticale. Une fois la trame établie, la machine prend le relai. Les générateurs de texte sont dotés d’une intelligence artificielle capable de réécrire, presque à l’infini, l’extrait qui leur est soumis.

Un bon masterspin doit avoir de la profondeur. Dans l’idéal, il doit posséder des accolades imbriquées. C’est le seul moyen d’obtenir le plus haut niveau de « qualité » et d’unicité possible des contenus alternatifs.

Exemple de contenu spinné

Je suis sûre qu’après cette explication théorique, vous êtes curieux de voir ce que donne une matrice de masterspin. En voici une que j’ai concoctée pour vous, et qui concerne l’entreprise imaginaire de dépannage d’équipement à domicile DEPANN’TOUT.

{L’entreprise|La société|L’établissement} DEPANN’TOUT {intervient|se déplace|vient} {chez vous|à votre domicile} pour {dépanner|réparer|remettre en état} votre {matériel|équipement|appareil} {défectueux|en panne} dans {Paris|la capitale|le 75} et {la petite couronne|sa périphérie|ses alentours|la banlieue proche}.

Une fois le script passé à la moulinette du générateur automatisé de contenu, nous obtenons toutes les variantes possibles, appelées spuns, parmi lesquels :

  • L’entreprise DEPANN’TOUT intervient chez vous pour dépanner votre matériel défectueux dans Paris et la petite couronne.
  • La société DEPANN’TOUT se déplace à votre domicile pour dépanner votre équipement en panne dans la capitale et sa périphérie.
  • L’établissement DEPANN’TOUT vient chez vous pour remettre en état votre matériel en panne dans le 75 et ses alentours.
  • Etc.

Le logiciel gratuit en ligne utilisé pour cette mise en application donne près de 4 000 combinaisons possibles ! Il suffit ensuite de ne retenir que les propositions qui présentent le plus d’unicité.

Les avantages à utiliser un logiciel de spinning

Gagner du temps

Vous vous en doutez, le gros avantage du content spinning est le gain de temps qu’il permet. Il présente un intérêt principalement pour les fiches produits et les contenus géolocalisés. Quand le script est bien conçu, les textes alternatifs générés sont tout à fait lisibles par les humains.

Imaginez le nombre d’heures de travail économisées pour un site e-commerce contenant des milliers de références ! D’un simple clic, des centaines de contenus sont ainsi déclinés. Bien utilisée, cette technique permet d’affecter les ressources à la création de textes à forte valeur ajoutée. Mais malheureusement, ce n’est pas toujours le cas.

Éviter le contenu dupliqué

L’autre avantage de la rotation de contenu est d’empêcher le duplicate content, c’est-à-dire la présence de textes identiques sur plusieurs des pages d’un site ou d’un site à un autre. L’objectif est de produire du contenu 100 % unique et ainsi d’éviter d’être pénalisé par Google qui ne voit pas le plagiat d’un très bon œil. Mais approuve-t-il pour autant les logiciels de réécriture de texte automatiques ?

La génération de contenu, une technique à éviter

Une technique de black hat SEO

Le black hat SEO regroupe l’ensemble des techniques qui visent à manipuler les algorithmes. Il s’oppose aux procédés white hat de référencement naturel, dits « propres ».

Cloaking, scraping ou content spinning font partie de ces procédés interdits. Les concernant, le géant américain est clair : tout contenu doit être créé pour les internautes et non pour les moteurs de recherche. Dans le fond, la rotation de contenu n’offre pas de nouveauté au lecteur. Ce n’est qu’un contenu lavé et essoré jusqu’à la dernière goutte. En ce sens, il est considéré comme étant élaboré uniquement pour les robots.

Google combat donc cette pratique. Depuis la mise à jour Panda en 2011, il n’a de cesse d’améliorer ses algorithmes dans cet objectif. La difficulté est qu’un content spinning bien réalisé est difficilement détectable, car, comme je l’ai dit, il est tout à fait lisible par l’humain. Alors comment un robot pourrait-il le repérer ? Toutefois, mieux vaut ne pas jouer au chat et à la souris avec Google. Les conséquences peuvent en effet être lourdes : c’est la mise à l’index (secondaire) qui plane, autrement dit, l’absence de visibilité. À bon entendeur…

Quand les mots deviennent bouillie

Nous l’avons vu, quand la matrice de spinning est bien conçue, il est possible d’obtenir un contenu de bonne qualité. Mais, vous vous en doutez, le résultat peut aussi être désastreux. Les spécialistes du référencement parlent alors de bouillie. Un charabia incompréhensible par l’internaute, voilà ce qui ressort du traitement, par la machine, d’un mauvais masterspin. Je suis sûre qu’il vous est déjà arrivé de tomber sur ce genre de texte au gré de vos navigations sur la Toile. Au niveau du SEO, des sites parviennent encore à se positionner sur certaines requêtes avec ce type de contenu, mais parions que plus pour très longtemps (et tant mieux !).

Une pratique à réserver aux textes simples

Finalement, la duplication de contenu est une pratique qui ne peut décemment s’envisager que pour les fiches produits. Celles-ci présentent un contenu simple, pour lequel il est facile de décliner différentes variantes.

Pour tous les autres types d’écrits, les articles notamment, générer du contenu automatiquement n’aurait aucun sens. Le travail s’avèrerait terriblement chronophage et la valeur ajoutée serait nulle pour l’internaute. Or, c’est bien ce que l’on cherche à faire en publiant sur le Net : apporter de la plus-value au lecteur.

Alors, pour ou contre le content spinning ? Pour, si vous voulez affecter vos ressources à des tâches à forte valeur ajoutée et automatiser celles qui ne nécessitent pas grande expertise, à la condition d’investir dans un logiciel de qualité ; de bien travailler les matrices, avec des professionnels de la rédaction et du secteur, puis de retravailler les spuns avant publication. Contre… pour toute autre raison. Et vous ?

Pour aller plus loin, RDV sur le plan du site !

Stéphanie Soulier – Correctrice, rédactrice et chargée éditoriale dans l’équipe de Lucie Rondelet, ancienne élève Origami 4

lucie rondelet instagram

error: Content is protected !!