Les limites entre le white et le black hat SEO sont si floues que certains n’hésitent pas à parler de grey hat SEO. Si vous êtes rédacteur SEO, vous êtes concerné : dès que vous essayez d’influencer la position de vos textes dans la SERP, vous risquez de tomber dans cette zone d’ombre, entre le gris perle et l’anthracite. Parfois, vous employez des techniques de référencement abusif par ignorance. Dans d’autres cas, vous recourez à des pratiques admises, mais déclarées contraires aux lignes directrices de Google quelques années plus tard. À chaque fois, vous faites courir un risque à votre client. La première étape pour l’éviter est de vous renseigner. Cet article est fait pour ça !

La notion de white et de black hat SEO

Le black hat SEO est simple à définir : il s’agit de toutes les techniques contraires aux directives de Google. Il peut aussi être appelé référencement abusif ou spamdexing.

À une époque, vous auriez pu positionner une page pour un mot clé en y répétant ce mot à l’envi, sans une seule ligne de texte supplémentaire. Les spammeurs les plus fins écrivaient les requêtes avec des caractères de la même couleur que le fond. Grâce à cette fine optimisation, les internautes trouvaient rarement ce qu’ils cherchaient. Heureusement, un panda est venu remettre tout cela en place.

Les spammeurs ont ensuite concentré leurs efforts sur les backlinks, souvent achetés et sans aucune valeur ajoutée pour le lecteur. Cette fois, c’est un pingouin qui est intervenu pour faire le ménage.

–> Si vous ne comprenez pas les références à ces animaux, vous devez impérativement regarder cette vidéo de Lucie qui raconte l’histoire de Google !


Ces techniques ne fonctionnent plus, ou pour une période limitée. Vous pourriez faire connaître une gloire éphémère aux articles de vos clients, mais la chute serait rapide et douloureuse : dans certains cas, un site abusif disparaît des résultats de recherche.

Contrairement au black hat, le white hat SEO suit à la lettre les recommandations de Google. Mais…

Gris ou blanc : où s’arrête le référencement abusif ?

Le grey hat et le white hat SEO sont appréciés différemment par chaque expert.

Certains interprètent strictement les lignes directrices de Google et estiment que toute action qui sort de ce cadre est du grey hat SEO. Or, les directives mettent l’accent sur l’intérêt de l’utilisateur. L’emploi d’une requête clé est recommandé, mais elle ne peut pas être placée pour plaire à l’algorithme. Dans cette optique, si vous interférez dans la rédaction naturelle d’un texte pour insérer un mot clé à destination des robots (et non des lecteurs), vous faites du grey hat SEO. Que celui qui ne l’a jamais fait me jette la première pierre !

Personne ?

Alors ce qui suit va vous plaire : d’autres experts ont une vision manichéenne et soutiennent que ce qui n’est pas noir, est blanc. Ainsi, tant que vous ne faites rien de contraire aux recommandations de Google, vous faites du white hat SEO. Vous pouvez donc continuer à optimiser vos textes sans craindre les flammes de l’enfer.

Les dangers du référencement abusif involontaire

Les pratiques évoluent et celles qui fonctionnent aujourd’hui pourraient être déclarées contraires aux règles de Google dans les années qui viennent. Les conséquences peuvent être désastreuses : déclassement ou suppression des pages ou du site dans les résultats de recherche.

C’est le grand risque des techniques qui appartiennent à la zone grise du référencement naturel : pour combien de temps sont-elles valables ? Seront-elles sanctionnées un jour ?

Personne ne peut donner de réponse à cela, car le géant américain est parfois imprévisible. Mais il existe quatre certitudes :

  • L’optimisation de vos textes, tant qu’elle n’est pas exagérée, arrange Google. Les requêtes clés servent de point de repère aux algorithmes pour fournir aux internautes les résultats les plus pertinents.
  • Lorsque vous placez un mot clé, faites-le de façon naturelle. Parfois, vous devrez modifier votre phrase une dizaine de fois avant d’y arriver. C’est aussi pour cela qu’un rédacteur spécialisé en SEO est mieux rémunéré qu’un autre.
  • Ne répétez pas votre mot clé dix fois, même si un outil tel que Yoast SEO vous le recommande. Les algorithmes sont de plus en plus intelligents. Il est probable que les répétitions injustifiées d’un même mot clé seront de plus en plus durement traitées par Google. C’est un colibri qui me l’a dit !
  • L’exhaustivité de votre article doit être votre préoccupation principale. C’est grâce à cela que vous aurez un contenu utile pour l’internaute, un taux de rebond limité et un champ sémantique riche. Si vous l’ignoriez, Lucie vous l’affirme : vous n’êtes pas condamné à écrire de la 💩. Au contraire, la tendance est aux contenus qualitatifs.

(Cette vidéo date de juin 2018 ! Et depuis Marjorie a bien percé ! Marjorie, si tu nous regardes… ;-))

Et les autres couleurs de SEO : au-delà du black and white SEO

Lorsque vous cherchez des informations sur les différentes catégories de SEO, vous en voyez de toutes les couleurs. Certains créatifs n’ont pas résisté à la tentation d’ouvrir l’éventail de teintes du référencement naturel : pink hat SEO, green hat SEO… Mais ces dénominations ne correspondent à aucune pratique d’optimisation particulière, elles sont uniquement guidées par la thématique.

Peu importe la nuance, vous devez toujours rédiger pour l’internaute. Les robots ne sont pas prioritaires, même s’il faut les chouchouter de temps en temps !

Si un client vous a déjà demandé d’utiliser des méthodes de black hat SEO (bourrage de mots clés, contenu dupliqué…), n’hésitez pas à partager votre expérience dans les commentaires !

Vous souhaitez développer votre connaissance du référencement et de la rédaction web ? Suivez ce blog et abonnez-vous à la chaîne YouTube de Lucie !

Anne Beckers, Correctrice et Coach dans la Team de Lucie Rondelet (ancienne élève Origami 2)

lucie rondelet instagram

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :