Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

Vous avez le cerveau en ébullition permanente. Avec vous, une information qui rentre par une oreille ne ressortira jamais par une autre. Chaque soir, vous vous endormez le cerveau plein d’informations et chaque matin, vous vous réveillez affamé de savoir. Dites donc… ne seriez-vous pas vous aussi atteint d’une boulimie de cerveau ? Longtemps, j’ai cherché une activité capable de me rassasier jusqu’au jour où une muse m’a présenté une corne d’abondance pleine de victuailles intellectuelles. Vous l’avez compris, je parle du jour où j’ai découvert la formation de Lucie et le métier de rédacteur web ! Que vous soyez gourmet en connaissance ou goinfre en information, nouez votre serviette et passez à table, je vais vous servir votre futur job sur un plateau d’argent.  

J’ai faim !

Mais quelle malpolie, je ne me suis même pas encore présentée ! Enchantée, je suis Marie, boulimique du cerveau et rédactrice web comblée. Dans la vie j’ai deux passions… non, trois… heu… douze ? Bon, disons tout simplement que la vie me passionne et qu’il y a très peu de sujets qui ne m’intéressent pas.

D’aussi loin que je puisse me souvenir, j’ai toujours été animée par une grande soif de connaissance. Petite, je voulais tout connaître, tout savoir et la moindre interrogation restée en suspens me tordait le cerveau comme la faim tord l’estomac.

Le jour béni de mes 18 ans, j’ai pris la poudre d’escampette (j’adore cette expression) et je pensais que j’allais enfin pouvoir me rassasier à la fac. Mouais… ou pas ! À ce jour, je suis toujours incapable d’expliquer comment j’ai eu mon DEUG anglais-chinois. En effet, mon étude portait plus sur la sociologie des piliers de bar que sur les langues étrangères.

Un jour, j’ai été rattrapée par la réalité : j’avais faim et j’avais besoin d’action. Alors, hop ! Direction le monde du travail. Après un frugal BTS tourisme, j’ai enfin ouvert la porte du garde-manger et je me suis directement coupé une part d’hôtellerie. Au bout de quelques mois, on m’a permis d’ajouter une superbe cerise sur le gâteau : j’allais devenir concierge d’hôtel à Paris.

Du repas gargantuesque au quignon de pain

Concierge d’hôtel : à moi la gloire et la fortune ! Mais surtout : à moi la connaissance touristique, à moi la culture française, à moi l’histoire de l’art, à moi la gastronomie intellectuelle. Pendant plus de 5 ans je me suis gavée… jusqu’à l’indigestion.

cafeine-lucie-rondelet

Eh oui, car figurez-vous que la boulimie de cerveau a ceci de vicieux qu’elle nous pousse à vouloir goûter à tous les plats. Or, au bout de 5 ans il ne restait plus que des miettes d’hôtellerie et mon cerveau affamé a voulu changer de crèmerie.

Je me suis donc dirigée vers le monde de l’entreprise classique, histoire d’épicer un peu mon plat. Mon Dieu, qu’il m’a d’abord semblé fade ce plat ! Heureusement, il existe de bons cuistots capables de repérer les goinfres du cerveau dans mon genre. Le chef m’a alors passé le sel et confié des tâches plus importantes. Je suis donc passée d’assistante de direction à coordinatrice des projets… Ouf !

Malheureusement, au bout de 4 ans et de retour de congé maternité, j’ai appris que le chef avait changé. De petit bistrot raffiné, l’adresse était devenue bouiboui infâme. Mon cerveau s’est vite mis à crier famine et la malnutrition intellectuelle m’a poussé à aller chercher de la nourriture plus loin.

Utopiste, naïve même, j’avais envie de changer le monde. Mes pas m’ont alors dirigé vers une ONG au sein de laquelle, j’en étais sûre, j’allais me repaître à faire bouger les lignes. Pfffff… Gandalf m’aurait sûrement dit : « fuyez, pauvre folle ! »

Bref… ma vie professionnelle n’avait plus aucun goût et ma vie personnelle venait de foutre le camp, me laissant seule avec un bébé et un cerveau mourant d’inanition.

Ma découverte du jardin des Hespérides

Pendant plus d’un an, j’ai erré. Seule. Au chômage. Affamée de savoir ! Mais heureusement, par un beau matin, au printemps 2018, mon cerveau s’est mis en mode survie : « Ma fille, il est temps de te reprendre en main et de me donner à manger ». J’ai allumé mon PC et j’ai gentiment demandé à mon ami Google comment me sustenter.

La réponse fut une bénédiction : (roulement de tambour et musique divine) la rédaction web ! WHAT ? Il y a des gens qui sont payés pour écrire des articles sur Internet ! Incrédule, je me suis immédiatement mise à dévorer les premières bouchées de ma nouvelle vie.

Une muse nommée Lucie Rondelet m’est alors apparue sur YouTube. Elle m’a tendu une pomme d’or dont je me suis délectée et m’a ouvert la porte d’un jardin fabuleux, où la faim intellectuelle n’existe pas.

J’ai alors pris une grande décision qui changera pour toujours le cours de mon histoire ! Je me suis inscrite à la formation Origami 2 et pendant 6 mois, je me suis nourri du savoir prodigué par Lucie : rédaction web, SEO, audit SEO, démarchage client, organisation du rédacteur web, etc. Enfin de petits plats savoureux dignes d’un grand chef !

Et vous savez quoi ? J’ai fini la formation de Lucie il y a à peine un mois et mon CA dépasse déjà les 2 000 € ! Mais surtout, je sais que mon cerveau boulimique n’aura plus jamais faim !

Si vous aussi vous avez faim d’apprentissage, soif de connaissance et envie de passer au plat de résistance de votre vie professionnelle, n’hésitez pas à découvrir le métier de rédacteur web à travers le blog de Lucie.

Et pour vous aider à franchir le cap, sachez que nous sommes déjà nombreux à être passés à la chaleur tournante du four des formations de Lucie et que nous en sommes tous ressortis cuits à point !

Marie Weber, ancienne élève Origami 2 (formation “premium” de Lucie Rondelet)

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
error: Content is protected !!

Téléchargez GRATUITEMENT
​ "101 sites qui recrutent des rédacteurs web" !