metier pour les personnes timides

Rédacteur web : métier idéal pour les personnes timides ou introverties ?

Deux Français sur trois se déclarent timides. En faites-vous partie ? Si la réponse est oui, il y a de fortes chances pour que votre trouble se manifeste aussi dans votre vie professionnelle. Moments de gêne, stress important, difficulté à contrôler vos émotions, vous en avez marre et aimeriez trouver un travail pour les personnes timides, un vrai. Mais quel métier exercer quand on n’a pas confiance en soi et que les contacts sociaux sont difficiles ? Si la profession idéale n’existe pas pour ceux qui souffrent d’anxiété sociale, sont introvertis ou encore réservés, celle de rédacteur web freelance s’en approche fortement. Zoom sur ce métier pour timide dans un article écrit… par une personne touchée de près par le sujet !

La difficulté à trouver une profession adaptée à sa nature quand on souffre d’anxiété sociale

La timidité se définit comme un « manque d’assurance, de hardiesse dans ses rapports avec autrui » (Larousse). Malheureusement pour la personne réservée, la vie professionnelle rend les contacts sociaux inévitables. Au travail, l’introversion peut être un vrai handicap. Jeux de rôle en formation, prise de parole en public, entretien avec son supérieur hiérarchique, trajet en ascenseur seul avec un collègue, négociation de salaire… Lorsque l’on est trop timide en entreprise, nombreuses sont les situations qui provoquent une gêne, pire de l’anxiété . Celle-ci se manifeste alors de plusieurs manières :

  • Physiologiquement : moiteur des mains, rougissement, sensation de vertige ou palpitations.
  • Comportementalement : maladresse (voire gaucherie), évitement des situations redoutées ou inhibition.
  • Psychologiquement : manque de confiance en soi (doutes sur ses capacités, peur du jugement d’autrui).

Bon ! Et avec tout ça, on fait quoi ? D’abord, on se concentre sur le positif, car il y en a dans le fait d’être timide. Les personnes introverties ou souffrant d’anxiété sociale ont des qualités (si si !) : capacités d’écoute, empathie, respect de l’autre, niveau de conscience professionnelle élevé sont les principales caractéristiques décrites par les psychologues. Ensuite, on surfe sur la vague du télétravail, car à l’évidence le travail à domicile permet d’éviter certaines situations angoissantes. Mieux, on réfléchit à une reconversion professionnelle ou à se lancer dans l’entrepreneuriat pour se libérer de blocages inhérents à la vie en entreprise. Dans ce contexte, se reconvertir en tant que rédacteur web freelance (même sans diplôme !) est une piste à étudier sérieusement. Mais en quoi consiste ce métier précisément ? Comme son nom le laisse deviner, le rédacteur web rédige des contenus pour les sites internet. Par la qualité de ses écrits, il contribue à attirer une cible sur un site, à la fidéliser ou à la convertir.

Rédacteur web freelance : les avantages de ce métier pour les introvertis

Un métier sans contact avec les gens

Être rédacteur web freelance, c’est travailler seul au calme, de chez soi, dans son cocon, à l’abri du regard des autres et de toutes les situations angoissantes qui pourrissent la vie des personnes réservées. Pas de collègues, pas de patron et pas de contact direct avec la clientèle, donc pas de stress relationnel. Les seules interactions avec les clients ont lieu épisodiquement, par téléphone ou par visio, ce qui limite la gêne ressentie à cause du regard de l’autre. Nul doute que l’éreutophobe (celui qui a peur de rougir) appréciera.

Dans la vidéo ci-dessous, Olga, rédactrice web professionnelle et ancienne élève de Lucie Rondelet, nous raconte son parcours de jeune femme timide et éreutophobe.


⏩ Aller plus loin : Quel métier quand on est agoraphobe ?

L’écriture : un haut lieu d’expression pour les timides

Il semble que les personnes timides soient plus enclines à trouver dans les métiers de l’écriture un refuge, un moyen d’expression, voire une forme de thérapie. D’ailleurs, nombre d’écrivains se déclarent timides. Le plus célèbre est sans doute Jules Renard, qui a décrit le monde intérieur du timide dans son Journal. À la différence de l’écrivain, les rédacteurs web rédigent pour les autres, pas pour eux-même. Mais face à leur ordinateur, libérés des blocages sociaux qui les paralysent, ils peuvent s’exprimer librement, même s’ils portent bien sûr la voix de leur client et non la leur.

L’empathie : essentielle en rédaction web

Nous l’avons dit, les personnes introverties sont en général dotées de grandes capacités d’écoute et d’empathie. Cette dernière se définit comme l’aptitude à se mettre intuitivement à la place de l’autre, à s’identifier à lui. En rédaction web, cette qualité est essentielle. En effet, le créateur de contenu internet doit non seulement comprendre son client (ses valeurs, la ligne éditoriale de son site), mais aussi et surtout sa cible. Pour rédiger des textes convaincants, il lui faut pouvoir cerner les motivations de cette dernière, ses besoins, ses craintes. La personnalité timide semble alors capable de s’en imprégner avec facilité.

Métiers pour timide : les points de vigilance avec la rédaction web en freelance

Le syndrome de l’imposteur

Ah le syndrome de l’imposteur ! Cette impression d’illégitimité fait couler beaucoup d’encre. Ce qui est sûr, c’est que les personnes introverties manquent de confiance en elles. Dès lors, elles seront sans doute plus sujettes que d’autres à ressentir ce sentiment d’imposture, de dépréciation de soi. Concrètement, le risque est de ne pas oser. Ne pas oser démarcher ou négocier ses tarifs, par exemple. Pourtant, ce sont des aspects essentiels quand on est entrepreneur, il en va de sa rentabilité. Il faut en avoir conscience, car selon une étude française, 42,9 % des personnes phobiques sociales (le plus haut degré des formes d’anxiété sociale) déclarent que leur trouble a un impact sur leur autonomie financière.

La tendance à procrastiner

Pour se préserver, la personnalité réservée va avoir tendance à entrer dans un processus d’évitement. Peur de prendre le téléphone, de ne pas être à la hauteur, d’échouer… Pour ne pas se retrouver confronté à ces situations, il peut alors chercher à les contourner ou à ne pas agir tout simplement. Le corollaire de cette attitude ici est la procrastination, à laquelle l’entrepreneur doit pourtant être vigilant. Car remettre sans cesse les choses à plus tard peut nuire à la rentabilité et in fine, à la viabilité de son projet professionnel.

⏩ À lire aussi : Atychiphobie ou la peur incontrôlable de l’échec

Le démarchage client

Le dernier point de vigilance, et pas des moindres, concerne le démarchage client. Évidemment, pour espérer réussir à vivre de la rédaction web, il faut avoir des clients. Et pour avoir des clients, il faut démarcher. Dans l’immense majorité des cas, le rédacteur web prospecte par mail, ce qui limite les situations qui posent problème à la personne timide. Néanmoins, les appels téléphoniques, voire les visio ne sont pas à exclure. Ces formes d’entretien peuvent entraîner un stress dont il faut avoir conscience.

Interviewé par Lucie Rondelet, Luc Geiger donne, dans cette vidéo, quelques clés pour ne pas se laisser déborder par ses émotions lorsqu’elles surgissent.

⏩Vous envisagez de devenir rédacteur web freelance pour ne plus avoir à lutter contre votre timidité au travail ? Découvrez le programme de la formation de Lucie Rondelet.

Stéphanie Soulier – Chargée éditoriale FRW et ancienne élève Origami 4

Sources :

  • C. André, La Timidité, PUF, 2011 ;
  • A. Pélissolo et al., Les phobies sociales en psychiatrie : caractéristiques cliniques et modalités de prise en charge (étude Phœnix), 2006.
lucie rondelet instagram

Partager l'article

9 réponses

  1. Bonjour, étant hypersensible et introvertie, je croyais que la rédaction web serait une voie professionnelle pour moi. Mais après avoir suivi une formation (chez un concurrent de FRW), je me suis rendu compte que ça ne me plaisait pas. On est bridé par la structure, les mots-clés, les balises, le SEO en somme. Donc on ne peut pas écrire librement. Et on écrit pour vendre. En tant qu’introvertie, je n’aime pas vendre ! C’est donc plutôt un métier pour les personnes au profil commercial à mon avis.

    1. Bonjour Stéphanie,
      Dans ce cas, n’hésitez pas à échanger avec des rédacteurs qui ont suivi ma formation. Les formateurs qui imposent des mots-clés et brident la créativité des rédacteurs ont 5 à 8 ans de retard sur les pratiques SEO… C’est rageant, mais c’est la réalité… Voir que tant de pseudo-professionnels gâchent l’image du métier et l’idée que l’on s’en fait me désole profondément.
      Bref. Ce n’est pas à moi de vous convaincre, vous trouverez bien votre voie, quelle qu’elle soit ! Bonne rédac’ !

      1. Je suis tout à fait d’accord avec Stéphanie, moi c’est Pôle Emploi qui me bloque sur tout utilisant ma timidité comme moyen de pression et le fait de ne pas avoir de moyens pour payer une formation… Ce qui m’oblige à accepter tout ce qu’il m’impose (ateliers, stages, chantier d’insertion). Recevoir un email de Pôle Emploi me met en panique, les rendez-vous pareils… Une spirale dont je ne vois pas d’issue.

        1. Je trouve cela contradictoire de conseiller aux introvertis le métier de rédacteur freelance alors qu’au démarrage, 100% du travail d’un freelance consiste à démarcher des prospects. Beaucoup de prospects.

          Convaincre, se mettre en avant, investir le terrain, déranger l’autre dans son quotidien. Encaisser des refus ou des silences. Recommencer encore.
          Parce qu’il faut bien des clients pour avoir de l’argent.
          Soit l’enfer pour quelqu’un d’introverti ou de peu confiant.

          Être introverti ne signifie pas seulement préferer lire un bouquin chez soi plutôt que faire la fête au bar, c’est plus profond que ça.

          Je ne dis pas que c’est impossible mais que ce métier n’est pas la solution rêvée pour être apaisé et ne pas avoir à interagir ou à être dans la représentation de soi.

          Après cela peut permettre aux timides de se dépasser et c’est chouette si elles ou ils le désirent mais c’est une autre histoire !

          Merci pour votre article et bonne continuation 🙂

          1. Bonjour Océane,
            Tu soulèves en effet la principale difficulté pour les personnes timides, la prospection. L’article en parle justement.
            Stéphanie

  2. Cet article me parle beaucoup et je me reconnais dans de nombreux points. Cela me motive encore plus à concrétiser ce projet professionnel. Je pense effectivement procrastiner pour ces raisons… pas facile de dépasser ses peurs et blocages. Je vois depuis plusieurs mois une coach de vie qui me donne quelques clefs pour avoir confiance en moi, avant de me lancer en freelance. Nul doute que ça me sera utile ???? Bravo pour cet article.

  3. Bonjour je suis un jeune homme de 31 ans et je suis quelqu’un de sensible qui a un manque de confiance en soi qui me détruit. Je ne suis pas forcément timide tout dépend du contexte, c’est surtout de la peur, c’est un cauchemar un entretien d’embauche mais j’ai envie d’être utile je veux me sentir exister et je ne sais plus quoi faire. J’ai envie d’aider mais je ne sais pas qui peut m’éclairer. Ce n’est pas aussi simple de trouver un interlocuteur qui redonne confiance et courage, les psychologues n’aident pas pour cela, c’est la solidarité qui peut aider se sentir apprécié pour pouvoir aider. J’ai envie d’aider les gens mais je ne sais pas quoi faire comme métier et je n’ose pas aller vers les gens le contexte professionnel me stresse. Je ne peux plus m’en sortir seul.

    1. Bonjour Jérôme,
      Désolée pour le délai de réponse à ton commentaire.
      Tu as déjà pensé à te faire coacher pour dépasser ces freins ? Peut-être qu’un tel accompagnement (avec des mises en situation) pourrait t’aider.
      Bon courage à toi,
      Stéphanie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lancez-vous !

error: Content is protected !!

Inscrivez-vous à notre réunion d'information !

Rendez-vous le mardi 7 mai à 12 h, en direct avec Lucie Rondelet (fondatrice) et Roseline Tiffreau (directrice).

Vous voilà inscrit•e !