Qu’est-ce que la ligne éditoriale d’un site ?

Qu’est-ce que la ligne éditoriale d’un site ?

Vous est-il déjà arrivé de lire dans un briefing « veillez au respect de notre ligne éditoriale » et d’écarquiller les yeux ? Oui ? Parfait, vous êtes au bon endroit. Toute entreprise publiant du contenu dispose d’un fil conducteur dans sa communication. C’est le cas dans le domaine de l’édition et de la presse bien sûr, mais ça l’est aussi dans le monde du Web. Voyons tout de suite ce qu’est précisément la ligne éditoriale d’un site ou d’un blog. (suite…)

Les Raccourcis Clavier en Rédaction web | Gagnez du temps !

Les Raccourcis Clavier en Rédaction web | Gagnez du temps !

Vous voulez rédiger plus vite ? C’est possible grâce aux raccourcis clavier ! Découvrez dans cet article les astuces essentielles du rédacteur web efficace. N’oubliez pas de télécharger le PDF, il vous sera utile lorsque vous aurez un doute sur les touches à utiliser pour réaliser vos commandes, vos mises en pages ou vos caractères spéciaux.

L’utilité des raccourcis clavier en rédaction web

Quand on est rédacteur web, on est généralement rémunéré au nombre de mots que l’on rédige. Ce qui veut que plus l’on rédige vite… mieux on gagne notre vie !

Lorsqu’elle rédigeait pour des clients, Lucie pouvait écrire jusqu’à 1 000 mots par heure. Ce qui fait environ 3 à 4 pages Word. Si elle rédigeait si rapidement, c’est pour 2 raisons :

  • la première, c’est que plus on rédige, plus on rédige vite. Si vous êtes rédacteur, vous devez vous en rendre compte : les doigts filent de plus en plus vite sur le clavier !
  • la seconde explication, c’est parce qu’elle utilisait les raccourcis clavier.

Un raccourci clavier, c’est une combinaison de touches qui permet d’activer une commande, sans avoir à passer par le menu.

Par exemple, quand vous voulez copier-coller un texte, il y a deux options. Une fois que vous avez sélectionné votre texte :

  • soit vous faites clique droit, copier, puis clique droit, coller ;
  • soit vous utilisez les touches de votre clavier pour aller plus vite : Cmd C pour copier, et Cmd V pour coller (Ctrl pour les utilisateurs de PC).

C’est le raccourci le plus connu et le plus utilisé, mais il en existe des tonnes !

Plus vous connaîtrez de raccourcis, plus vous gagnerez de temps.

Avant de vous partager les raccourcis que j’utilise, faisons un point rapide sur les différences de clavier entre un Mac et un PC. Car selon la machine que vous utilisez, les noms des touches ne seront pas les mêmes !

  • la touche Alt sur Windows est la touche Option sur Mac ;
  • la touche du logo Windows équivaut à la touche commande.

Petit aparté pour les possesseurs de Mac : il est fort possible que vous entendiez parler de « la touche pomme ». Il s’agit en fait de la touche commande, dont le design et le nom ont évolué au fil des années.

Passons maintenant aux raccourcis !

Les raccourcis clavier basiques

Vous les connaissez sans doute déjà. Et si ce n’est pas le cas, vous devriez ! Alors lisez bien ce qui suit :

  • Ctrl + C / ou Cmd + C = pour copier du texte.
  • Ctrl + V / ou Cmd + V = pour coller ce que vous venez de copier.
  • Ctrl + X / ou Cmd + X = pour couper une partie d’un texte.
  • Ctrl + B / ou Cmd + B = pour mettre du texte en gras.
  • Ctrl + I / ou Cmd + I = pour l’italique.
  • Ctrl + Z / ou Cmd + Z pour annuler la dernière action effectuée (quand vous supprimez du texte sans faire exprès, par exemple).
  • Ctrl + A / ou Cmd + A pour tout sélectionner. Ce raccourci vous permet de sélectionner l’intégralité du texte d’une page : très pratique pour un article de plusieurs pages ou un tableau Excel par exemple.
  • Ctrl + P / ou Cmd + P pour imprimer. Par souci écologique, je n’imprime que très peu de documents. En revanche, je sais que certains rédacteurs préfèrent relire leurs articles sur papier.
  • Ctrl + S / ou Cmd + S pour sauvegarder. C’est l’un des premiers raccourcis que j’ai appris à utiliser – j’imagine que vous aussi !
  • Ctrl + F / ou Cmd + F pour faire une recherche dans un document ou sur une page web. Vous pouvez aussi vous en servir pour voir combien de fois vous avez placé une requête clé dans un article.
  • Sur Mac, Cmd + maj + 3 pour faire une capture de l’intégralité de votre écran. En utilisant le raccourci Cmd + maj + 4, vous pouvez sélectionner une partie seulement de votre écran. Sur PC, c’est beaucoup plus simple : il existe une touche imprim’ écran !

Les raccourcis clavier essentiels

Vous devrez vous habituer pendant quelques jours, mais une fois maîtrisées, ces astuces vous feront gagner un temps précieux.
D’abord, le raccourci clavier ludique, mais tellement pratique : si vous appuyez sur la touche Windows et le point virgule ou sur Cmd et la barre d’espace (Mac), le clavier émoji apparaît ! Plus besoin d’utiliser un site externe et de faire des copier-coller dans votre texte ! Pendant des années, j’ai utilisé Émojipédia sans imaginer que je pouvais faire apparaître le clavier émojis directement dans un pop-up 😅.
Un peu moins amusant, ces raccourcis vous permettront de surfer rapidement sur le Net ou de construire rapidement un texte :

  • Ctrl N ou Cmd + T = pour ouvrir un nouvel onglet. Très pratique lorsque l’on cherche des sources.
  • Ctrl + K ou Cmd + K pour insérer un lien hypertexte. Celui-là aussi, j’ai mis du temps avant de le découvrir.
  • Ctrl + Maj + C ou Cmd + Maj + C pour copier la mise en forme.
  • Ctrl + Maj + V ou Cmd + Maj + V pour coller la mise en forme.

Les raccourcis clavier pour les majuscules accentuées

Il y a une énoooorme différence entre les utilisateurs de PC et ceux de Mac.
Ceux qui possèdent un PC doivent avoir une excellente mémoire pour retenir tous les raccourcis clavier permettant de faire des majuscules avec accent :

  • Alt + 128 pour le C cédille majuscule.
  • Alt + 144 pour le É.
  • Alt + 0200 pour le È.
  • Alt + 0202 pour le Ê.
  • Alt + 0192 pour le À.
  • Alt + 146 pour le Æ.
  • Alt + 0140 pour le Œ.

Enfin, quelques signes spécifiques à la langue française :

  • Alt + 0160 pour une espace insécable.
  • Alt + 0171 pour le guillemet français ouvrant.
  • Alt + 0187 pour le guillemet français fermant.

Et sur Mac ? Plus besoin de vous arracher les cheveux ! Si vous appuyez sur la touche Shift ou MAJ + sur la touche E pendant quelques secondes : toutes les propositions d’accents apparaissent ! Et c’est la même chose avec toutes les lettres.

Les raccourcis pour les autres caractères spéciaux

  • Alt + 0169 ou Option + C pour le signe copyright.
  • Alt + 0174 ou Option + R pour le signe registered, qui indique qu’une marque est déposée. Avant de connaître ces raccourcis, je faisais des copier-coller depuis Google !
  • Alt Gr + 6 ou Option + MAJ + L pour une barre verticale, que j’utilise très souvent dans les titres de mes articles.
  • Alt Gr + 5 ou Option + MAJ + parenthèse ouvrante pour faire un crochet ouvrant.
  • Alt Gr + la touche °)] ou Option + MAJ + parenthèse fermante, pour un crochet fermant.
  • Pour les accolades, Alt Gr + 4 ou option + la parenthèse ouvrante.
  • Alt Gr + la touche +=} ou Option + parenthèse fermante.

Si cela ne fonctionne pas, vérifiez quelle est la version de votre PC ou Mac. N’hésitez pas à chercher « raccourcis clavier + caractère spécial » sur Google pour trouver le raccourci sur votre modèle.
Vous avez peur de perdre cette information ? Téléchargez ce PDF pour l’avoir sous la main !

Voilà pour les raccourcis clavier indispensables qui vous feront gagner du temps en rédaction web. J’espère que vous en aurez appris certains. Et si vous en connaissez d’autres, partagez-les en commentaires, ils pourront servir à tout le monde.
N’oubliez pas de vous abonner à la chaîne YouTube de Lucie pour ne pas rater ses prochaines vidéos.

➡️ Voir le plan du site pour continuer à découvrir le métier de rédacteur web SEO

Morgane Caroline – Rédactrice SEO, chargée du montage et de la communication dans l’équipe de Lucie Rondelet et ancienne élève Origami 2

Pour aller plus loin :

Comment faire un calendrier éditorial ? La méthode en 6 étapes

Comment faire un calendrier éditorial ? La méthode en 6 étapes

Comment faire un calendrier éditorial ? Voilà une question qui revient souvent chez les rédacteurs web. Support de travail indispensable pour les blogueurs et les community managers, il permet d’anticiper les publications des semaines, voire des mois à l’avance et d’assurer une parution régulière de contenu. Suivez le guide pour apprendre à créer un planning éditorial pas à pas.

1 – Définir le persona pour faire un calendrier éditorial pertinent

La toute première étape pour concevoir un calendrier des publications consiste à définir le persona (à qui vous vous adressez). Il est donc nécessaire de cibler les clients, les prospects et les lecteurs potentiels. Il faut savoir comment leur parler (s’agit-il d’acheteurs, d’influenceurs, etc.) et identifier les canaux à utiliser.

2 – Rechercher des idées pour des contenus à forte valeur ajoutée

Quel problème cherche à résoudre l’avatar client ? That is the question ! En effet, il est capital de proposer du contenu qui répond à ses problématiques. Recherchez des idées de sujets en fonction des requêtes tapées par les internautes sur les moteurs de recherche dans la thématique du blog. Enfin, n’oubliez pas de jeter un œil à la stratégie de contenu de la concurrence (jeter un œil ne signifie pas copier, il est toujours bon de le rappeler).

3 – Trier ses idées en fonction de leur intérêt SEO

Après cet important remue-méninge, il est grand temps de faire le tri et de classer vos idées. Pour cela, réalisez un classement qualitatif et quantitatif à l’aide de outils SEO préférés (ex. : Google Ads). Une bonne stratégie éditoriale passe par la recherche de mots-clés pertinents. Volumes de recherche, concurrence et intérêt de la requête pour la cible sont les facteurs à prendre en compte. Faut-il cibler des volumes importants ou faibles ? Lucie vous répond en personne !

4 – Sélectionner les données à indiquer dans le planning éditorial

Tout modèle de planning éditorial doit faire apparaître les informations suivantes, organisées de préférence en colonne :

  • la requête principale – celle sur laquelle le contenu doit ressortir dans les moteurs de recherche ;
  • le title de l’article (qui peut aussi être le H1) qui contient la requête principale ;
  • l’url de l’article ;
  • les requêtes secondaires et les mots-clés à intégrer dans le texte ;
  • les liens à prévoir vers les autres contenus (le maillage interne) ;
  • le nombre de mots envisagé à déterminer en fonction de la longueur des contenus de la concurrence sur la requête travaillée ;
  • les informations annexes (sources d’inspiration, visuels…)
  • la date de publication qui peut être identifiée grâce à Google Trends en repérant le point d’inflexion (la date à partir de laquelle les internautes manifestent de l’intérêt pour la requête) ;
  • le statut permettant aux différents intervenants de connaître l’état du contenu web à un instant T (en cours, planifié, soumis, accepté ou publié) ;
  • le nom des collaborateurs si votre projet nécessite l’intervention de plusieurs rédacteurs web.

5 – Choisir les outils pour créer son calendrier éditorial

Nous voici enfin arrivés à l’étape de la construction du planning éditorial à proprement parler. Il s’agit d’organiser les idées, qui sont maintenant devenues des requêtes clés, dans un agenda détaillé. À ce stade, il devient un véritable plan de route qui donne le cap pour les prochains mois.

Mais d’abord, comment faire ce calendrier éditorial en pratique ? Avec quels outils ? Voici ma sélection, du plus simple au plus perfectionné !

Les tableurs et agendas des suites bureautiques

De nombreuses solutions existent pour réaliser un planning éditorial simplement et à moindre coût : les feuilles de calcul ou les calendriers de messagerie sont les plus répandus. Vous avez un compte Gmail ? Profitez des nombreuses solutions gratuites qu’il offre et faites un calendrier éditorial Google Sheet. Avec les options de partage, vous pourrez collaborer en ligne avec votre client ou l’équipe de rédacteurs. Pour les plannings simples et les petits projets, vous pouvez même utiliser l’agenda Google.

Vous disposez de la suite Microsoft Office ? Utilisez Excel. En important votre fichier sur votre Drive Google, vous pourrez le partager avec les différents intervenants si besoin. Le système de messagerie Outlook, avec son calendrier intégré, peut aussi servir de base pour établir un calendrier éditorial élémentaire.

Trello

Très flexible, Trello s’adapte facilement à n’importe quel type d’activité. L’ajout de notes, de pièces jointes et de membres est ultrafacile. Il est également possible de placer des étiquettes, d’ajouter des commentaires, de réaliser des checklists… et même de personnaliser son planning. Trello fonctionne avec des cartes que l’on peut déplacer au gré des envies. Bref, Trello c’est ludique, complet et facile à utiliser ! La version gratuite est suffisante.

CoSchedule

Coschedule est un calendrier éditorial permettant de suivre l’avancée des réalisations, leurs publications et leur impact. Son petit plus ? Il dispose d’un plug-in sur WordPress pour intégrer directement votre planning au tableau de bord. Après un essai de 14 jours gratuits, la solution coûte 14 $ par mois par utilisateur.

Flow

Outil de gestion de projet de content marketing, Flow est relativement facile d’utilisation. Il regroupe un ensemble de fonctionnalités et offre trois modes de visualisation : calendrier, liste de tâches ou Kanban. Pratique et efficace, il dispose d’un système d’alertes et de notifications. Il est gratuit pendant 30 jours, puis 8 $ par utilisateur par mois.

 

6 – Réajuster son calendrier éditorial pour suivre l’actualité chaude

Si le planning prévoit les publications sur une longue période, il n’en est pas pour autant figé. Besoin d’améliorer le trafic ou le taux de conversion, événement imprévu, ajout de contenu spécifique… De nombreuses raisons nécessitent d’ajuster un calendrier éditorial. Outil flexible, vous pouvez le remanier dès que votre stratégie le nécessite.

Vous l’aurez compris, le calendrier éditorial est indispensable pour mener à bien une stratégie de contenu et renforcer sa visibilité sur le Web. Outil de gestion, de planification et de collaboration, le planning éditorial permet de travailler avec davantage de sérénité.

Vous avez maintenant toutes les cartes en main pour concevoir le vôtre. À vous jouer !

Priscilla Caruso Mucciante – Rédactrice web et ancienne élève Origami 3

 

Creer un calendrier editorial efficace

Écrire un ebook : commettez-vous ces 10 erreurs ?

Écrire un ebook : commettez-vous ces 10 erreurs ?

Vous devez rédiger un ebook pour un client ? C’est la première fois ? Ce ne sera sans doute pas la dernière, car le livre électronique est très apprécié par les propriétaires de sites qui cherchent à développer leur autorité sur un sujet ou monétiser leur blog. Mais prenez garde à ne pas vous précipiter. Un livre numérique mal conçu, voire médiocre, pourrait aussi produire l’effet inverse et rebuter les lecteurs. Vous souhaitez quelques conseils pour ne pas commettre d’impairs ? Voici 10 erreurs à éviter pour écrire un ebook de qualité.

1. Rédiger un ebook sur un thème que vous ne maîtrisez pas

Vous êtes tenté d’accepter d’écrire un ebook sur un sujet auquel vous ne connaissez rien ? Stop ! Prenez le temps de la réflexion. Demandez-vous si cela ne va pas vous prendre trop de temps d’effectuer des recherches et de comprendre de quoi il en retourne. Ou bien, si tout simplement, vous ne risquez pas de commettre de nombreuses erreurs. Pire de rédiger un texte incompréhensible !

N’oubliez pas, un livre électronique est un outil marketing performant permettant de positionner votre client en tant qu’expert sur un sujet. Avant d’accepter le travail, assurez-vous de bien maîtriser le sujet ou d’avoir assez de sources fiables. Vous économiserez du temps et fournirez un résultat à forte valeur ajoutée pour votre client et son audience. Il gagnera en crédibilité et n’hésitera pas à faire appel à vous pour ses prochains textes.

2. Choisir un sujet qui n’intéresse pas la cible

Lorsque l’on vend des solutions de sécurité informatique, il est préférable de proposer un ebook sur le top 10 des anti-virus que sur les aspirateurs. Évident, vous me direz ? Pas pour tout le monde. D’autant qu’il existe une petite subtilité dont il faut impérativement tenir compte. Vous êtes prêt ? Alors écoutez bien : il ne s’agit pas nécessairement de fournir des réponses aux besoins actuels des clients et prospects de votre client. L’idéal serait que votre livre crée chez ces lecteurs un nouveau besoin. Et ça tombe bien, votre client propose des produits permettant de le combler. L’idée est donc de convertir les internautes grâce au livre numérique.

Si vous avez carte blanche, vous devez donc choisir le sujet du livre électronique avec précaution, ce qui n’est pas évident ! Mais avec un peu de réflexion, vous devriez dénicher le sujet qui devrait plaire à l’audience et lui donner envie d’acheter les produits ou services de votre client. Mon conseil pour un sujet forcément pertinent : prospectez, sondez, interrogez l’audience du site auquel l’ebook est destiné. À vous de jouer !

3. Écrire un ebook sans planifier son projet

Même les plus grands écrivains prennent le temps de structurer et planifier leur récit. Alors certes, vous ne rédigez pas le prochain prix Goncourt, mais ce n’est pas pour autant qu’il faille négliger cette étape fondamentale. À défaut de plan et de structure, vous risquez de multiplier les répétitions et les digressions, tout en oubliant certains points essentiels. Un peu d’organisation, s’il vous plaît ! Prenez donc le temps de réaliser un mind mapping afin de mettre en place vos idées. Un bon plan vous permettra par ailleurs d’écrire un livre digital de qualité, bien plus rapidement.

Mon conseil : si vous manquez d’inspiration pour votre introduction, pas de panique. Laissez-la de côté quelque temps et commencez par rédiger le corps de votre ebook. Pour accroître votre motivation, penchez-vous par exemple sur le chapitre qui vous inspire le plus. Une fois votre manuscrit terminé, l’introduction devrait être une évidence.

4. Écrire un livre électronique trop long et trop détaillé

Alors évidemment, tout dépendra de l’objectif de votre ebook. S’il est payant et onéreux, sans doute les lecteurs seront ravis d’y trouver toutes les réponses à leurs questions. En revanche, s’il est gratuit et vise à attirer de nouveaux abonnés sur un blog, il est préférable que celui-ci ne soit pas trop exhaustif. Sinon, pourquoi reviendraient-ils sur le site s’ils pensent déjà avoir obtenu tout ce qu’il leur faut ? Recentrez-vous sur les points qui intéressent la cible. Et si vous avez plein d’autres idées, gardez-les pour écrire un autre livre, un article ou une vidéo.

Le petit plus de l’ebook : rappelez-vous qu’il s’agit d’un format facilement modifiable. Vous avez oublié quelque chose qui semble passionner l’audience ? Vous pouvez proposer à votre client de modifier ou réécrire certains passages.

ecrire un ebook

5. Manquer d’originalité dans le titre de son livre

Comme pour tous les articles de blog, écrire un ebook de qualité implique de dénicher un titre accrocheur et percutant. Il doit donner à vos potentiels lecteurs l’envie de télécharger le contenu. Pour que cela fonctionne, vous devez susciter leur intérêt en vous appuyant sur leurs émotions. Oubliez les titres qui laissent indifférents. Préférez une phrase courte qui fait rire, agace, dérange, surprend ou laisse perplexe. Autre approche qui incite les internautes à s’intéresser à une publication : les chiffres. Ils ont, en effet, tendance à augmenter de manière significative l’attractivité d’un contenu.

6. Ne pas consacrer suffisamment de temps à l’écriture de son ebook

Le sujet vous passionne, vous rêviez de décrocher une mission pour écrire un livre électronique et pourtant, rien n’y fait. Vous avez bien du mal à démarrer. Un jour, ça y est, vous êtes lancé. Et là, plus rien ne vous arrête. Vous passez des heures à écrire jusqu’à épuisement. Grosse erreur ! C’est la manière la plus sûre d’abandonner en cours de route et de ne pas le rendre dans les délais. Mon conseil : inutile de passer des nuits blanches à écrire. Soyez régulier et fixez-vous des objectifs clairs et réalistes. N’oubliez pas de faire des pauses et de prendre du recul sur votre travail. Vous n’en serez que plus productif !

7. Ne pas tenir compte de la qualité globale de votre manuscrit

Comme on dit, le diable se cache souvent dans les détails. Les fautes de frappe ou une mauvaise présentation peuvent en effet laisser une impression de travail bâclé au lecteur. Pourtant, il est tout aussi indispensable de vous pencher sur la cohérence globale de votre travail. L’enchaînement de vos chapitres est-il pertinent ? Vos paragraphes sont-ils équilibrés en quantité et en qualité ? Vous devez impérativement prendre de la hauteur pour évaluer la qualité de votre ebook. Et pour cela, une seule solution : se mettre dans la peau de votre lecteur !

8. Ne pas relire son ebook

C’est une erreur très courante ! Nombre de rédacteurs de livres numériques se précipitent pour envoyer leur contenu à leur client, sans même prendre le temps de le relire convenablement. Résultat : des coquilles, des fautes d’orthographe, des répétitions et des incohérences qui auraient pu être très simplement évitées.

Mon conseil : laissez votre premier jet reposer quelques jours. Puis reprenez-le entièrement pour une séance de relecture attentive et précise. Vous découvrirez certainement des erreurs qui étaient passées inaperçues jusqu’ici.

9. Ne pas faire relire son ebook

Votre relecture est terminée ? Vous avez sans doute éliminé de nombreuses fautes. Mais croyez-moi, il en reste probablement quelques-unes (voire beaucoup trop). Vous l’avez en effet sans doute déjà remarqué : lorsque l’on a passé de nombreuses heures lire et relire un document, on finit par ne plus voir les fautes d’orthographe, les étourderies et les coquilles.

N’hésitez pas à faire équipe avec un autre rédacteur professionnel pour vos relectures. Vous pouvez également faire appel à un ami ou un membre de la famille consciencieux. Et si aucune âme charitable ne se dévoue, de bons logiciels de correction orthographique sont aujourd’hui disponibles sur le marché pour écrire un ebook sans faute.

10. Ne pas soigner la couverture

Vous avez également été chargé du design de l’ebook ? Comme pour un roman classique, la couverture d’un livre numérique a presque autant d’importance que son contenu. La négliger serait une énorme erreur. L’aspect visuel est essentiel pour déclencher l’achat et le téléchargement. Et c’est bien l’objectif de votre client, n’est-ce pas ?
Vous pouvez faire équipe avec un designer professionnel ou vous lancer vous-même dans la conception du visuel. Pour cela, regardez un peu ce qui se fait en la matière afin d’avoir une idée de ce qu’il faut et ne faut pas faire. Quoi qu’il en soit, pensez toujours à adapter votre offre à la cible et au thème.

Vous avez échappé à ces 10 erreurs ? Félicitations, vous avez enfin écrit votre ebook ! Soyez disponible pour les éventuelles modifications demandées par votre client. Ensuite, reposez-vous un peu, vous l’avez bien mérité !

Parlons de votre expérience : avez-vous déjà rédigé un livre numérique ? Quels sont vos conseils ?

Agnès Mongin – Rédactrice SEO et ancienne élève Origami 3

Nombre de Mots Idéal pour vos Contenus | Calibrage éditorial

Nombre de Mots Idéal pour vos Contenus | Calibrage éditorial

Combien de mots pour mes contenus en ligne ?

Cette question revient dès que vous rédigez un nouveau type de texte : combien de mots devez-vous écrire ? La question doit être abordée sous deux angles différents : le nombre de mots idéal de vos contenus pour le référencement naturel et celui qui favorise l’engagement de vos lecteurs. Après une analyse de chaque aspect, vous découvrirez dans cet article la meilleure longueur pour vos articles, pages, newsletters, fiches produits… On vous dit tout ! (suite…)

error: Content is protected !!