Comment faire un calendrier éditorial ? La méthode en 6 étapes

Comment faire un calendrier éditorial ? La méthode en 6 étapes

Comment faire un calendrier éditorial ? Voilà une question qui revient souvent chez les rédacteurs web. Support de travail indispensable pour les blogueurs et les community managers, il permet d’anticiper les publications des semaines, voire des mois à l’avance et d’assurer une parution régulière de contenu. Suivez le guide pour apprendre à créer un planning éditorial pas à pas.

1 – Définir le persona pour faire un calendrier éditorial pertinent

La toute première étape pour concevoir un calendrier des publications consiste à définir le persona (à qui vous vous adressez). Il est donc nécessaire de cibler les clients, les prospects et les lecteurs potentiels. Il faut savoir comment leur parler (s’agit-il d’acheteurs, d’influenceurs, etc.) et identifier les canaux à utiliser.

2 – Rechercher des idées pour des contenus à forte valeur ajoutée

Quel problème cherche à résoudre l’avatar client ? That is the question ! En effet, il est capital de proposer du contenu qui répond à ses problématiques. Recherchez des idées de sujets en fonction des requêtes tapées par les internautes sur les moteurs de recherche dans la thématique du blog. Enfin, n’oubliez pas de jeter un œil à la stratégie de contenu de la concurrence (jeter un œil ne signifie pas copier, il est toujours bon de le rappeler).

3 – Trier ses idées en fonction de leur intérêt SEO

Après cet important remue-méninge, il est grand temps de faire le tri et de classer vos idées. Pour cela, réalisez un classement qualitatif et quantitatif à l’aide de outils SEO préférés (ex. : Google Ads). Une bonne stratégie éditoriale passe par la recherche de mots-clés pertinents. Volumes de recherche, concurrence et intérêt de la requête pour la cible sont les facteurs à prendre en compte. Faut-il cibler des volumes importants ou faibles ? Lucie vous répond en personne !

4 – Sélectionner les données à indiquer dans le planning éditorial

Tout modèle de planning éditorial doit faire apparaître les informations suivantes, organisées de préférence en colonne :

  • la requête principale – celle sur laquelle le contenu doit ressortir dans les moteurs de recherche ;
  • le title de l’article (qui peut aussi être le H1) qui contient la requête principale ;
  • l’url de l’article ;
  • les requêtes secondaires et les mots-clés à intégrer dans le texte ;
  • les liens à prévoir vers les autres contenus (le maillage interne) ;
  • le nombre de mots envisagé à déterminer en fonction de la longueur des contenus de la concurrence sur la requête travaillée ;
  • les informations annexes (sources d’inspiration, visuels…)
  • la date de publication qui peut être identifiée grâce à Google Trends en repérant le point d’inflexion (la date à partir de laquelle les internautes manifestent de l’intérêt pour la requête) ;
  • le statut permettant aux différents intervenants de connaître l’état du contenu web à un instant T (en cours, planifié, soumis, accepté ou publié) ;
  • le nom des collaborateurs si votre projet nécessite l’intervention de plusieurs rédacteurs web.

5 – Choisir les outils pour créer son calendrier éditorial

Nous voici enfin arrivés à l’étape de la construction du planning éditorial à proprement parler. Il s’agit d’organiser les idées, qui sont maintenant devenues des requêtes clés, dans un agenda détaillé. À ce stade, il devient un véritable plan de route qui donne le cap pour les prochains mois.

Mais d’abord, comment faire ce calendrier éditorial en pratique ? Avec quels outils ? Voici ma sélection, du plus simple au plus perfectionné !

Les tableurs et agendas des suites bureautiques

De nombreuses solutions existent pour réaliser un planning éditorial simplement et à moindre coût : les feuilles de calcul ou les calendriers de messagerie sont les plus répandus. Vous avez un compte Gmail ? Profitez des nombreuses solutions gratuites qu’il offre et faites un calendrier éditorial Google Sheet. Avec les options de partage, vous pourrez collaborer en ligne avec votre client ou l’équipe de rédacteurs. Pour les plannings simples et les petits projets, vous pouvez même utiliser l’agenda Google.

Vous disposez de la suite Microsoft Office ? Utilisez Excel. En important votre fichier sur votre Drive Google, vous pourrez le partager avec les différents intervenants si besoin. Le système de messagerie Outlook, avec son calendrier intégré, peut aussi servir de base pour établir un calendrier éditorial élémentaire.

Trello

Très flexible, Trello s’adapte facilement à n’importe quel type d’activité. L’ajout de notes, de pièces jointes et de membres est ultrafacile. Il est également possible de placer des étiquettes, d’ajouter des commentaires, de réaliser des checklists… et même de personnaliser son planning. Trello fonctionne avec des cartes que l’on peut déplacer au gré des envies. Bref, Trello c’est ludique, complet et facile à utiliser ! La version gratuite est suffisante.

CoSchedule

Coschedule est un calendrier éditorial permettant de suivre l’avancée des réalisations, leurs publications et leur impact. Son petit plus ? Il dispose d’un plug-in sur WordPress pour intégrer directement votre planning au tableau de bord. Après un essai de 14 jours gratuits, la solution coûte 14 $ par mois par utilisateur.

Flow

Outil de gestion de projet de content marketing, Flow est relativement facile d’utilisation. Il regroupe un ensemble de fonctionnalités et offre trois modes de visualisation : calendrier, liste de tâches ou Kanban. Pratique et efficace, il dispose d’un système d’alertes et de notifications. Il est gratuit pendant 30 jours, puis 8 $ par utilisateur par mois.

 

6 – Réajuster son calendrier éditorial pour suivre l’actualité chaude

Si le planning prévoit les publications sur une longue période, il n’en est pas pour autant figé. Besoin d’améliorer le trafic ou le taux de conversion, événement imprévu, ajout de contenu spécifique… De nombreuses raisons nécessitent d’ajuster un calendrier éditorial. Outil flexible, vous pouvez le remanier dès que votre stratégie le nécessite.

Vous l’aurez compris, le calendrier éditorial est indispensable pour mener à bien une stratégie de contenu et renforcer sa visibilité sur le Web. Outil de gestion, de planification et de collaboration, le planning éditorial permet de travailler avec davantage de sérénité.

Vous avez maintenant toutes les cartes en main pour concevoir le vôtre. À vous jouer !

Priscilla Caruso Mucciante – Rédactrice web et ancienne élève Origami 3

 

Creer un calendrier editorial efficace

Planning éditorial | Pilotez la stratégie de contenu de votre blog

Planning éditorial | Pilotez la stratégie de contenu de votre blog

Pour tout blogueur, podcasteur ou YouTubeur, organiser son flux de production devrait être un réflexe. Or, c’est loin d’être le cas, notamment lorsqu’ils débutent. Définir sa stratégie de contenu à travers un planning éditorial est indispensable et s’applique aussi bien aux blogs, aux réseaux sociaux, qu’aux chaînes YouTube ou de podcasts. Cet article se concentre sur les premiers, mais les conseils sont bons à prendre pour les autres canaux de diffusion. 😉 (suite…)

Qu’est-ce que la ligne éditoriale d’un site ?

Qu’est-ce que la ligne éditoriale d’un site ?

Vous est-il déjà arrivé de lire dans un briefing « veillez au respect de notre ligne éditoriale » et d’écarquiller les yeux ? Oui ? Parfait, vous êtes au bon endroit. Toute entreprise publiant du contenu dispose d’un fil conducteur dans sa communication. C’est le cas dans le domaine de l’édition et de la presse bien sûr, mais ça l’est aussi dans le monde du Web. Voyons tout de suite ce qu’est précisément la ligne éditoriale d’un site ou d’un blog. (suite…)

À la découverte de Google keyword planner,  un indispensable du rédacteur web SEO

À la découverte de Google keyword planner, un indispensable du rédacteur web SEO

Si vous vous intéressez à la création de sites internet ou à la rédaction web SEO, vous avez sans doute déjà entendu parler de Google keyword planner. Cet outil, qu’on appelle en français planificateur de mots-clés de Google, est le meilleur ami des référenceurs et des rédacteurs web. À tel point qu’il fait partie de leurs indispensables. Découvrons ensemble les avantages du Google planner. (suite…)

Nos meilleures astuces SEO pour voir son site décoller

Nos meilleures astuces SEO pour voir son site décoller

Tout le monde le sait, il n’existe pas de vérité en matière de référencement naturel. Néanmoins, tous les référenceurs s’accordent à dire qu’il y a 3 éléments indispensables pour améliorer son site internet : le rédactionnel, la technique et les backlincks. Pour ces 3 volets, découvrez nos meilleures astuces SEO. N’attendez plus pour booster les performances de vos textes en appliquant immédiatement nos super tips SEO.

Chouchouter le contenu rédactionnel : l’astuce SEO imparable

Écrire des textes longs

Je suis sûre que vous l’avez déjà lu quelque part : Google est un obsédé textuel. Le contenu est ce qui lui permet de comprendre de quoi parle votre page. C’est important pour la « ranger » dans la bonne case et la faire apparaître sur la requête que vous visez. La question qui revient souvent est : « combien de mots doivent contenir mes textes ? »

On a coutume de dire que le corps éditorial d’une page doit comporter au moins 300 mots. Si pour certains mots-clés, ce quota peut suffire, pour d’autres, il faudra le multiplier par 5 ou 6. Plus vous écrivez sur votre sujet, plus vous développez le champ sémantique associé et plus vous employez de requêtes alternatives qui permettent à Google de contextualiser vos propos.

Vous voulez vraiment que je réponde à la question ci-dessus ?

✏️ Alors, super tips SEO #1 ! Regardez ce que fait la concurrence et faites une moyenne de la longueur des contenus des 3 premiers. Vous obtiendrez le nombre de mots minimum à viser.

Rédiger des contenus pertinents et de qualité

Depuis la mise à jour Panda en 2011, le géant américain place la qualité des textes au-dessus de tout. Évidemment, il a tout à gagner : en faisant ressortir des contenus qui correspondent à l’intention de recherche des internautes, il consolide sa position de moteur incontournable. Aussi, vos pages doivent répondre à la requête tapée et offrir un contenu pertinent. Pour cela, visez l’originalité, les angles différenciants. Ne vous contentez pas de recycler des articles déjà lus des dizaines de fois et qui n’apporteront rien à vos lecteurs, si ce n’est un sentiment de réchauffé (et encore, bien tiède !). Cherchez des sources fiables et créez des contenus exceptionnels. Vos textes doivent faire ressortir votre expertise dans votre domaine. C’est un des 3 volets du concept d’E.A.T (Expertise, Autorité et Confiance) qui fait désormais partie des guidelines de Google.

Publier régulièrement

Si vous pensiez pouvoir publier sur votre blog un article de temps en temps, vous vous trompez. Plus vous mettrez du contenu frais sur votre site, plus les robots des moteurs de recherche prendront l’habitude de le visiter. Vous devez donc l’alimenter à fréquence régulière. Pour les sites vitrine ou les e-commerces, comment faire ?

✏️ Super tips SEO #2 : ouvrez une section blog ! Elle vous permettra d’ajouter du contenu nouveau et à intervalles fixes. Vous enverrez ainsi des signaux positifs à Google.

Si publier fréquemment vous semble contraignant, il existe encore une fois une astuce.

✏️ Super tips SEO #3 : établissez un calendrier éditorial et prévoyez vos parutions des mois à l’avance.

Adopter la bonne stratégie de mots-clés

Arrêter le bourrage de requêtes clés

Le bourrage de mots-clés ou keyword stuffing relève du paléolithique du référencement naturel. Bon j’exagère un peu, mais cette stratégie est complètement dépassée aujourd’hui, et à prohiber. Lorsque vous vous apprêtez à rédiger un article, dressez votre liste de requêtes à intégrer. Inutile de placer la principale 30 fois dans votre texte. Google pénalise ce type de pratique de toute façon. En plus, vous alourdirez votre style, rendant le contenu déplaisant à lire. N’oubliez pas que vous écrivez d’abord pour l’internaute. Aussi, variez le vocabulaire autour de votre mot-clé principal et disposez vos requêtes de manière parfaitement naturelle.

Viser juste pour ses requêtes

Le choix de vos mots-clés est déterminant pour votre positionnement. Si vous convoitez des requêtes avec de forts volumes de recherche et une concurrence importante, mais que votre site ne fait pas le poids, vous n’avez aucune chance d’apparaître dans les premières places. Vous vous dites sans doute qu’il vous suffit de cibler celles dont l’indice de compétition est moins élevé ? Oui… mais non. Tout le monde fait cela. Alors, comment faire ? Travaillez plutôt les équivalences ou les longues traînes.

Vous voulez encore un truc SEO de folie ?

✏️ Très bien, super tips SEO #4 : pensez à la recherche vocale. On ne s’exprime pas de la même manière à l’oral qu’à l’écrit, cela ne vous aura pas échappé. Admettons que vous vous intéressiez aux objets musicaux anciens. Sur un moteur de recherche, vous taperez « qu’est qu’un gramophone ». À Google, vous direz « c’est quoi un gramophone ». Si l’envie vous vient d’écrire un article sur le sujet, pensez donc à intégrer des requêtes issues de la recherche vocale.

Bichonner les zones chaudes de ses pages

Pour que vos pages réagissent bien aux critères de pertinence des moteurs de recherche, il est nécessaire de soigner leurs zones chaudes. Ce sont les critères dits on page (ou in page).

Soigner le title et la métadescription

En SEO, la balise title est absolument essentielle. C’est elle qui apparaît en bleu dans la page de résultat (SERP) et sur votre navigateur, dans l’onglet de la fenêtre internet. Son libellé doit contenir la requête clé travaillée. Il doit être descriptif et donner envie à l’internaute de cliquer. En ce sens, il doit être copywrité.

Quant à la métadescription, si elle ne constitue pas un critère de pertinence pour l’optimisation, elle doit néanmoins être soignée. C’est souvent elle qui incite au clic, en complément d’un bon title. Il s’agit du petit résumé placé juste en dessous. S’il n’est pas un minimum « sexy », cela peut dissuader l’internaute d’aller plus loin (comprenez de visiter le site). Si vous n’en mettez pas ou si le moteur de recherche juge le texte non pertinent au regard du contenu de la page, il piochera lui-même un passage qui lui semble représentatif (et qui contient le mot-clé principal).

Le contenu affiché des balises title et métadescription est limité en longueur.

✏️ Super tips SEO #5 : utilisez un simulateur de SERP en pixels pour vérifier que les phrases ne seront pas tronquées à l’affichage.

Optimiser les intitulés d’URL

L’URL est l’adresse web de votre page. On rencontre parfois des URL farfelues, avec des chiffres, des lettres… Or, elles doivent être lisibles et compréhensibles. Pour une fois, il ne s’agit que d’une optimisation à l’intention des robots et non des internautes. Qui regarde en effet la barre d’adresse en dehors des pros du référencement naturel ? Aussi, l’URL doit contenir votre nom de domaine et les mots-clés travaillés sur la page.

✏️ Super tips SEO #6 : utilisez le trait d’union pour séparer les termes. En effet, l’underscore, ou tiret bas, n’est pas supprimé par Google : il est traité comme un caractère à part entière. Google risquerait donc de prendre vos mots-clés isolés par le « tiret du 8 » pour des mots composés.

Faire des liens internes

Si Internet s’appelle aussi la Toile, ce n’est pas pour rien. Le Net n’est rien d’autre que des pages qui communiquent via des liens hypertextes. Vos pages doivent donc être liées entre elles (et avec des sites externes, mais nous n’aborderons pas cette partie ici) : c’est le maillage interne. Liez vos contenus entre eux : articles de blog vers produits, articles entre eux…

Vous voulez encore un truc SEO ?

✏️ Super tips #7 : soignez vos ancres de liens, ces textes qui vont renvoyer vers une autre page. Oubliez les « cliquez ici pour en savoir plus sur la formation en rédaction web de Lucie ». « Ici » n’est pas descriptif de la page de destination. Préférez « changez de vie avec la formation en rédaction web de Lucie ».

meilleures astuces SEO

Optimiser ses images, l’astuce référencement naturel souvent oubliée

Eh oui, ces pauvres images sont bien souvent délaissées, car beaucoup méconnaissent leur potentiel SEO. Or l’attribut alt de la balise image est pris en compte par Googlebot et consorts. Les photos et infographies peuvent donc apporter du trafic. Alors, autant remplir l’attribut alt – qui s’affichera si l’image ne se charge pas – et avec les bons mots-clés tant qu’à faire. Dois-je préciser que ceux-ci doivent être en rapport avec le contenu de la page ?

Chercher des backlinks de qualité

Les backlinks ou liens entrants ont un poids considérable pour le référencement naturel d’un site. Chaque propriétaire de site doit donc tout faire pour obtenir des liens pointant vers son site. Le danger serait de rechercher ces précieux sésames tous azimuts et de faire l’acquisition de backlinks qui au final, le desserviront. Il est essentiel de viser des sites en lien avec l’activité. Un blog proposant des coachings de développement personnel ne tirera aucun bénéfice d’un lien entrant en provenance d’un élevage de chats persans. Il convient donc d’établir, là aussi, une véritable stratégie pour identifier les sites d’intérêt.

✏️ Super tips #8 : chaque page externe apportant ce que l’on appelle du « jus de lien », il est bien plus intéressant d’obtenir un lien d’un site puissant que plusieurs de petits sites.

J’espère que cet article, avec ses nombreuses astuces en référencement naturel, vous aidera à booster le SEO de votre site. Si vous avez besoin d’approfondir les notions abordées, n’oubliez pas que Lucie propose une formation ultracomplète pour devenir rédacteur web SEO en 6 mois.

Stéphanie Soulier – Correctrice, rédactrice et chargée éditoriale dans l’équipe de Lucie Rondelet, ancienne élève Origami 4

error: Content is protected !!