Comment se comporte un rédacteur web professionnel ? Comment doit-il agir avec ses clients et quelles sont ses obligations et responsabilités vis-à-vis des lecteurs ? Lorsqu’on se penche sur les règles, les devoirs et l’éthique attachés à ce beau métier, il y a vraiment matière à penser ! Alors oui, de prime abord, le sujet vous faisait peut-être bâiller. Et pourtant, dans quelques minutes, vous saurez tout ce que vous aviez toujours voulu savoir sur la déontologie du rédacteur web sans jamais oser le demander !

Qu’est-ce que la déontologie ? Définition

Vous le savez peut-être, j’ai d’abord été formé à la philosophie. Commençons donc par là ! Le mot deontology a été inventé par le philosophe anglais Jeremy Bentham — un célèbre représentant du courant utilitariste, pour tout vous dire — au début du XIXsiècle.

L’originalité de ce concept est que, contrairement à la notion de morale telle qu’on l’entend habituellement, la déontologie n’a pas de caractère général. Autrement dit, selon Bentham :

livre lucie rondelet
  • il s’agit d’une théorie des devoirs et non « du » devoir ;
  • c’est une théorie basée sur l’expérience (empirique) ;
  • elle est relative à une institution sociale en particulier.

On retrouve ces principaux traits dans la définition du dictionnaire Larousse :

« L’ensemble des règles et des devoirs qui régissent une profession, la conduite de ceux qui l’exercent, les rapports entre ceux-ci et leurs clients et le public. »

Bien. Partons de cette définition et poursuivons 😊.

La responsabilité du rédacteur web professionnel : que disent les textes ?

La déontologie se rapporte à une institution sociale ou à une profession. Oui mais voilà, problème ! Il faut bien l’admettre : il n’existe, pour l’instant au moins, aucune institution ou autre ordre professionnel guidant la conduite des rédacteurs web.

Alors que faire ? Eh bien, pour pallier ce manque de délimitation officielle, on peut s’appuyer sur la pratique et le bon sens. Demandons-nous donc : quelles sont les responsabilités d’un rédacteur web professionnel ?

Selon des articles publiés sur FRW, tels que la fiche métier du rédacteur web et d’autres, mais aussi selon mon expérience, un rédacteur web ou une rédactrice web est « pro » si et seulement si :

  • il ou elle écoute attentivement et fait preuve de curiosité ;
  • il ou elle écrit sans faute et avec clarté ;
  • il ou elle fait preuve de rigueur dans la construction logique de ses textes ;
  • il ou elle a d’excellentes capacités d’analyse, d’abstraction et de compréhension ;
  • il ou elle choisit ses sources avec discernement ;
  • il ou elle comprend l’objectif communicationnel du client ;
  • il ou elle cible correctement et respecte les lecteurs.

Bien sûr, il y a d’autres critères qui peuvent entrer en compte.

Pour ma part, j’insisterai sur l’élément suivant : pour être un professionnel, le rédacteur web ne doit pas se concevoir comme un simple exécutant. Autrement dit, il doit être capable d’exercer son jugement dans chaque situation et — c’est le point le plus important — revendiquer haut et fort cette capacité critique et créative.

⏭ Comment distinguer un rédacteur web pro d’un autre ? Je vous invite à aller encore plus loin sur ce point en lisant les utiles conseils de Stéphanie Soulier pour distinguer le bon du moins bon rédacteur web.

Les bonnes pratiques vis-à-vis du client dans la rédaction web

Qu’il soit freelance ou qu’il exerce en entreprise, le rédacteur web travaille à partir d’un mandat. Autrement dit, le client ou l’employeur donne au rédacteur web le pouvoir d’agir en son nom. Il a donc des devoirs envers eux. D’accord, mais lesquels ?

On peut penser d’abord :

  • à l’engagement à fournir le travail demandé en fonction du briefing reçu ;
  • au respect de la confidentialité de certaines données qui pourront lui être transmises.

Mais il y a peut-être plus essentiel, plus primordial encore : la confiance avec le client ne peut s’établir que sur la base de la reconnaissance des capacités du rédacteur web. Cela signifie que celui-ci a un devoir de compétence : il doit pouvoir démontrer sa capacité à répondre au problème que son client se pose et qu’il ne peut résoudre (sans quoi il ne ferait pas appel à un professionnel, justement !).

En d’autres termes, le rédacteur web professionnel doit aussi et avant tout :

  • se montrer capable de proposer une solution à son client ;
  • être en mesure de définir avec lui ses besoins, si nécessaire ;
  • éclairer sa démarche de communication.

On le voit encore plus clairement ici : le rédacteur web professionnel n’a rien d’un simple exécutant. Le mandat lui est donné, certes, mais il a de la marge pour l’exécuter. Or, c’est justement parce qu’il dispose de cette liberté et de cette responsabilité vis-à-vis de son client qu’il doit aussi se doter de règles de conduite irréprochables !

👀 Vous venez de démarrer votre activité en tant que freelance, mais vous n’avez pas encore mis le grappin sur votre âme sœur professionnelle ? Lucie Rondelet vous explique comment trouver ses premiers clients.

Les obligations du rédac’ web à l’égard du public

Autre aspect du problème : le rédacteur web écrit pour un lectorat. Certes, ce n’est pas le public qui lui donne les missions (c’est le client ou l’employeur, on vient de le voir), mais c’est bien à destination d’une audience ciblée qu’il écrit. Il doit donc également répondre auprès d’eux de la qualité de ses textes.

Disons les choses de façon plus dramatique et « super héroïque ». Le rédacteur web a un pouvoir sur le lecteur, et non des moindres : qu’il informe ou communique, il influence le public par ses mots et contribue à tisser la Toile. Tel Spiderman, ses pouvoirs impliquent des responsabilités !

Mais concrètement, quels sont ses devoirs à l’égard du public ? C’est ici que les choses se corsent, car les établir est loin d’être chose aisée. Pourquoi ? Eh bien parce qu’on doit d’abord décider si le rédacteur web est davantage un communicant (publicitaire) ou un journaliste. Or dans les faits, il se trouve qu’il joue parfois les deux rôles alternativement, voire en même temps !

On pourrait néanmoins s’inspirer du code de déontologie des journalistes établi en 1977 à Munich. En reformulant quelque peu les propositions qui s’y trouvent, on pourrait établir que le rédacteur web professionnel doit a minima :

  • respecter la vérité ;
  • défendre la liberté de l’information ;
  • citer ses sources ;
  • respecter la loi ;
  • s’interdire le plagiat.

🤚 Ce rapprochement a toutefois ses limites car, comme je l’ai dit, le rédacteur web n’est pas un journaliste. Devrions-nous donc aller chercher du côté du marketing pour trouver quelles sont ses obligations à l’égard du public ? C’est possible (vous trouverez une source intéressante en fin d’article).

Quel que soit le fin mot de cette histoire, je crois en tout cas que nous devrons — en tant que profession — inventer notre propre charte de déontologie. Mais vous vous en doutez, cela dépasse de loin l’objectif de cet article… Des volontaires pour m’y aider ?

La déontologie du rédacteur web : une affaire pas si simple

Vous le voyez, il y a du pain sur la planche. Alors, plutôt que de terminer sur des certitudes, j’aimerais poser quelques questions.

Les premières concernent le statut proprement dit : selon vous, la rédaction web devrait-elle devenir une profession reconnue ? Si oui, devrait-elle être régie par une association ou un ordre professionnel, ou bien préférez-vous au contraire qu’elle demeure « libre » ? Si une charte devait être rédigée, quels seraient les règles et les devoirs, mais aussi les droits du rédacteur web professionnel ?

D’autres questions ont trait à la résolution des tensions qui peuvent émerger entre les objectifs de communication dictés par le client et les devoirs dus au public. Je ne prendrai ici qu’un exemple concret parmi beaucoup d’autres : un client exige une deadline irréaliste pour un article de fond exigeant des recherches précises et une sélection des sources. Vous êtes pris entre le souci d’efficacité et l’exigence de vérité : que faire ?

Enfin, last but not least, cette dernière série d’interrogations sur notre rôle et notre place : comment « classer » le rédacteur web ? Doit-on absolument le caser soit du côté des journalistes (journalisme web), soit des spécialistes du marketing et de la publicité ? Ou bien faut-il le considérer comme un pur technicien (ce qui va à l’encontre de l’idée de profession et de la réflexivité qui accompagne le professionnel) ? Ne peut-il pas être tout cela à la fois, exerçant le matin des fonctions d’information et l’après-midi, des fonctions de communication commerciale ? Comment gérer ces différentes facettes de son métier ? Doit-il impérativement se spécialiser ?

🧭 Cet autre article aborde la question du métier du rédacteur web et pourra certainement vous aider à compléter votre réflexion.

Si vous n’êtes pas encore rédacteur web, mais que vous aspirez à vous former aux métiers de l’écriture numérique, alors partez à la découverte de l’offre de formation FRW.

Et comme promis, voici les deux codes de déontologie qui pourraient servir aux rédacteurs web :

À bientôt !

Nicolas Delforge, ancien élève Origami 5 et coach FRW.

lucie rondelet instagram

error: Content is protected !!