Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

À l’écrit ou à l’oral, un discours puise sa force dans les mots qu’il emploie. Une part importante de votre travail de rédacteur web est de trouver le mot juste pour toute situation. Si les mots puissants sont généralement vus sous le prisme du marketing et de la vente, vous ne devez pas vous limiter à cela. La précision du vocabulaire intensifie n’importe quel texte, même un article informatif. Elle permet aussi d’en améliorer la compréhension. Dès à présent, vous devez traquer les termes creux et les remplacer par des mots porteurs de sens. Le Grand Robert contient 100 000 entrées, et ce n’est qu’une infime partie de la richesse offerte par la langue de Molière. Alors, utilisez-les !

Remplacez les verbes et noms vides par des mots puissants

Les mots faibles sont des termes si génériques qu’ils ne permettent pas au lecteur de visualiser votre propos. Trop abstraits, ils sont oubliés rapidement et n’incitent pas à l’action.

Cinq siècles avant Jésus-Christ, Confucius avait déjà compris qu’« une image vaut mille mots ». Il aurait dû préciser : mille mots faibles ! Votre travail de rédacteur est d’utiliser des mots si puissants qu’une image en devient inutile.

Privilégiez les hyponymes

Dans un même champ sémantique, les mots peuvent être catégorisés du plus générique (hyperonyme) au plus spécifique (hyponyme). Dès qu’il est possible d’utiliser un terme plus précis, faites-le ! Par exemple, préférez le terme « berline » à « voiture » ou « automobile » si vous connaissez exactement le véhicule que vous devez désigner.

Évitez les pantonymes

Vous devez aussi chasser de votre vocabulaire les mots trop vagues, sans aucune signification précise. Ils sont familiers et parfois péjoratifs. Les plus connus sont « chose », « machin », « truc »…

Employez des verbes forts

Certains noms sont trop génériques, mais c’est aussi le cas de quelques verbes, et en particulier :

  • avoir et être (lorsqu’ils ne sont pas utilisés comme auxiliaires) ;
  • faire ;
  • mettre ;
  • utiliser ;
  • donner.

Ce sont des verbes abstraits et le lecteur est incapable de se représenter correctement l’action décrite. Un verbe plus évocateur doit s’y substituer lorsque c’est possible. Par exemple, « mettre » peut désigner beaucoup d’actions différentes : enfiler, poser, ranger, couvrir…

Débusquez les intrus

Vous n’êtes pas un dictionnaire sur pattes et vous ignorez parfois qu’il existe un terme spécifique. Rassurez-vous, vous ne devez pas remplacer chaque mot de votre contenu : il deviendrait illisible. Pour être compris par la majorité des lecteurs, vous devez éviter un style trop littéraire. Le secret réside dans l’équilibre.

Pour savoir si un vocable est trop générique, consultez la liste de ses synonymes ! Si un mot en possède trop, mieux vaut trouver une alternative. Par exemple, synonymo.fr en répertorie 70 pour le verbe « avoir », alors que « détenir » n’en a que 21.

Bannissez les expressions faibles

Certaines expressions affaiblissent votre message ou alourdissent le texte. Les deux phrases suivantes ont la même signification :

  • « Je crois que les expressions faibles ont tendance à déforcer la valeur d’un texte. »
  • « Les expressions faibles déforcent la valeur d’un texte. »

La seconde est plus courte, ce qui la rend plus lisible. En plus, elle est directe et plus convaincante.

Quelles conclusions en tirer ?

  • Sauf en de rares occasions, vous ne devez pas préciser « je pense », « je crois », « selon moi », « à mon sens », etc. Le lecteur sait que l’écrit reflète la pensée de l’auteur.
  • Le rédacteur doit éviter les formules qui induisent le doute : « il est possible que », « peut-être », « il se pourrait », etc. Encore une fois, ces formules peuvent être utiles dans certains cas, mais c’est rare. Dans la majorité de vos textes, si vous avez un doute sur la validité des informations dont vous disposez, vérifiez-les avant de rédiger ! La recherche de sources fiables est une part importante de ce métier.

Si vous voulez améliorer votre style, je vous invite à découvrir les astuces de Lucie dans cette vidéo :

Faites vibrer le lecteur grâce au vocabulaire sensoriel

Le vocabulaire sensoriel ancre votre sujet dans le réel. Le lecteur n’analyse pas uniquement votre contenu avec son intellect, il le vit : il le touche, il le goûte, il le sent, il l’entend ou il le voit.

🦨 Une expression du langage familier en est un bon exemple : « ça pue » en évoquant une situation potentiellement désastreuse. Vous pourriez dire plus chastement « ça va mal se finir », mais « ça pue » est beaucoup plus frappant. Pour des exemples plus poétiques, n’hésitez pas à consulter les sites des grands parfumeurs. Ils font appel aux cinq sens du consommateur, et en particulier l’odorat, le toucher et la vue.

Voici quelques exemples de ces mots puissants qui induisent une perception sensorielle chez le lecteur :

  • Vue : épier, admirer, lorgner, scène, bombé, sinueux, pointu, profond…
  • Toucher : caresser, tripoter, effleurer, frôler, choc, tact, brûlant, frais, satiné, lisse…
  • Odorat : empester, humer, exhaler, répandre, fragrance, bouquet, pestilence, musqué, suave, piquant…
  • Goût : savourer, déguster, se délecter, bouffée, amertume, fumet, délicieux, acidulé, relevé…
  • Ouïe : percevoir, entendre, plainte, rumeur, gémissement, étouffé, strident, sourd…

Suscitez l’émotion avec les mots déclencheurs émotionnels

🧠 Les entreprises ont longtemps cru que les consommateurs achetaient leurs produits grâce à un processus de réflexion rationnel. Ce n’est qu’à moitié vrai. Avec le développement du neuromarketing, les chercheurs se sont rendu compte que l’émotion jouait un rôle important dans la prise de décision.

Conclusion : suscitez l’émotion, et vos textes vendront plus efficacement les produits de vos clients !

💣 Il est possible qu’à ce stade de votre lecture, vous éprouviez un léger malaise : ce n’est pas honnête de jouer sur les émotions des gens ! Vous avez raison, mais…

  • L’émotion intervient au début du processus de vente, lorsque vous captez l’intérêt du visiteur. La rationalité reprend le dessus avant la décision d’achat. Et plus le prix est élevé, plus l’analyse des données (coût, caractéristiques, résultats, témoignages…) est profonde. Les émotions seules ne parviendront jamais — et heureusement — à vendre un bien.
  • Vous pouvez limiter votre registre à certaines émotions. En ce qui me concerne, je ne pourrais pas jouer sur la peur ou la haine pour vendre un produit, même si elles sont puissantes.
  • Si le produit de votre client ne vous convainc pas, vous avez la possibilité de refuser de lui faire sa page de vente.

Pour que l’émotion puisse jouer son rôle, vous devez identifier le problème que le produit ou service résout, et y associer un sentiment. Selon le psychologue Robert Plutchik, il existe huit émotions fondamentales : la joie, la confiance, la peur, la surprise, la tristesse, le dégoût, la haine et l’anticipation. Ces catégories générales regroupent des sentiments plus intenses. Ainsi, la joie peut viser l’amitié, l’amour, la famille, la réussite…

Une liste des mots déclencheurs émotionnels n’aurait pas beaucoup de sens : le registre des émotions est si vaste qu’il faut identifier le mot adapté à chaque problème et à chaque produit.

💡 Si la plupart des entreprises utilisent un registre bien défini, la marque de déodorants Axe est un exemple du genre. Les slogans et les textes agissent subtilement sur la confiance et l’anticipation, mais sans les mentionner. À l’inverse, Coca-Cola vous sert du happiness et du smile avec chaque bouteille.

Utilisez les mots magiques pour vos pages de vente

Certains termes incitent au clic et à l’action, car ils révèlent l’urgence, le gain ou le besoin. Ils doivent être placés dans vos titres et dans vos pages de vente. Les plus courants sont :

  • gratuit ;
  • facile ;
  • simple ;
  • immédiatement ;
  • maintenant ;
  • limité ;
  • exclusif ;
  • secret.

N’abusez pas des mots puissants

Un excès de mots sensationnels fera passer votre texte pour un article racoleur et peu sérieux. Ces termes, en particulier ceux qui suscitent l’émotion et les mots magiques de la vente, doivent être utilisés avec parcimonie.

Pour créer des textes qui plairont à vos clients et à leurs lecteurs, rendez-vous dans la catégorie « Rédiger un article » du blog : vous y découvrirez tous les conseils de Lucie.

Et n’oubliez pas de partager en commentaire vos propres astuces pour composer des textes vivants et engageants !

Anne Beckers — Coach dans l’équipe de Lucie Rondelet et ancienne élève Origami.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
error: Content is protected !!

Téléchargez GRATUITEMENT
​ "101 sites qui recrutent des rédacteurs web" !