Vous avez démarché un client potentiel pour de la rédaction web, et il vous a demandé un article test. Malheureusement, il ne vous a pas donné de briefing. C’est un phénomène courant lorsque vous proposez un texte d’essai à un client qui n’a pas l’habitude de travailler avec un rédacteur web. Parfois, vous devez même proposer des sujets. Cet article vous aidera à rendre le contenu attendu par votre client.

L’article test doit respecter l’ABC de la rédaction web

J’espère que je ne vais rien vous apprendre. Si vous avez démarché un client en vous présentant comme un rédacteur premium, votre texte d’essai doit être à la hauteur. Au minimum, il devra :

  • Être exempt de fautes : orthographe, grammaire, ponctuation, typographie
  • Apporter de la valeur ajoutée pour le lecteur : vous n’êtes pas un logiciel de content spinning vivant, vous êtes un rédacteur professionnel : adoptez un angle original ou apportez un contenu utile qui répond aux besoins du lecteur !
  • Contenir des faits vérifiés à partir de sources fiables. Vous devez tout vérifier, car la créativité n’a pas sa place lorsqu’on rédige sur des éléments factuels.
  • Être logique et cohérent par rapport au sujet : si vous posez une question dans le titre, répondez-y.
  • Si vous avez reçu un briefing précis avec des mots clés, ne vous contentez pas de les poser dans votre texte et de trouver des phrases qui « vont avec ». Intégrez-les dans un contenu utile. Mieux vaut un mot clé non mentionné qu’un mot clé mal mentionné.

Le contenu doit être rédigé dans le style du client potentiel

L’ABC de la rédaction web était… l’ABC : des qualités qu’on attend de vous minimum minimorum. Maintenant, vous devez épater votre prospect en utilisant parfaitement son style dans le texte d’essai.

À défaut de mieux

Si votre client n’a pas encore de site internet et qu’il ne vous a pas donné de briefing, je vous conseille d’adopter un ton formel et neutre. Vous devez rendre un texte simple, sans style marqué. Certains vont me dire qu’avoir du style est recherché, que c’est un élément de différenciation. C’est vrai, mais si vous n’avez pas reçu carte blanche à ce sujet, votre objectif est de faire un texte « qui plaît à tout le monde ».

L’étape qui fera la différence

Si vous voulez percer en rédaction web et faire partie de ces rédacteurs qui refusent des clients, vous devez faire un dernier effort. Que ce soit pour votre article test ou pour n’importe quelle mission bien rémunérée, donnez-vous à 100 % ! Comment ?

  • Analysez trois articles du site de votre client potentiel.
  • Déterminez son style : professionnel, formel, familier…
  • Lisez quelques lignes à voix haute : s’agit-il d’un langage verbal (souvent adapté pour l’écrit) ou littéraire ?
  • Repérez les figures de style : analogie, exagération…
  • Vérifiez le pronom personnel avec lequel le prospect s’identifie dans ses articles ainsi que celui avec lequel il interpelle ses lecteurs.
  • Copiez les textes sur un éditeur et parcourez-les soigneusement.
  • Surlignez tous les « tics de langage » — oui, ils existent aussi à l’écrit — c’est-à-dire les mots qui reviennent souvent (en effet, alors, voilà…).
  • Surlignez aussi les tournures de phrase grammaticalement fausses, mais volontaires : phrases auxquelles il manque le sujet ou le verbe, mots interrogatifs utilisés seuls…
  • Pour terminer, analysez la structure de l’article : fréquents retours à la ligne, pyramide inversée…

Oui, cela vous prendra du temps. Mais si votre client en vaut la peine, c’est un investissement pour l’avenir ! En revanche, si vous doutez du sérieux de votre client, je vous conseille un article qui vous donne toutes les clés pour débusquer les arnaques.

Article test en rédaction web

Le texte d’essai doit être rendu dans les délais

J’enfonce, une fois encore, des portes ouvertes : vous devez informer votre prospect du délai dans lequel l’article test lui sera remis. Bien entendu, ce délai doit être scrupuleusement respecté.

S’il revient avec des commentaires et des demandes de modification, c’est bon signe. Cela signifie qu’il a sincèrement envie de travailler avec vous, sinon il ne perdrait pas son temps. Vous devez donc prendre ces remarques de façon positive (oui, c’est dur) et convenir d’un nouveau délai pour la réalisation dans corrections.

Vous êtes submergé, mais vous craignez de perdre le client si vous ne modifiez pas le texte immédiatement ? Vous ne devez pas vous en faire : la majorité des clients sont compréhensifs s’ils sont prévenus. Bien entendu, ne proposez pas de faire les corrections dans 6 mois, votre prospect se demanderait pourquoi vous l’avez démarché.

La délicate question du paiement de l’article test

Cette question déchaîne les passions, engendre la violence sur les réseaux sociaux, fait couler l’encre de nombreux rédacteurs web : doivent-ils faire payer leur article test ?

Lorsque vous ramenez l’un de vos achats au magasin, vous attendez-vous à être remboursé ? Le texte d’essai qui ne plaît pas au client, c’est pareil ! Mais je laisse Lucie vous en parler :

La dure réalité de la rédaction web : votre article test a été refusé

Parfois, votre texte sera rejeté, même si vous vous êtes investi à fond. Cela fait mal à l’ego, au moral… Pour vous en sortir, vous devez rebondir rapidement et ne pas sombrer dans la déprime. Si c’est possible, essayez de connaître la raison de ce refus : avoir un retour est toujours intéressant. Et dans tous les cas, ne le prenez pas personnellement. Cela arrive à tous les rédacteurs web. Nos textes ne peuvent pas plaire à tout le monde. Un autre prospect sera peut-être complètement fan de votre plume. Alors, enfilez votre costume de superwoman ou de superman, et continuez ! La prochaine fois sera la bonne.

Et vous, avez-vous des astuces pour réussir vos articles tests ?

Ne partez pas ! Vous pouvez vous rendre sur le plan du site par ici, ou sur la chaîne YouTube de Lucie par là 😉

Anne Beckers, rédactrice web SEO, accompagnatrice (coach et correctrice) des élèves dans la team de Lucie Rondelet et ancienne élève Origami 2

lucie rondelet instagram

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :