Devenir rédacteur web

Avis Textbroker : mon Expérience de Rédactrice Web

Posted
Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Je vous ai récemment donné mes impressions sur la plateforme Blasting News, voici aujourd’hui mon avis sur Textbroker, un site de rédaction web qui fonctionne plutôt bien. Comme vous allez le voir, j’y “travaille” depuis plusieurs années et j’en suis très satisfaite. Je vous explique pourquoi.

Textbroker : un site sérieux et fiable

Vous vous demandez si Textbroker est fiable ? Je peux vous le dire aujourd’hui avec assurance : il l’est (le jour où il ne le sera plus je m’engage à retirer cet article de mon blog).
Pour devenir rédacteur, il vous suffit de vous inscrire, de remplir un formulaire en ligne puis de proposer un texte. Une fois le tout validé, vous attendez que Textbroker vous recontacte et vous donne une note allant de 2 à 5 étoiles. En principe, un auteur ne peut pas être noté 5 étoiles dès le départ, il doit d’abord rédiger de nombreux textes sur la plateforme.

Rémunération Textbroker

Une fois que la note vous est attribuée, vous pouvez commencer à rédiger. Votre rémunération dépend de la qualité de votre texte et donc, du nombre “d’étoiles” que vous avez reçues. Vous trouvez mes explications floues ? Je vous invite à jeter un œil ici :

Grille de rémunération Textbroker

Comme vous pouvez le voir, un auteur classé 2* percevra 0,70 cent/mot, un auteur 3*, 0,95 cent/mot, un auteur 4*, 1,30 cent/mot et enfin, un auteur 5*, 4 cent/mot.

Le principe

Lorsque vous vous connectez à la plateforme, vous devez vous rendre dans l’onglet “commandes” afin de voir si des textes sont en attente de rédaction, s’il y en a, vous devez cliquer dessus pour pouvoir lire le brief. S’il n’y en a pas, il vous faudra vous reconnecter de temps à autre pour voir si des clients en mettent en ligne.

Ces commandes disponibles auprès de tous les rédacteurs sont appelées “OpenOrder”.
Si vous intégrez une ou des équipes, vous aurez alors accès à des “TeamOrder” et si un client flashe sur votre profil ou l’un de vos contenus rédigés à l’occasion d’une mission en OpenOrder, vous pourrez recevoir des “DirectOrder” !

Qu’est-ce qu’une TeamOrder ?

Pour aller plus vite et/ou choisir leurs auteurs préférés, les clients peuvent créer des groupes de rédacteurs : des équipes. Une fois que vous aurez rédigé plusieurs textes sur la plateforme, vous pourrez envisager de postuler dans des équipes ; il vous suffit pour cela de vous rendre dans l’onglet “Commandes” puis “Equipes”. Si votre profil a du succès, il est possible que vous soyez invité à rejoindre des équipes sans avoir besoin de postuler.

Travailler dans ces groupes est intéressant pour plusieurs raisons :

  • les clients sont réguliers ;
  • la rémunération est plus attractive ;
  • les commandes se font par lot (il y en a beaucoup) ;
  • vous travaillez généralement avec un même brief pour tous les articles.

Je vous conseille donc vivement d’intégrer des équipes ! Pour ma part, j’ai été acceptée ou invitée dans 151 (vous pouvez le voir dans la capture d’écran ci-dessous) !

Mes équipes Textbroker

Mes statistiques sur Textbroker

Qu’est-ce qu’une DirectOrder

Comme son nom l’indique, la DirectOrder est une commande directe. Un client peut faire appel à vous car il a vu votre profil et que votre exemple de texte lui plaît, parce-que vous avez déjà travaillé pour lui en OpenOrder ou parce-que vous faites partie de l’une de ses équipes et qu’il apprécie votre travail.
L’avantage de la DirectOrder réside dans le fait que VOUS choisissez votre rémunération. Pour ma part, j’ai fixé mon tarif en DO à 5 cent/mot, ce n’est pas énorme mais étant donné que Textbroker prend 35% de commission, cela revient à 6,75 cent/mot pour mes clients… sur une plateforme, il est difficile de négocier plus !

J’ai remarqué une chose : lorsque je suis active sur la plateforme, je reçois davantage d’invitations dans les équipes et de DO (mais il faut avouer que ces dernières ne pleuvent pas).

Avis Textbroker : peut-on vraiment gagner de l’argent sur la plateforme ?

Ma réponse est sans appel : oui, on peut vraiment gagner de l’argent en travaillant sur cette plateforme.

Comme vous pouvez le voir sur la capture d’écran précédente, j’ai le statut d’auteur 5* et cela me permet de gagner 4 cent/mot. Par ailleurs, je vous en ai parlé, j’ai accès à 151 équipes et je reçois de temps en temps des commandes directes. Je peux donc travailler assez régulièrement sur Textbroker. Si je ne le fais pas souvent, c’est simplement parce-que je préfère privilégier mes clients directs.

En fait, je me connecte de temps en temps à Textbroker pour m’amuser et si je vois un sujet qui m’intéresse, alors, je le prends et je rédige l’article.

J’ai fait une capture d’écran afin de vous montrer ce que l’on peut gagner avec Textbroker :

Mes gains avec Textbroker

Comme vous pouvez le voir, j’ai énormément ralenti ma fréquence de rédaction sur la plateforme mais Textbroker reste mon site favoris.

Avantages et inconvénient de Textbroker

Pour aller plus loin, je vous invite à consulter mon article qui détaille les avantages et les inconvénients des plateformes de rédaction web les plus connues.

Pour résumer, j’y expliquais mon point de vue (très personnel) sur les plateformes : contrairement à la grande majorité des “vrais” rédacteurs web, j’aime beaucoup le concept de plateformes. Pourquoi ? Parce-qu’elles permettent de se mettre dans le bain, de se familiariser avec différents briefings et de gagner ses premiers euros en ligne.

OK, Textbroker prend une marge assez confortable mais celle-ci est tout à fait justifiée. En passant par Textbroker :

  • vous n’avez pas à envoyer de CV ni besoin de chercher de nouveaux clients ;
  • vous n’avez pas de facture à faire ;
  • vous évitez de devoir relancer vos clients lorsqu’ils tardent à vous payer ;
  • un correcteur repasse derrière vous ;
  • vous recevez des conseils avisés lorsque votre texte n’est pas parfait.

En gros, on peut dire que l’on est payé pour apprendre… et j’adore ce concept !

En ce qui concerne les points négatifs, il y en a peu si ce n’est qu’il n’y a pas assez de commandes en OpenOrder et que la rémunération peut s’avérer un peu “limite” quand on est débutant (surtout si on n’est pas classé auteur 4*).

Vous l’aurez compris, mon avis sur Textbroker est limpide : je vous recommande vivement cette plateforme de rédaction.

 

J’espère que cet avis vous aidera et vous motivera, c’est un peu grâce à Textbroker que j’ai pu réaliser mon rêve et être aujourd’hui à mon compte (il fallait bien dédier un article au site !).

Bonne rédac’ et comme d’habitude, n’hésitez pas à partager vos expériences/impressions en commentaires.

Lucie

  •  
    8
    Partages
  • 8
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

20 réflexions au sujet de « Avis Textbroker : mon Expérience de Rédactrice Web »

  1. Bonjour Lucie
    Pour être honnête, j’ai toujours eu un peu de mal avec les plateformes de rédaction web, en particulier certaines qui favorisent davantage l’exploitation des rédacteurs avec des rémunérations clairement décevantes.
    Pour ma part, je travaille soit en direct avec les clients ou par le biais d’agence de communication comme Publicis Verbe.
    Je dois avouer qu’à la lumière de tes impressions et des faits (les chiffres surtout ;-)), cela remet en cause mon point de vue sur les plateformes de rédaction.
    Etant donné que j’évolue sous le régime de l’autoentreprise depuis 2009, je dois malheureusement me brider pour ne pas dépasser les plafonds de chiffre d’affaires annuels. Mais ces plafonds vont être doublés en 2018. Ce qui m’amène donc à anticiper l’avenir et à envisager de dynamiser mon activité par d’autres biais. Eh oui, passer de 33200 euros à 70000 euros par an, cela fait une (très) jolie marge, qui peut être complétée en partie avec les plateformes de rédaction.
    Je pense m’inscrire sur TextBroker prochainement. Si c’est le cas, j’essaierais de te tenir informée.
    A bientôt et bonne continuation avec ton blog !
    Christophe

    1. Bonjour Christophe et merci pour ton témoignage !
      De mon côté je ne suis pas concernée par l’histoire de plafond car le système est différent en Nouvelle-Calédonie, j’ai un simple statut de “patentée” et je peux faire le chiffre que je veux (très pratique).
      Je vais essayer de faire un article ou une vidéo assez détaillé(e) pour expliquer comment bien gagner sur Textbroker. Je développe déjà pas mal l’idée dans cet article mais je compte aller plus loin.
      Oui, tiens moi informée de ton avancée !
      “Keep in touch” 😉 et bonne rédac’ !
      Lucie

  2. Bonjour ! Je viens de m’inscrire sur cette plateforme. Pour ma part, je lui ai trouvé quelques inconvénients.
    Tout d’abord quand je me suis inscrite, il était indiqué qu’il fallait 1 à 2 semaines pour que le texte soumis soit évalué (et qu’on puisse donc commencer à travailler) mais finalement j’ai reçu la réponse en moins de 48 heures donc c’était une bonne nouvelle ! J’ai pu avoir une commande sur un sujet pas trop chiant ni trop compliqué (enfin pour moi en tout cas). Premier inconvénient : une fois une commande prise, on ne peut plus voir les autres, c’est dommage car moi j’aime bien jongler entre plusieurs sujets. Deuxième inconvénient : quand j’ai voulu le transmettre ! En effet, il y a une petite icône sur laquelle on peut cliquer pour copier/coller son texte depuis Word. A priori c’est cool car on peut travailler sans connexion Internet puis se connecter quand le texte est fini tout en conservant la mise en page. Sauf que moi, je n’utilise pas Word… Adepte des logiciels libres, je fonctionne sous Linux (et non Windows ni Apple) et pour le traitement de texte, j’utilise LibreOffice. Mais la plateforme ne connaît pas LibreOffice car si on fait un copier/coller, toute la mise en page est détruite… J’ai donc galéré pour l’envoi de mon texte ! J’ai signalé cet inconvénient à Textbroker et j’espère qu’il rendront leur plateforme compatible avec les autres traitements de texte.
    Voilà pour mon expérience. Si je rencontre d’autres soucis ou que je remarque d’autres choses positives, qui n’ont pas déjà été notées dans cet article, je reviendrai !

    1. Bonjour !! J’utilise, moi aussi, Linux et LibreOffice. Investissement dans un Mac prévu, car je rencontre le même problème avec d’autres clients potentiels.
      Je viens de m’inscrire sur Textbroker et je bloque sur le format HTML prescrit . On ne peut saisir que du texte brut !!!! Un petit éclairage serait le bienvenu , sur la procédure à suivre. Merci d’avance 🙂

      1. Bonjour Daniel,
        Je ne travaille pratiquement plus pour Textbroker, mais dans mes souvenirs, il suffisait d’intégrer manuellement les balises HTML. Ton article prendra forme dans l’aperçu, une fois que tu l’auras validé.
        Si tu as besoin d’infos sur le balisage, tu peux consulter cet article 😉

      2. J’ai réussi à contourner le problème : j’enregistre mon fichier texte en .rtf. Ensuite, sur mon ordi, j’ai gardé les 2 systèmes Linux et Windows donc je peux redémarrer sous Windows et ouvrir mon texte sous Word en conservant la mise en page (et donc les balises pour les titres ,paragraphes, etc.). Mais j’avoue cette solution ne me satisfaisait pas car il fallait redémarrer à chaque fois l’ordi et ça prenait du temps (et quand on est habitué à Linux, on ne supporte plus Windows lol !). J’ai donc trouvé autre chose (enfin pas moi, mon mari : il s’y connait assez bien en informatique et en systèmes Linux). J’ai installé une machine virtuelle sur mon Linux : ainsi en 2 clics, j’ouvre une nouvelle fenêtre, comme si j’avais un 2e ordinateur, sous Windows et je peux ouvrir mon texte sous Word et le copier dans Textbroker sans soucis (et sans avoir besoin de redémarrer mon ordinateur !). N’hésite pas à te renseigner sur des forums : la communauté Linux est très solidaire. Tiens-nous au courant !

  3. Bonjour,
    Je suis également très intéressée par la rédaction web et le site que vous venez de me faire découvrir, seulement étant étudiante algérienne qui ne possède pas de compte en banque ( devise) je me demande comment la rémunération pourrait s’établir dans ce cas là?
    pourrai-je leur communiquer les coordonnées bancaires d’un membre de ma famille ?
    merci beaucoup pour toutes ces informations

    1. Bonjour Célia,
      Je ne sais pas du tout comment ça se passe à ce niveau-là, peut-être que tu peux contacter l’équipe de Textbroker pour leur demander comment procéder ?
      Tiens-nous au courant ! 😉 Je te souhaite une belle réussite dans ton projet !

      1. Je viens de m’inscrire sur Textbroker et j’ai vu que l’on pouvait faire verser les rémunérations sur un compte Paypal. Peut-être peux-tu utiliser ce système depuis l’Algérie ? Bon courage 🙂

  4. Merci Lucie pour tes articles très intéressants et très transparents. Je me lance dans la rédaction Web (j’aimerais faire également du bloging et e-commerce) et la rédaction Web est une activité très complémentaire et surtout facile à mettre en place aux débuts. J’ai une question si jamais tu peux me répondre : faut il créer son entreprise (même en statut autoentreprise) dès le début lorsqu’on reçoit des gains ou bien est ce à partir d’un certain montant qu’on doive déclarer ses revenu ? (j’habite en France) . Tu en parles à un moment dans la vidéo du coup je me permets de rebondir dessus. Merci d’avance. Et bravo pour ton blog. ☺️

    1. Salut Charlotte !
      Merci pour ton retour 🙂
      Je m’étais renseignée à l’époque et on avait le droit de travailler jusqu’à un certain plafond sans avoir créé d’entreprise. J’ai noté mes revenus dans une partie du type “revenus supplémentaires” lorsque j’ai déclaré mes impôts.
      Je ne sais pas du tout ce qu’il en est aujourd’hui mais je vais me renseigner là-dessus au plus vite pour pouvoir donner de bonnes infos à ceux qui veulent se lancer. Keep in touch ! 😉

  5. Bonsoir Lucie et Charlotte 🙂

    Je me lance depuis peu de temps dans la rédaction web également et j’ai la même interrogation que toi Charlotte, donc celui qui trouve l’information peut éventuellement la partager ? 🙂

    A très vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *