Débutant ou grand débutant en rédaction web, vous voulez gagner du temps ? Ne faites pas ces 5 erreurs de rédacteur web. Que vous soyez en formation ou que votre activité vous permette déjà de vivre de la rédaction web en tant que freelance et d’avoir des clients, voici les fautes communes à éviter.

1. Dérouler son C.V. de rédacteur web à un client sans s’intéresser à ses besoins

Lors du démarchage, la même erreur revient trop souvent chez les rédacteurs web freelances qui débutent : parler de soi sans s’intéresser au client. Invariablement, le mail commence de manière identique : « Je suis rédacteur web depuis x d’années ; j’ai réalisé des missions auprès de nombreuses entreprises ; je suis spécialisé dans… ; j’ai remarqué que votre site n’est pas optimisé pour le référencement naturel, aussi je pourrais mettre en place… » Quelque chose vous choque ? Oui, tout le propos concerne l’émetteur du message. Il n’y a pas un mot sur le client, sur ses besoins, sur les bénéfices qu’il retirerait d’une collaboration avec un rédacteur web. Vous savez quoi ? Des mails comme ça, vos prospects en reçoivent des dizaines chaque semaine. En général, ils finissent à la poubelle sans même avoir été lus. D’ailleurs, c’est peut-être aussi ce que vous faites. Car en tant qu’entrepreneur, vous recevez également ce type de propositions que vous considérez comme du spamm…

livre lucie rondelet

Alors, démarquez-vous de vos concurrents en écrivant de vrais mails de prospection. Plutôt que de dérouler votre C.V. de rédacteur web, montrez à votre cible ce que vous pouvez lui apporter, ce que vous pouvez améliorer sur son site pour attirer plus de visiteurs. Évitez les banalités du type « j’écris bien » et le jargon.

Aussi, un bon mail de démarchage devrait :

  • S’intéresser au client : commencez par indiquer ce que vous appréciez dans son produit (ou service) et parlez de ses besoins.
  • Expliquer les bénéfices que le prospect retirerait d’un travail main dans la main avec un rédacteur web : augmenter le taux de conversion, le nombre de visiteurs, in fine, le chiffre d’affaires.
  • Être copywrité pour donner envie d’en lire chacune des phrases : ça commence dès l’objet, qui doit inciter à ouvrir le mail plutôt qu’à le jeter.
  • Abstenez-vous d’utiliser des mots qui crispent à ce stade : « proposition » (ou ses dérivés), « services », « offre ».
  • Évitez de donner l’impression « d’avoir la dalle » : OK, vous avez besoin de clients, mais inutile de l’afficher.

Relisez votre dernier mail de prospection et vérifiez tous ces points. Vous avez commis une de ces erreurs ? Profitez-en pour retravailler votre approche client.

2. Ne pas suivre les briefings : l’erreur de rédacteur web classique

Voici l’erreur commune que font beaucoup (trop) de rédacteurs web débutants : ne pas respecter les consignes de rédaction. Ainsi, le client qui demande expressément un balisage HTML du texte se voit livrer un texte dépourvu de balises ; celui qui demande une structure en 2 H2 reçoit un contenu divisé en 3 H2… La liste pourrait être longue. La faute ici à l’absence de relecture du brief après la rédaction. Il est important de rappeler qu’une fois l’article rédigé, il faut « checker » le briefing pour vérifier point par point que les demandes ont bien été prises en compte.

On voit aussi l’effet inverse : le rédacteur web qui veut trop bien faire. Le gras n’est pas demandé ? Les illustrations non plus ? Qu’importe, il veut montrer l’étendue de ses compétences et livre un texte avec des photos ou des mots mis en relief. Lucie appelle ces contenus les articles « sapin de Noël ». Je trouve l’image suffisamment parlante pour ne pas avoir besoin d’en rajouter. 😁

Que le rédacteur web ait mal vérifié le briefing ou qu’il ait voulu trop en faire, les conséquences sont les mêmes : une perte de temps. Soit le client décide de faire lui-même les modifications (enlever le gras ou mettre le balisage HTML par exemple), soit il demande au rédacteur de le faire, nécessitant un aller-retour superflu. En plus de faire perdre du temps au rédacteur, son erreur risque surtout de lui faire perdre de son professionnalisme.

⏩ Pour aller plus loin : Briefing de rédacteur, ces erreurs qui agacent les clients

3. Envoyer sa candidature de rédacteur web sur les plateformes de rédaction dans la précipitation

Les plateformes de rédaction sont pratiques pour se lancer dans la rédaction web. Elles permettent de se familiariser avec les briefings, d’avoir ses premiers retours de clients sur la qualité de son travail et de gagner quelques euros tout en apprenant un nouveau métier. L’erreur répandue consiste à s’y inscrire dans la précipitation et à bâcler le test d’entrée. Rejet de la candidature ou mauvaise évaluation sont alors les deux conséquences possibles. La première est la « moins pire » des deux, car une fois le problème d’égo surmonté, il suffit de se retrousser les manches : d’abord comprendre ses erreurs puis retravailler l’article test. La seconde est plus embêtante, car un rédacteur web évalué 3* sur Textbroker profitera de moins de commandes et sera moins bien rémunéré qu’un auteur 4*. Il risque, finalement, de se décourager.

Pour postuler sur une plateforme, il faut donc bichonner le texte d’entrée : aucune faute d’orthographe et coquilles ne doivent traîner, et les consignes doivent être respectées à la lettre. Ni plus ni moins.

4. Vouloir être rentable immédiatement après s’être lancé dans la rédaction web

En tant que freelance, il est normal de s’inquiéter de ses bénéfices, car ce sont eux qui déterminent la viabilité d’un projet de reconversion professionnelle. Mais au démarrage, il faut faire des concessions. Eh oui, c’est logique ! Votre rentabilité proviendra plus de votre rapidité pour écrire que des tarifs que vous pratiquerez. Or, écrire lentement est normal lorsque vous vous lancez dans le métier. Pour tout vous dire, c’est même une des difficultés principales (et la crainte) de nombreux rédacteurs web débutants. Rassurez-vous écrire vite vient à force de s’entraîner :

  • Vous savez où trouver des sources fiables (vous ne perdez pas de temps à consulter trop de sites internet).
  • Votre cerveau mémorise les synonymes (vous n’avez pas à en chercher au moment de relire votre texte pour éviter les répétitions).
  • Vous repérez vos tics d’écriture et les combattez dès l’étape de la rédaction (vous passez donc moins de temps sur la partie relecture).
  • Vous tirez parti de votre rythme biologique (vous rédigez le matin si c’est à ce moment-là que vous êtes le plus efficace par exemple).
  • Vous limitez les distractions pour être productif (travailler avec les enfants autour de soi ou avec le téléphone à portée de main n’est définitivement pas une bonne idée).

⏩ Découvrez 8 astuces pour écrire plus vite

5. Vouloir se spécialiser tout de suite : une (demi)-erreur en rédaction web

La question de la spécialisation dans ses thématiques de prédilection revient souvent chez les rédacteurs web qui débutent. C’est un vaste débat. Vouloir se spécialiser n’est pas une erreur à proprement parler. Lorsque l’on a des connaissances pointues dans un domaine ou des appétences pour certains sujets, il est logique d’avoir envie de s’y consacrer pleinement. Mais la spécialisation devrait plutôt intervenir dans un second temps, après la phase de découverte du métier. Elle permet de se frotter à des sujets aussi divers qu’inattendus et d’ouvrir son horizon. Après tout, le rédacteur web est censé être curieux, il serait dommage de se fermer des portes. C’est vrai que rédiger des fiches produits sur des portes de placard ou des serre-joints ne fait pas vraiment rêver. Mais c’est ainsi qu’on apprend, à la fois sur le métier et sur soi (on sait au moins ce que l’on n’aime pas faire).

Nous venons de voir les 5 erreurs de rédacteur web qui reviennent souvent. En avez-vous commis certaines ? En avez-vous fait d’autres à vos débuts ? Partagez en commentaire votre expérience, afin d’aider ceux qui se lancent dans le métier.

⏩ Vous voulez apprendre la rédaction web ? Découvrez le programme de la formation de Lucie Rondelet et dans 7 mois, vivez de l’écriture sur Internet !

Stéphanie Soulier – Chargée éditoriale FRW et ancienne élève Origami 4

lucie rondelet instagram

error: Content is protected !!