Dans la lignée du #MeeToo, des actrices de plus de 50 ans ont reconquis la distribution des génériques de film. Leur objectif ? Tenir à nouveau les premiers rôles à l’écran. Transposée hors de la fiction, la cinquantaine signifie-t-elle mettre fin à ses rêves d’une nouvelle carrière professionnelle ? Le phénomène américain des Late bloomers a traversé l’Atlantique pour éclore dans les esprits des quinquas. En se débarrassant de croyances limitantes, personnelles ou sociétales, se reconvertir à 50 ans est une décision parfois salutaire. Le monde du Web et les métiers du digital laissent des possibilités multiples pour changer de métier. Et se former à la rédaction web est une belle opportunité de réécrire le scénario d’une dernière tranche de vie selon ses aspirations.

Se reconvertir à 50 ans : le phénomène des Late bloomers


Le marché du travail pour les quinquas reste sélectif et peu enclin à embaucher les seniors. Alors à la suite d’un licenciement, d’un burn-out ou d’une volonté de changer de carrière, l’âge constitue un frein à l’embauche.

Cependant, à 50 ans, vous avez un beau parcours derrière vous. Il peut être linéaire ou composé d’épisodes professionnels distincts. À ce moment de vie où les perspectives d’évolution se raréfient, oser donner un nouveau souffle à sa carrière est une solution à envisager.

livre lucie rondelet

Le terme de Late blooming est apparu outre-Atlantique. Il regroupe une frange de la population qui a fait le choix de se réinventer et réorienter sur le tard. En France, Catherine Taret a publié en 2017 Il n’est jamais trop tard pour éclore. L’auteure définit le late bloomer comme une plante à floraison tardive. Et qu’importe, puisque le tout est de fleurir.

La volonté de changement professionnel trouve sa source dans la prise de conscience : le chemin de vie, jusqu’alors en accord avec les attentes sociétales, est en distorsion avec l’essence même de la personne. Après une remise en question et un regard porté sur les réalisations passées, la notion de réussite évolue, voire se métamorphose. Une option de carrière dans un métier en adéquation avec les aspirations profondes devient évident et anime un projet de reconversion.

Passer le cap de la cinquantaine : un positionnement senior dans le monde digital

Une reconversion à 50 ans est un projet de la maturité. La force de l’âge immunise contre les coups de tête !

Les opportunités du Web pour changer de métier à 50 ans

Internet a révolutionné l’accès à l’information et à la formation. Par conséquent, se former en ligne devient facile. Hors des parcours standards universitaires, vous accédez à des formations dites professionnalisantes.

Dans le monde du Web, la culture du diplôme est nettement moins forte que sur le marché traditionnel de l’emploi. Les slasheurs y sont perçus comme des entrepreneurs et non des amateurs vivant en dilettante. La décision de se reconvertir à 50 ans est perçue comme une initiative d’enrichissement, et non comme une rupture dans un parcours de vie.

L’entrepreneuriat et les métiers du digital pour démarrer une nouvelle vie

Dans une optique de changement, et dans l’élaboration d’un projet de réorientation, un quinqua change l’ordre de ses priorités personnelles, familiales et professionnelles. Ainsi, quitter le monde du salariat pour celui du freelancing entre dans l’équation.

La transition se fait par une formation en ligne et les métiers du digital offrent des opportunités intéressantes. Ils font partie des secteurs où la demande est forte compte tenu de la transformation numérique des entreprises.

📌 Le Forum économique mondial (WEF) estime que 50 % des salariés auront besoin d’une requalification d’ici 2025. Découvrez quels sont les métiers d’avenir.

Devenir rédacteur web : les atouts des quinquas

C’est parti pour une séance vintage qui fera sourire les quinquas et halluciner les millenials ! Et la fiabilité de mes sources tient de mon vécu.

Si vous êtes nés dans les années 1970, vos heures de souffrance sont désormais vos points forts :

  1. En cinq années d’école primaire, vous avez comptabilisé des milliers d’heures de dictée ! L’orthographe et la grammaire sont des amies de longue date.
  2. Au collège et au lycée, chaque passage au C.D.I. était un épisode de Koh Lanta ! Trouver la matière et les sources primaires et secondaires pour vos compositions relevait de l’épreuve mythique du poteau. Votre persévérance force le respect et vous sauve de la noyade dans l’immensité du Web.
  3. Au lieu d’un abonnement Netflix, vous déteniez la carte de la bibliothèque (le mot médiathèque n’existait même pas). Maillon fort des questions de culture générale, vous êtes aujourd’hui le roi du camembert des soirées Trivial Pursuit.

Vous possédez de facto les qualités requises pour vous reconvertir comme écrivain en ligne.

Votre statut de cinquantenaire est une ressource pour vous positionner en tant que rédacteur web. Votre savoir-faire ne se limitera pas aux techniques d’écriture en ligne. Pour des organisations cherchant à publier des contenus de qualité sur votre ex-domaine d’expertise, l’expérience acquise dans votre ancienne vie est une compétence supplémentaire.

De plus, en entreprise, vous avez côtoyé la diversité de l’humain. Vous possédez de fait une aisance dans la relation avec le client et votre savoir-être reste un atout pour éviter les conflits en rédaction web.

❓ Vous possédez déjà une bonne orthographe et une curiosité d’esprit. Avez-vous les 7 autres qualités du rédacteur web ?

Le choix de la reconversion à 50 ans : mon témoignage

À 50 ans, comme vous pouvez le lire dans ma bio LinkedIn, je divise mon parcours en quarts de vie :

  • 25 ans à suivre une scolarité, à apprendre ;
  • 25 ans de bons et loyaux services dans l’entreprise, à m’enrichir dans un environnement international.

En 2013, suite à un voyage à Hawaï, le Aloha Spirit fait son effet. Sans en être consciente, c’est le début d’une maturation d’un changement de vie. Au niveau professionnel, je profite d’évoluer dans un service marketing pour m’incruster dans tous les projets de production de contenus. Et surtout, je m’éclate dans ma mission de rédactrice pour le journal interne et l’intranet de l’entreprise.

En 2018, je passe la vitesse supérieure en suivant une formation de scénariste sur mon temps personnel. J’en tire deux conclusions :

  1. Seuls 20 % des scénaristes vivent de leur métier. Un métier annexe est indispensable afin d’assurer ma sécurité financière.
  2. La routine de salariée est un frein à ma créativité. J’ai besoin de gérer mon temps pour développer les projets qui me tiennent à cœur.

À l’intersection entre mon goût pour l’écriture et de mon besoin d’autonomie se trouve le métier de rédactrice web freelance. Puisque la rédaction en ligne sera mon futur job à temps plein, je choisis une formation de qualité créée par une femme dont l’esprit d’entreprendre est contagieux.

💜 C’est cliché, mais vivre de sa passion, c’est possible.

Mon parcours en tant que quinqua en toute liberté avec FRW

En 2020, j’embarque dans l’aventure de Formation Rédaction Web. Pas le temps d’attendre la prochaine session d’Origami, et par peur d’être la 51e sur la liste, je choisis la formule Liberté avec pack accompagnement. Cette option m’apporte le cadre pour réussir :

  • Je m’engage à suivre sérieusement les 38 cours de la formation.
  • Ma coach m’accompagne en corrigeant les exercices consacrés aux compétences métier.
  • L’équipe pédagogique m’oriente dans mes premiers pas vers le freelancing.

Mettre à profit mon expérience de production de contenus et apprendre de nouvelles techniques de rédaction appliquées au Web fait un bien fou à mon cerveau. Je sors d’une sclérose intellectuelle. L’effervescence de mes neurones agit comme une boisson gazeuse ; je pétille dans tous les sens du terme.

Ma formation terminée, je me positionne à la croisée des chemins déjà parcourus : celui de mon goût pour l’écriture scénaristique, de mon expérience en marketing et de mes compétences de rédactrice web SEO. À l’inverse des femmes du 7e Art, qui, subissant les méfaits de la discrimination, rentrent dans un tunnel d’invisibilité, j’ai choisi d’être l’actrice des tunnels de vente. Le copywriting et le storytelling sont ma source d’épanouissement rédactionnel.

📌 Travailler en ligne à la retraite pour compléter une pension, pas bête non ? 😉

A priori, se reconvertir à 50 ans semble une décision jugée incongrue, voire à contre-courant. Pourtant, la maturité émotionnelle apporte la sérénité dans le choix d’une nouvelle option de carrière. Pour ma part, j’ai vécu ma « quinquitude » comme un atout. Ma réflexion était mûrie, en alignement avec mon état d’esprit et une volonté de vivre pleinement mes 25 prochaines années professionnelles. Je m’amuse à me définir comme une future Mamita du Web. Dans un jeu de tarot de Marseille, je suis la Papesse, femme pleine de sagesse et lien entre la génération des papy-mamy boomers et celle des millenials. Le monde du digital m’offrira encore bien d’autres opportunités. Une reconversion fut le meilleur cadeau à me faire pour fêter librement mes 50 ans. Aujourd’hui, j’organise ma vie autour de l’écriture en ligne, et le nomadisme digital me sort de mes quatre murs pour booster ma créativité. Y’a pas d’âge pour… à vous de compléter la phrase selon vos aspirations.

⏩ Trouvez la formule adéquate pour votre reconversion en rédaction web parmi les offres de formation rédaction web.

⏩ Une spécialisation en copywriting vous tente ? Découvrez la formation Copywriting de FRW

Estelle Fontaine, Storyteller et Copywriter, ancienne élève Liberté avec pack accompagnement.

Sources :

https://www.psychologies.com/Travail/Reconversion/Articles-et-Dossiers/Y-a-t-il-un-age-pour-se-reconvertir
https://www.psychologies.com/Travail/Reconversion/Articles-et-Dossiers/Parcours-de-late-bloomers
http://www.catherinetaret.com/new-page
https://www.ipsos.com/fr-fr/50-ans-lage-dor-des-femmes
https://www.cadremploi.fr/editorial/conseils/conseils-carriere/changer-de-metier-a-50-ans
https://www.leparisien.fr/laparisienne/actualites/et-si-les-late-bloomers-avaient-tout-compris-08-09-2017-7245021.php

lucie rondelet instagram

error: Content is protected !!