White hat ou black hat : 50 nuances de SEO

White hat ou black hat : 50 nuances de SEO

Les limites entre le white et le black hat SEO sont si floues que certains n’hésitent pas à parler de grey hat SEO. Si vous êtes rédacteur SEO, vous êtes concerné : dès que vous essayez d’influencer la position de vos textes dans la SERP, vous risquez de tomber dans cette zone d’ombre, entre le gris perle et l’anthracite. Parfois, vous employez des techniques de référencement abusif par ignorance. Dans d’autres cas, vous recourez à des pratiques admises, mais déclarées contraires aux lignes directrices de Google quelques années plus tard. À chaque fois, vous faites courir un risque à votre client. La première étape pour l’éviter est de vous renseigner. Cet article est fait pour ça !

La notion de white et de black hat SEO

Le black hat SEO est simple à définir : il s’agit de toutes les techniques contraires aux directives de Google. Il peut aussi être appelé référencement abusif ou spamdexing.

À une époque, vous auriez pu positionner une page pour un mot clé en y répétant ce mot à l’envi, sans une seule ligne de texte supplémentaire. Les spammeurs les plus fins écrivaient les requêtes avec des caractères de la même couleur que le fond. Grâce à cette fine optimisation, les internautes trouvaient rarement ce qu’ils cherchaient. Heureusement, un panda est venu remettre tout cela en place.

Les spammeurs ont ensuite concentré leurs efforts sur les backlinks, souvent achetés et sans aucune valeur ajoutée pour le lecteur. Cette fois, c’est un pingouin qui est intervenu pour faire le ménage.

–> Si vous ne comprenez pas les références à ces animaux, vous devez impérativement regarder cette vidéo de Lucie qui raconte l’histoire de Google !


Ces techniques ne fonctionnent plus, ou pour une période limitée. Vous pourriez faire connaître une gloire éphémère aux articles de vos clients, mais la chute serait rapide et douloureuse : dans certains cas, un site abusif disparaît des résultats de recherche.

Contrairement au black hat, le white hat SEO suit à la lettre les recommandations de Google. Mais…

Gris ou blanc : où s’arrête le référencement abusif ?

Le grey hat et le white hat SEO sont appréciés différemment par chaque expert.

Certains interprètent strictement les lignes directrices de Google et estiment que toute action qui sort de ce cadre est du grey hat SEO. Or, les directives mettent l’accent sur l’intérêt de l’utilisateur. L’emploi d’une requête clé est recommandé, mais elle ne peut pas être placée pour plaire à l’algorithme. Dans cette optique, si vous interférez dans la rédaction naturelle d’un texte pour insérer un mot clé à destination des robots (et non des lecteurs), vous faites du grey hat SEO. Que celui qui ne l’a jamais fait me jette la première pierre !

Personne ?

Alors ce qui suit va vous plaire : d’autres experts ont une vision manichéenne et soutiennent que ce qui n’est pas noir, est blanc. Ainsi, tant que vous ne faites rien de contraire aux recommandations de Google, vous faites du white hat SEO. Vous pouvez donc continuer à optimiser vos textes sans craindre les flammes de l’enfer.

Les dangers du référencement abusif involontaire

Les pratiques évoluent et celles qui fonctionnent aujourd’hui pourraient être déclarées contraires aux règles de Google dans les années qui viennent. Les conséquences peuvent être désastreuses : déclassement ou suppression des pages ou du site dans les résultats de recherche.

C’est le grand risque des techniques qui appartiennent à la zone grise du référencement naturel : pour combien de temps sont-elles valables ? Seront-elles sanctionnées un jour ?

Personne ne peut donner de réponse à cela, car le géant américain est parfois imprévisible. Mais il existe quatre certitudes :

  • L’optimisation de vos textes, tant qu’elle n’est pas exagérée, arrange Google. Les requêtes clés servent de point de repère aux algorithmes pour fournir aux internautes les résultats les plus pertinents.
  • Lorsque vous placez un mot clé, faites-le de façon naturelle. Parfois, vous devrez modifier votre phrase une dizaine de fois avant d’y arriver. C’est aussi pour cela qu’un rédacteur spécialisé en SEO est mieux rémunéré qu’un autre.
  • Ne répétez pas votre mot clé dix fois, même si un outil tel que Yoast SEO vous le recommande. Les algorithmes sont de plus en plus intelligents. Il est probable que les répétitions injustifiées d’un même mot clé seront de plus en plus durement traitées par Google. C’est un colibri qui me l’a dit !
  • L’exhaustivité de votre article doit être votre préoccupation principale. C’est grâce à cela que vous aurez un contenu utile pour l’internaute, un taux de rebond limité et un champ sémantique riche. Si vous l’ignoriez, Lucie vous l’affirme : vous n’êtes pas condamné à écrire de la 💩. Au contraire, la tendance est aux contenus qualitatifs.

(Cette vidéo date de juin 2018 ! Et depuis Marjorie a bien percé ! Marjorie, si tu nous regardes… ;-))

Et les autres couleurs de SEO : au-delà du black and white SEO

Lorsque vous cherchez des informations sur les différentes catégories de SEO, vous en voyez de toutes les couleurs. Certains créatifs n’ont pas résisté à la tentation d’ouvrir l’éventail de teintes du référencement naturel : pink hat SEO, green hat SEO… Mais ces dénominations ne correspondent à aucune pratique d’optimisation particulière, elles sont uniquement guidées par la thématique.

Peu importe la nuance, vous devez toujours rédiger pour l’internaute. Les robots ne sont pas prioritaires, même s’il faut les chouchouter de temps en temps !

Si un client vous a déjà demandé d’utiliser des méthodes de black hat SEO (bourrage de mots clés, contenu dupliqué…), n’hésitez pas à partager votre expérience dans les commentaires !

Vous souhaitez développer votre connaissance du référencement et de la rédaction web ? Suivez ce blog et abonnez-vous à la chaîne YouTube de Lucie !

Anne Beckers, Correctrice et Coach dans la Team de Lucie Rondelet (ancienne élève Origami 2)

Comprendre le SEO : petit guide pour débutants

Comprendre le SEO : petit guide pour débutants

Vous envisagez de vous former à la rédaction web, mais l’apprentissage du SEO vous fait peur ? Vous doutez de vos capacités ? J’étais comme vous. À la recherche d’une carrière nomade, je découvre la rédaction web grâce à Lucie Rondelet en 2019. Tout de suite, c’est le déclic : j’ai trouvé ma voie… jusqu’à la découverte du référencement naturel : sueurs froides, palpitations, remise en question. En tant que novice dans tout ce qui concerne les nouvelles technologies, j’ai l’impression que ces concepts abscons ne sont pas faits pour moi. Mais j’insiste, je persévère, je me forme. Et là, Ô surprise ! Ce n’est pas si sorcier. Il suffit de se familiariser avec le fonctionnement du SEO et le vocabulaire. Pour vous mettre sur la voie, je vous propose ici un petit guide pour comprendre le SEO.

Définition du SEO

En matière de SEO (prononcer « S – I – O », il faudra vous y faire), le vocabulaire est souvent en anglais. Je vous invite à parcourir ce petit lexique bien utile, qui m’a sauvée de nombreuses fois. SEO est le sigle de Search Engine Optimization, qui se traduit par optimisation pour les moteurs de recherches, également appelée référencement naturel. Vous voilà bien avancé, hein ? Je vous entends déjà vous dire « euh… oui, mais concrètement, qu’est-ce que le SEO ? »

Il s’agit d’un ensemble de mesures qui permettent aux sites internet de se positionner dans les premiers résultats naturels (ou organiques) des moteurs de recherches. Lorsqu’on tape des mots-clés dans la barre de recherche de Google, une page de résultats apparaît : c’est la SERP, Search Engine Results Page. Le SEO a pour but de faire ranker les sites internet sur la première page de la SERP, idéalement en première position. Le graal est la position 0, dite featured snippet (extrait mis en avant).

Il faut distinguer le SEO du SEA, qui veut dire Search Engine Advertising, autrement dit : la publicité sur les moteurs de recherches. Avec le SEA, on paye pour que le site internet figure en haut de la première page, dans les annonces. Le SEO est gratuit, il s’agit des sites internet qui apparaissent juste en dessous.

Voilà pour la signification du SEO. C’est bien beau me direz-vous, mais ça n’apaise pas pour autant vos craintes : ce qui vous effraie (enfin, ce qui m’effrayait, moi) c’est comment faire de l’optimisation SEO ? Ne vous inquiétez pas, on y arrive.

Comprendre le SEO pour optimiser un site web

Avec plus de 70 % de parts de marché, Google est de loin le premier moteur de recherches utilisé par les internautes. La tendance est donc de satisfaire les algorithmes de Google en priorité. Et justement, le SEO consiste à essayer de comprendre ses critères, pour qu’il place le site en bonne position. Bien entendu, le secret de ces algorithmes est aussi bien gardé que la recette du Coca-Cola. Google se contente de donner quelques recommandations pour nous mettre sur la voie.

Attention de ne pas tomber dans l’excès de la sur-optimisation et des pratiques black hat. Pour comprendre le SEO et plaire à Google, il faut construire le site internet comme une jolie boutique. Elle doit être bien rangée et organisée et proposer des produits de qualité, facilement accessibles. Plusieurs mesures sont possibles.

Les paramètres techniques d’optimisation SEO

En lisant le mot « technique » combiné au mot « SEO », je sens que l’inquiétude vous gagne. Pas de panique, ces actions relèvent d’experts en codage et référencement et n’entrent pas dans le domaine de la rédaction web. Mais vous devez les connaître pour comprendre le référencement naturel. Il s’agit entre autres :

  • du fichier robots.txt qui indique à Google quelles pages il doit explorer ;
  • de l’arborescence du site internet, avec un sitemap et des listes de fils d’Ariane ;
  • de l’adaptation du site à la navigation sur mobile (site responsive) ;
  • de la mise en place de backlinks (liens externes) performants ;
  • etc.

Maintenant que ces aspects techniques sont écartés (ouf ! ;-)), Concentrons-nous sur la mission du rédacteur web SEO.

Les aspects rédactionnels de l’optimisation

L’identification de la requête et ses variantes

Tout d’abord, il faut déterminer la requête principale qui sera le sujet du texte. C’est un travail d’enquête assez amusant. Quelle est l’intention de recherche ? Autrement dit, quels mots sont tapés par les internautes pour rechercher les informations que vous voulez leur donner ? Est-ce que c’est une recherche populaire (fréquemment demandée aux moteurs de recherches) ? Quels sont les sites qui sont positionnés sur cette requête ? Sont-ils optimisés ? Est-il possible de leur faire concurrence et d’être référencé devant eux ?

Une fois la requête principale choisie, le rédacteur cherche des variantes – ou synonymes – de la requête principale, mais aussi le champ sémantique. L’idée est d’insérer tous ces mots aux bons endroits pour que les robots de Google les repèrent facilement et qu’ils puissent identifier le sujet de l’article. La subtilité est de placer ces mots-clés de façon naturelle, sans alourdir le style. Le texte doit être agréable à lire.

Le balisage HTML du texte

Si vous êtes comme moi avant de me former, les lettres « HTML » ont tendance à vous provoquer des éruptions cutanées. Pour ma part, je pensais que c’était quelque chose de très compliqué qui impliquait des connaissances en codage informatique. Or, pas du tout ! C’est juste un coup à prendre. Les balises Hn permettent de structurer le texte : un titre (balise title), des sous-titres (balises H2), des sous-sous-titres (H3), etc. Le tout, bien hiérarchisé et organisé. On peut mettre en gras les mots importants, en italique les citations, etc. Les paragraphes doivent être structurés et courts.
— > Suivre un cours gratuit en balisage HTML sur YouTube

La longueur idéale d’un texte optimisé pour le Web

Il est important d’adapter la longueur du contenu rédactionnel. Un texte trop court risque de ne pas être compris par les Google bots, et donc de ne pas bien se placer sur la SERP. Pour un article optimisé SEO, il faut compter minimum 1 000 mots. S’il y a beaucoup de concurrence sur la requête clé choisie, il est préférable de rédiger un article plus long que ceux des autres.
–> visionner la vidéo de Lucie à ce sujet

Les autres critères pour le référencement naturel

Le rédacteur web peut être amené à mettre en place d’autres mesures pour optimiser le texte, notamment :

  • le maillage interne : placer des liens entre les différentes pages du site internet ;
  • optimiser les images et les vidéos (balises Alt) ;
  • adapter l’URL ;
  • rédiger la méta description ;
  • placer des liens externes de qualité ;
  • etc.

Pour favoriser le référencement naturel, le site internet doit être actif. C’est-à-dire qu’il doit être alimenté régulièrement avec de nouveaux contenus, par exemple en publiant des articles de blog.

Une bonne optimisation implique la publication de contenus de qualité, basés sur des sources fiables. Les textes doivent être originaux, sans contenu dupliqué, mais aussi bien écrits, aérés et fluides.

Comprendre le seo guide pour debutant

Pourquoi faire du SEO ?

C’est un élément essentiel de la prestation du rédacteur web. C’est en outre un très bon levier pour convaincre des prospects de vous confier des missions de rédaction. Selon des statistiques de 2019, 31,7 % des internautes cliquent sur le premier résultat organique de la SERP. Les sites positionnés sur les trois premiers résultats concentrent 75,1 % des clics. Les internautes ne sont plus que 3 à 4 % à cliquer sur les résultats en positions 7 à 10. Seulement 0,78 % cliquent sur un site situé sur la deuxième page de résultats. Plutôt convaincant comme argument, non ? En améliorant le référencement d’un site internet, vous boostez sa visibilité et augmentez le trafic, le taux de conversion et donc le chiffre d’affaires de votre client.

Vous l’aurez compris, le SEO est incontournable. Aujourd’hui, contre toute attente, je trouve que c’est un exercice amusant et stimulant. J’espère vous avoir rassuré et avoir « démystifié » le SEO avec cet article. Pour bien comprendre le SEO, il est important de se documenter, de se tenir informé des mises à jour et bien entendu, de suivre une bonne formation !

Inga Penverne – Rédactrice SEO, ancienne élève Liberté

Sources :

  • Backlinko, We analyzed 5 million Google search results : Here’s What We Learned About Organic Click Through Rate, 27/08/2019.
  • Google, Bien débuter en référencement naturel (SEO)
  • Net Marketshare – Market Share Statistics for Internet Technologies
  • Formation en rédaction web FRW par Lucie Rondelet
Faire une Veille SEO Efficace : tout ce que vous devez savoir

Faire une Veille SEO Efficace : tout ce que vous devez savoir

Si vous êtes rédacteur web SEO, vous savez que vous devez vous tenir informé de l’actualité des moteurs de recherche. Pourtant, la veille SEO reste peut-être pour vous une notion purement conceptuelle, surtout si vous n’avez aucune idée de la méthodologie à adopter pour la réaliser correctement. Conséquence ? Vous reportez inlassablement cette tâche, qui en plus, avouez-le, ne vous emballe pas. Eh bien vous avez tort ! Rester informé des nouveautés du référencement naturel est fondamental dans votre activité. Je vous explique tout de suite ce que vous devez savoir pour faire une veille SEO efficace. Bientôt, vous ne pourrez bientôt plus vous en passer.

Veille SEO : définition

C’est le fait d’être à l’affût des évolutions des moteurs de recherche, de leurs nouveautés et des tendances qui se dessinent. L’idée, c’est de collecter les informations issues de l’actualité du référencement naturel via plusieurs sources fiables, peu importe le support : articles, vidéos, podcasts, infographies, interviews, livres blancs, etc., pour ensuite les analyser et les synthétiser.

Pour être réalisée efficacement, la veille doit être continue. Cela vous effraie ? Cela ne devrait pas, car je vais vous donner des conseils et astuces pour y passer un minimum de temps.

Faire une veille SEO : un indispensable du rédacteur

Le monde du Web, et du SEO en particulier, évolue à une vitesse fulgurante et de manière permanente. Des techniques de référencement naturel peuvent vite se révéler has-been (ou pire, black hat) au gré des mises à jour des algorithmes de Google. C’est pourquoi tout bon rédacteur web SEO professionnel devrait se tenir informé de l’actualité des moteurs de recherche au travers de sources pertinentes et d’une méthodologie efficace. Vous devez maîtriser les attentes de Google, connaître les bonnes pratiques et avoir toujours un temps d’avance. Et si vous ne le faites pas pour vous, faites-le pour vos clients, ils vous en seront reconnaissants et ne pourront plus se passer de vous !

Repérez ce que l’on appelle les « signaux faibles ». Si le « buzz » ne passe pas inaperçu, la « vraie » veille consiste à déceler, parmi une foultitude d’informations, celles qui sont vraiment dignes d’intérêt (une mise à jour des algorithmes, une modification dans l’apparence des SERPs, un bug aussi, etc.). D’actu SEO sérieuse, vous pouvez même basculer sur de l’info ludique, comme lorsque vous découvrez le tout dernier easter egg concocté par le géant américain. Vous ne voyez pas de quoi je parle ? Tapez dans Google « Cha Cha Slide », « Super Mario brothers » ou encore « Do a barrel roll » pour voir. Alors, ennuyeuse la veille ?

Finalement, la recherche et l’analyse des nouveautés de votre environnement métier traduisent surtout un certain état d’esprit et une certaine curiosité. N’est-ce pas là une qualité fondamentale du rédacteur web SEO ? Mais gare à ne pas tomber dans l’infobésité. Si vous ne voulez pas que votre productivité s’écroule, la veille ne doit pas occuper tout votre temps. Il est donc important de cibler les bonnes sources d’information. Et c’est ce que nous allons voir tout de suite.

Les sources à suivre pour les actualités SEO

Lucie vous a déjà parlé des sites à suivre pour connaître les SEO news. Récemment, elle a demandé à Olivier Andrieu quels sont ses conseils pour faire une bonne veille SEO et il lui a donné ses bonnes adresses – ou plutôt URLs devrais-je dire. Je partage ses adresses avec vous, et les complète avec mes bons plans, parce que j’en ai aussi !

Les blogs

Les blogs anglophones

Vous êtes à l’aise avec l’anglais ? Alors c’est un vrai plus, car le Web anglophone est une source précieuse d’informations. La littérature internet est riche et en plus, elle vous permet d’avoir une vision sur les tendances SEO venues d’ailleurs. Si la langue de Shakespeare n’est pas votre « cup of tea », sachez qu’il n’est jamais trop tard pour s’y mettre. Les blogs de référence sont (entre autres) :

Les blogs francophones

Le paysage internet francophone n’est pas en reste, avec des sites de poids parmi lesquels :

Et n’oubliez pas non plus de consulter les blogs de Google (et de Bing si vous avez des clients qui veulent se positionner sur le marché américain) :

Les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sont de précieux alliés pour faire une veille SEO efficace. C’est tout particulièrement le cas de Twitter. Suivez les comptes officiels de Google et ceux de ses porte-parole :

  • John Mueller (@JohnMu) et Gary Illyes (@methode) de Google Zurich ;
  • Danny Sullivan (@Searchliaison) à Mountain View, le berceau de la firme américaine ;
  • et Vincent Courson (@VincentCourson) de Google Dublin : d’origine française, c’est à lui que les référenceurs français ont naturellement tendance à poser leurs questions, d’autant que ses réponses sont toujours très fiables.

Si vous suivez les blogs des grands noms du référencement, lire leurs posts sur les réseaux sociaux (LinkedIn notamment) peut s’avérer une perte de temps, puisque l’information se trouve déjà sur leur site. Mais vous pouvez aussi choisir de consulter l’actualité du SEO via les réseaux sociaux et d’approfondir en parcourant les articles s’ils vous intéressent. Vous faites votre veille dans le sens que vous voulez !

Les chaînes YouTube

Grâce aux chaînes YouTube spécialisées, vous pouvez parfaire vos connaissances tout en surveillant les tendances SEO : citons Abondance, Google webmasters… et la chaîne YouTube de Lucie Rondelet ! D’ailleurs, si ce n’est pas déjà fait, n’hésitez pas à vous y abonner. Les vidéos sont une bonne option si vous n’avez pas envie de lire du texte ou si vous avez plutôt une mémoire auditive.

Les alertes Google et Google Trends

Google vous permet de vous inscrire gratuitement à des alertes par mail. Définissez un mot-clé et choisissez à quel rythme vous souhaitez recevoir les informations dans votre boîte aux lettres. Vous pouvez le faire pour tous les secteurs qui vous intéressent, que ce soit le SEO, vos thématiques de prédilection en rédaction web ou pour suivre les requêtes clés de vos clients. De cette manière, vous découvrez également de nouvelles sources de contenu, très ciblées, et êtes rapidement informé de l’actualité. N’hésitez pas à affiner vos critères avec une syntaxe de recherche avancée pour recevoir des contenus vraiment adaptés (guillemets, astérisque, OR, ET, allinurl:, etc.).

Jetez aussi un œil de temps en temps à Google Trends pour détecter des tendances de recherche et exploiter, le cas échéant, les données temporelles pertinentes et les « buzz ».

Les newsletters

En vous abonnant à des newsletters, vous pouvez suivre les nouveautés du référencement (et du Web en général) et vous étoffez vos connaissances. L’avantage ? L’information vient à vous directement dans votre boîte mail. L’inconvénient ? L’information vient à vous directement dans votre boîte mail… et peut contribuer à l’engorger. Pour ne pas en arriver là, faites régulièrement du tri dans vos abonnements. En matière de référencement naturel, la lettre hebdomadaire d’Olivier Andrieu fait bien sûr autorité (promis, il n’y a aucun lien d’affiliation).

Après ce tour d’horizon assez dense, quoique non exhaustif, ce que vous redoutiez se confirme ? Vous pensez que trop de sources vont avoir raison de votre motivation ? Eh bien non, parce que je vous dis tout de suite comment faire votre veille SEO efficacement.

faire une veille SEO efficace

Réaliser une veille SEO : méthodologie

Sélectionner ses sources

Je viens de vous donner un certain nombre de supports vous permettant de ne rien manquer des nouveautés SEO, mais il va sans dire que vous ne pouvez pas suivre tous ces blogs, référenceurs ou chaînes. Sinon vous risquez d’y passer tout votre temps. Il va donc vous falloir sélectionner, parmi toutes ces sources, celles qui vous intéressent le plus. Prenez un moment pour vous faire votre avis ; abonnez-vous aux newsletters ou aux réseaux sociaux des experts SEO. Pour retrouver tous les derniers articles publiés sur les blogs que vous aimez suivre, utilisez l’application Feedly. Vous pourrez les classer par catégorie et visualiser d’un coup d’œil les billets non lus. Pratique !

Stocker et analyser les informations

Pour que votre veille soit efficace, vous devez pouvoir enregistrer et retrouver facilement les informations que vous avez sélectionnées. Il existe différents outils tels que Evernote, Google Keep, Microsoft OneNote, etc., pour conserver les liens et pages les plus pertinents. Utilisez des mots-clés pour bien les agréger ; ajoutez des annotations. L’extension Liner pour Chrome vous permet aussi de surligner et consigner les extraits qui vous intéressent le plus.

Créer une routine

Cela va vous paraître évident, mais l’efficacité d’une veille réside dans la régularité avec laquelle elle est réalisée. Vous aurez beau déterminer la meilleure méthodologie et utiliser les outils les plus puissants, si vous n’êtes pas assidu, cela ne servira à rien. Alors, comment faire ? Tout simplement en créant une routine. Définissez dans votre agenda un moment dédié à votre veille, chaque jour ou chaque semaine. Même dix minutes quotidiennes peuvent suffire. Pensez aussi à vous fixer un temps maximum à ne pas dépasser pour rester efficace. L’important est de vous y tenir. Ne reportez pas, car le risque est que cela se reproduise jusqu’à ce que, finalement, vous abandonniez toute veille.

Synthétiser

Vous allez lire de nombreux articles et ne pourrez pas tout retenir. Pour une meilleure efficacité, vous pouvez réaliser des fiches thématiques et très synthétiques pour vous aider à mieux mémoriser les informations et bien argumenter face à vos clients en cas de besoin. Cela vous prendra peut-être du temps au début, mais vous prendrez vite cette habitude et en mesurerez tous les bénéfices sur le long terme.

Vous savez maintenant comment faire une veille SEO efficace. En résumé :

  • Prenez le temps de sélectionner soigneusement vos sources.
  • Regroupez les articles dans l’application Feedly.
  • Stockez les informations pertinentes dans un outil dédié.
  • Analysez-les et synthétisez-les.
  • Créez votre propre « routine veille » et respectez-la.

Voilà, vous n’avez maintenant plus aucune excuse pour procrastiner ! À vous de jouer !

N’hésitez pas à partager vos bonnes adresses et tips en commentaire.😀

Alexandra Francon et Stéphanie Soulier – Rédactrices SEO et anciennes élèves de Formation Rédaction Web

Contenu Dupliqué : Dangers pour votre Référencement Naturel

Contenu Dupliqué : Dangers pour votre Référencement Naturel

Google estimait en 2015 que plus de 60 % des sites internet publiaient du contenu dupliqué, ou duplicate content en anglais. Pour bien comprendre les enjeux et les risques de cette pratique, plusieurs questions se posent. De quoi s’agit-il ? Quels sont ses dangers pour les sites internet ? Quel impact pour les rédacteurs web ? Pour le savoir, lisez ce qui suit. (suite…)

Formation Contenu SEO : Est-ce Vraiment Nécessaire ? ⎪Décryptage

Formation Contenu SEO : Est-ce Vraiment Nécessaire ? ⎪Décryptage

L’acquisition d’un trafic qualifié sur un site internet passe par la mise en place d’une stratégie digitale. Celle-ci s’articule autour du Search Engine Marketing : le marketing des moteurs de recherches. Le SEM se compose de trois parties : le SEO pour Search Engine Optimization, le SEA pour Search Engine Advertising et le SMO pour Social Media Optimization. En quelques mots, le SEO correspond au référencement naturel gratuit, le SEA aux publicités payantes et le SMO à la visibilité sur les réseaux sociaux. Mais alors, pour être visible sur internet, le SEO est-il réellement indispensable ? En tant que rédacteur web, est-il si important de suivre une formation contenu SEO ? Dans cet article, je vous explique pourquoi se former au SEO, les plus-values de ces nouvelles connaissances et comment choisir la bonne formation SEO.

Une formation contenu SEO : pourquoi ?

Raison n° 1 : donner confiance aux lecteurs

Être rédacteur web, tenir un blog ou un site d’e-commerce : c’est bien. Que les internautes trouvent vos articles ou votre site via des recherches Google : c’est (beaucoup) mieux, voir le minimum ! L’acquisition de trafic s’effectue par plusieurs méthodes, mais le référencement naturel reste incontournable. Avez-vous déjà cliqué avec confiance sur un lien sponsorisé en première page de Google ? Moi non. Je m’en méfie, allez donc savoir pourquoi ! 😉 Par contre, je clique volontiers et lis les articles arrivant sur les premiers résultats du SERP (Search Engine Results Pages, page des résultats en français) que me propose l’algorithme. Bon, j’avoue, parfois je pousse sur la seconde page si les premiers résultats ne m’attirent pas…

Suis-je la seule dans ce cas ? Je ne pense pas.

Alors, pour que votre futur lecteur ait confiance en vous avant même d’avoir cliqué sur votre titre : optez pour le référencement gratuit, autrement dit, apprenez à manier comme un pro les stratégies de référencement naturel !

Raison n° 2 : travailler sur le long terme

Le trafic organique, c’est-à-dire le trafic provenant des moteurs de recherche, peut être payant (campagnes Adwords par exemple) ou gratuit (naturel).

Le trafic naturel s’avère conséquent sur un site bien référencé, dont les articles ou les pages sont optimisés : on parle de SEO. Lorsque les pages sont indexées par l’algorithme Google, c’est-à-dire qu’elles sont référencées par le moteur de recherche, elles y restent pour un moment. Si les pages proposent du contenu intéressant, qui plaît aux lecteurs, alors celles-ci resteront en bonne position dans les pages de résultats. Ainsi le créateur du site obtiendra une acquisition de trafic par ces pages pendant des années… et sans même avoir à y retoucher !

Alors que s’il choisit le référencement payant, aussi nommé SEA, le jour où le créateur du site arrête de payer : le trafic organique de son site s’effondre…

Joli argumentaire de vente pour vos clients, n’est-ce pas les rédac’ web ?

Raison n° 3 : ne pas être pénalisé par l’algorithme de Google

L’algorithme Google est composé de centaines de critères : si certaines pratiques s’avèrent favorables à un bon référencement, d’autres le pénalisent lourdement. Voici quelques exemples de bonnes pratiques :

  • l’utilisation de mots clés pertinents, de mots clés longues traines et d’un champ sémantique développé ;
  • la mise en place d’un maillage interne (liens internes entre les articles/pages d’un site) bien structuré ;
  • la présence d’un contenu à haute valeur ajoutée et unique ;
  • Etc.

À l’inverse, Google prohibe certaines pratiques, on parle de « SEO Black Hat » ou « Spamdexing ». Par exemple :

  • le duplicate content (duplication de contenu) qui consiste à copier-coller un texte provenant d’un autre site internet est lourdement pénalisé par le moteur de recherche.
  • l’abus de mots clés rend non seulement l’expérience utilisateur désagréable, mais pénalise le site depuis la mise à jour Panda.
  • L’échange de liens avec un site proche ne plaît pas non plus à Google ! Seuls les backlinks naturels sont considérés comme favorables pour le référencement.
  • Etc.

Pour ne pas effectuer d’erreurs et chouchouter son référencement Google, mieux vaut savoir ce que l’on fait et être formé au contenu SEO !

Qu’apporte une formation contenu SEO ?

Le SEO : un excellent retour sur investissement

Vous aimez les maths ? Moi OUI ! Alors je vous propose quelques équations toutes simples et vous allez vite comprendre pourquoi une formation contenu SEO permet un excellent retour sur investissement.

Requêtes clés pertinentes

+

Articles optimisés grâce aux techniques de référencement

=

Plus de trafic organique naturel !

Et si votre client est un blogueur proposant des produits numériques, du coaching ou de l’affiliation, ou bien s’il est gérant d’un site e-commerce, alors :

Trafic organique important

=

ventes

=

Chiffre d’Affaires sympa !

Mais pour vous, rédacteurs web, qu’est-ce que cela vous apporte ? J’y viens. 😉 Tout d’abord, un rédacteur web SEO pourra facturer ses prestations plus chères qu’un rédacteur web. En plus, en permettant à votre client d’augmenter son CA, vous allez devenir rapidement in-dis-pen-sa-ble, voire irremplaçable.

Et si les relations avec votre client sont saines et dans un esprit gagnant-gagnant alors un client heureux sera naturellement un client généreux. 🙂

À lire également : Rédacteur Web SEO : un métier qui rapporte.

Gagner du temps

Bien sûr se former en autodidacte est possible, mais à quel prix ? Beaucoup, beaucoup de temps. Si vous avez quelques années devant vous et que vous acceptez d’écrire, tester, chercher, trouver des sources d’informations fiables… Let’s go !

Par contre, si vous voulez rapidement savoir :

  • comment maîtriser les techniques de référencement naturel ;
  • comment choisir les bonnes requêtes ;
  • savoir optimiser un article ;
  • savoir utiliser les outils SEO ;
  • Etc..

Bref, si vous souhaitez devenir une rédactrice web SEO en quelques mois, avec des connaissances solides : une formation contenu SEO paraît être la solution la plus évidente.

En attendant, voici 9 sites pour effectuer une veille SEO.

Comment reconnaître une bonne formation en SEO ?

Le formateur

Le formateur proposant une formation en SEO doit avoir de l’expérience et doit « prouver » sa légitimité et son expertise soit par son propre site soit en obtenant des retours clients significatifs. En quelques mots, le formateur doit prouver ses bons résultats en SEO, il peut être consultant SEO, mais surtout c’est un expert SEO !

Élève de la formation Origami 1 de Lucie, je me suis lancée dans l’aventure sans témoignages d’anciens élèves… puisque dans la première promo nous étions justement… les 1ers élèves ! Et pour tout vous avouer, je n’ai pas douté de ses compétences, car j’ai trouvé son blog plusieurs fois après quelques rapides recherches google sur les compétences SEO et la rédaction web SEO. Une belle preuve que ses articles étaient bien référencés, ainsi son expertise sur le sujet était naturellement démontrée. 🙂

Le programme de formation

Le programme d’une formation SEO doit pouvoir vous apporter (au minimum) :

  • la connaissance des techniques avancées de la rédaction web SEO et au contraire des pratiques à oublier pour ne pas être pénalisé ;
  • l’importance d’un contenu pertinent ;
  • la mise en place d’un planning éditorial solide et pertinent ;
  • le fonctionnement général du moteur de recherche ;
  • la recherche et l’utilisation des mots-clés, la notion de longue traîne et la mise en place d’un champ lexical riche ;
  • les outils permettant de trouver les requêtes pertinentes ;
  • la notion d’UX : Expérience Utilisateur ;
  • les outils de suivi de trafic/suivi de positionnement avec les outils Google comme Google analytics et Google search console entre autres ;
  • la rédaction de pages/d’articles optimisés pour le référencement ;
  • l’étude de cas pratiques et la possibilité de se tester !
  • principes et méthodes d’audit SEO.

Les fausses promesses

Attention aux fausses promesses ! On ne devient pas un as du référencement en quelques jours.

Même si la connaissance des pratiques de référencement reste accessible et rapidement assimilable, sur le terrain, la réalité se montre tout autre ! Vous allez devoir vous entraîner : écrire des articles optimisés en suivant à la lettre les conseils de la formation puis suivre les résultats. Au départ, vous allez devoir très certainement ajuster certains points, tester et observer de nouveau. C’est ainsi que votre formation contenu SEO deviendra bénéfique sur le long terme et que vous deviendrez un excellent rédacteur web SEO !

N’hésitez pas à aimer la page Facebook de Lucie pour vous tenir informé des derniers articles publiés et à vous abonner à sa chaine YouTube pour y découvrir toutes ses vidéos. 😊

Audrey Alloux / Rédactrice Web SEO (Ancienne élève Origami 1)

error: Content is protected !!