Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

Le référencement naturel est un univers impitoyable dans lequel les requêtes clés sont parfois maltraitées, volontairement ou non. Le keyword stuffing a heureusement été réprimé par Google au nom de l’expérience utilisateur. Mais ce n’est pas la seule cruauté sémantique subie par nos chères requêtes. Un phénomène plus vicieux est la cannibalisation SEO. Abandonnées dans un site linguistiquement pauvre, elles se font concurrence pour obtenir une position suffisante dans le SERP. Cet article fait la lumière sur la cannibalisation de mots clés et vous donne des pistes pour y remédier.

 

La cannibalisation SEO doit-elle vous inquiéter ?

Le cannibalisme chez les mots clés : mythe ou réalité ?

On parle de cannibalisation de mots clés lorsque plusieurs pages d’un site internet sont optimisées pour la même requête. Selon certains experts, cela aurait pour effet de faire radicalement chuter le positionnement de ces pages, car l’algorithme ne parviendrait pas à choisir entre toutes ces possibilités.

Il est certain que le positionnement des textes dans le moteur de recherche est influencé par des centaines de facteurs. Vous pouvez découvrir les principaux dans cette vidéo :

Mais l’utilisation d’un même mot clé sur plusieurs pages ne semble pas en faire partie. D’ailleurs, lorsqu’on interroge Gary Illyes, Webmaster Trends Analyst chez Google, sur la notion de cannibalisation SEO, voici ce qu’il répond : « No clue what that is ».

Cela ne semble donc pas être un sujet d’inquiétude pour Google.

Les problèmes derrière la cannibalisation de mots clés

L’utilisation du même mot clé pour différents contenus ne doit donc pas vous inquiéter si le trafic n’en souffre pas. Mais si vous identifiez une diminution ou une absence de trafic organique, c’est qu’il y a un problème sous-jacent sur les pages concernées par ce cannibalisme terminologique :

  • une faible qualité du contenu ou ;
  • un choix de requête clé non judicieux.

Une mise à jour de l’algorithme de Google datant de juin 2019 peut aussi avoir impacté ces pages. Depuis la site diversity update, les résultats issus d’un même domaine (ou sous-domaine) sont limités à deux, sauf si Google estime pertinent d’afficher plus de résultats du même site web ou s’il s’agit d’une recherche navigationnelle (sur une marque). Vous devez donc porter une attention spécifique au trafic depuis cette mise à jour.

Quelles sont les pages problématiques ?

Ne vous précipitez pas pour modifier toutes les pages qui n’attirent pas ou peu de trafic organique ! Une analyse soigneuse s’impose. En effet, une page peu visitée depuis Google peut connaître un grand succès sur les réseaux sociaux : vous devez la garder ! Il y a aussi des pages avec une utilité propre, telles que les pages de destination ou de vente. Si elles convertissent, inutile de les modifier !

Vous devez aussi vous assurer qu’il n’y a pas d’autres problèmes affectant le site internet. Dans ce cas, le manque de trafic ne devrait pas concerner exclusivement les pages dont la requête est redondante.

Comment remédier à l’absence ou à une baisse du trafic liée à l’utilisation du même mot clé sur plusieurs pages ?

L’analyse éditoriale

Pour prendre les bonnes mesures, vous devez vous poser ces questions :

  • Le site contient-il plus de deux pages optimisées avec la même requête principale ?
  • Le contenu est-il d’une qualité équivalente ou supérieure aux articles des sites concurrents ? Est-il complet ou parcellaire ?
  • La requête clé est-elle pertinente par rapport au contenu de la page ?

La recherche de la solution

Depuis juin 2019 (et jusqu’au prochain changement…), votre objectif est de ne pas avoir plus de deux pages optimisées pour les mêmes mots clés. Pour chaque page en doublon, vous avec deux solutions :

  • La fusion des articles afin de créer un contenu très complet à forte valeur ajoutée pour le lecteur. Si chaque texte n’est qu’un réplica du contenu précédent, vous pouvez même envisager de supprimer les textes superflus qui n’apportent aucun trafic.
  • La réécriture du contenu avec une modification des mots clés : si chaque article apporte une information précise à l’internaute, une requête trop générique n’est pas adéquate et ne prend pas assez en compte l’intention de recherche. Pour y remédier, vous pouvez opter pour des mots clés plus spécifiques, même s’ils ont un moins grand volume de recherche.

 

Vous ne savez pas comment choisir vos requêtes clés ? Je vous conseille les articles suivants :

Prévenir le cannibalisme terminologique

Je ne vais probablement pas vous surprendre : l’outil qui prévient l’utilisation des mêmes mots clés sur plusieurs pages est le planning éditorial. Pas besoin d’en faire des tonnes, il peut s’agir d’un simple tableur.

Ensuite, à vous de choisir judicieusement les requêtes à travailler. Elles doivent être sélectionnées en fonction de vos objectifs et de la concurrence. En règle générale, si vous optez pour une requête large, vous devrez créer un contenu long et exhaustif. Cela vous permettra de répondre aux attentes du lecteur, mais aussi de vous positionner plus facilement. Vous pouvez aussi choisir une requête de longue traîne, moins compétitive, en abordant un aspect spécifique de votre sujet.

Vous l’aurez compris : la cannibalisation SEO n’est pas la maladie, mais un de ses symptômes, à l’instar du manque de trafic organique. Pour traiter le mal, une cure du contenu éditorial s’impose.

Pour découvrir les dernières actualités du référencement éditorial, abonnez-vous à la chaîne YouTube de Lucie ! Elle propose même de superbes vidéos en motion design, idéales pour apprendre facilement les concepts indispensables à votre activité.

Anne Beckers — Coach / correctrice dans l’équipe de Lucie Rondelet et ancienne élève Origami

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
error: Content is protected !!

Téléchargez GRATUITEMENT
​ "101 sites qui recrutent des rédacteurs web" !