Comment bien vivre le Confinement ? | Réflexions et Conseils

Comment bien vivre le Confinement ? | Réflexions et Conseils

Avec l’arrivée du Sars-CoV-2 responsable du Covid-19 et l’imminence d’un drame sanitaire, nous sommes à présent tous confinés depuis le 16 mars 2020. Nous avions vaincu le Sars-CoV, responsable du SARS, et voilà qu’un nouveau virus déferle sur la planète et oblige les pays à fermer leurs frontières. L’émergence de ce coronavirus nous contraint à adopter des mesures barrières et nous fait découvrir une situation totalement inédite, à laquelle nous n’étions pas préparés : le confinement. (suite…)

La Rédaction Web en Temps de Crise : faites face !

La Rédaction Web en Temps de Crise : faites face !

Après avoir déposé mes filles à l’école, je suis rentrée chez moi et je me suis préparé un café avant de m’installer pour regarder le discours de notre Président. Ici, dans l’Hémisphère Sud, c’est l’été. La Nouvelle-Calédonie est loin de tout, malgré sa beauté, c’est un territoire peu touristique (car très cher et peu aménagé pour les visiteurs) et il y fait chaud à cette saison. La situation de l’archipel a donc filtré naturellement le virus. À ce jour, la Nouvelle-Calédonie n’est pas encore touchée par la COVID-19. En tant que “métro” ou “zoreille” (comme on nous appelle ici), je suis l’information d’un œil attentif : ma grand-mère a 86 ans, mon père bientôt 70 et je suis inquiète pour mon pays et plus largement pour l’Humanité. Cette situation exceptionnelle me donne l’impression d’observer une panique générale depuis un balcon. Ici, on ne parle que des municipales et du cyclone Gretel. Les enfants jouent et rient dans les cours d’école et nous n’avons reçu aucune consigne.
Cependant, comme vous tous, je m’interroge sur l’évolution de cette situation, chaque question en entraîne une autre, ne laissant aucun répit à mon cerveau.
Anne (membre de mon équipe, rédactrice et correctrice au sein de ma formation), m’a proposé un article sur la “gestion d’entreprise en temps de crise pour les rédacteurs web“. Cet article est donc un mélange de nos deux plumes. Je voulais en effet ajouter mon grain de sel.
Bonne lecture.

Ce contenu n’a pas vocation à vous présenter une analyse détaillée de l’impact de la crise sanitaire sur les marchés financiers. Même les experts ne peuvent pas s’accorder sur une issue certaine, alors moi… Son objectif est de vous aider à relativiser et à faire face lors de cette période de transition. Dans les prochaines semaines, certains budgets seront gelés : vous pourriez avoir moins de missions. Si vous avez des enfants, vous devrez réorganiser votre travail. La situation est grave, mais notre devoir à tous est de continuer à vivre en protégeant autrui et de faire tourner l’économie du mieux que nous le pouvons pour nous relever plus facilement… après.

Freelances : ralentissement des activités lié à la crise sanitaire et financière

État de la situation

À court terme, certaines entreprises vont geler les budgets afin de garder des fonds pour faire face à une crise dont la durée n’est pas encore connue. À moyen terme, certaines entreprises pourraient éprouver de véritables problèmes de trésorerie. À long terme, si l’économie ne reprend pas rapidement, des entreprises feront faillite.

Cela aura des conséquences sur votre activité de rédacteur web :

  • Les missions ponctuelles pourraient être plus difficiles à trouver.
  • Les missions longue durée pourraient être suspendues.
  • Certains clients pourraient faire faillite.

Cette situation devrait être temporaire. Les impacts sur les marchés subsisteront peut-être longtemps, mais les activités quotidiennes reprendront dès la fin des mesures de confinement. Et le besoin de rédacteurs web aussi. En tant qu’entrepreneur, vous devez tenter (autant que faire se peut) d’anticiper les tendances. Il est clair que le télé-travail a fait ses preuves et l’on voit bien aujourd’hui les avantages d’une telle organisation. La relance de l’économie passera logiquement par des campagnes de communication, très certainement sur Internet.

Les solutions pour rester productif par temps de crise

Soutenez les entreprises locales

La meilleure façon de se remettre d’une crise financière est de soutenir le pouvoir d’achat pour favoriser les échanges économiques. Si l’argent n’est plus dépensé, les entreprises n’ont plus d’argent et font faillite, ce qui aboutit à des licenciements. Alors que si la population dépense, les commerces survivent et se remettent progressivement à flot.

Vous n’êtes pas l’État et votre capacité d’action est limitée, mais pas nulle. Certains établissements ne peuvent plus ouvrir leurs portes au public, notamment les restaurants. D’autres n’attirent plus assez de clients qui craignent de se déplacer.
Sans clients pendant plusieurs semaines, ces entreprises ne survivront pas. Elles le savent, et certaines sont prêtes à passer le cap du numérique pour proposer leurs services en ligne. Aidez-les en leur proposant :

  • Un site très simple optimisé pour la recherche locale comprenant au moins une page d’accueil, l’offre disponible à la livraison et les modalités pratiques.
  • Des descriptions de produits qui leur permettront de se différencier des autres établissements lorsqu’elles recourent aux plateformes de livraison.
  • Des articles explicatifs au sujet des actions qu’elles auront mises en place pour protéger les clients et les travailleurs.
  • Une page incitant les consommateurs à payer un acompte pour réserver une table ou un service qui sera disponible dès que les mesures de confinement seront levées.

Vous ne serez peut-être pas rémunéré pour ce travail. Mais si vous manquez temporairement de clients, c’est une opportunité et un investissement sur l’avenir :

  • Vous faites une bonne action.
  • Les débutants étoffent leur portfolio.
  • Sur le long terme, vous aidez des commerces à franchir le cap du numérique, ce qui veut dire plus de clients pour le futur.

Investissez les secteurs chauds

Le malheur des uns fait le bonheur des autres. C’est particulièrement vrai à l’heure actuelle pour les e-commerces. Les gens restent majoritairement chez eux, mais ils continuent à consommer grâce aux magasins en ligne. C’est donc un des secteurs à prospecter si vous souhaitez trouver de nouvelles missions.

Tous les sites qui concernent la santé peuvent également avoir besoin de vos services. Qu’il s’agisse de la conception de pages de vente ou de la rédaction d’articles, ils doivent répondre à la demande et aux interrogations de la population. Ce surcroît de travail peut être pris en charge par un rédacteur web.

Les plateformes de formation en ligne ont également le vent en poupe. Qu’elles s’adressent aux plus jeunes ou aux adultes, c’est une des meilleures façons d’occuper les journées à venir.

Ce n’est qu’un petit aperçu des débouchés qui subsistent. Les opportunités sont partout. Il suffit de savoir les chercher !

Échangez avec les rédacteurs de votre réseau

Il est possible que d’autres rédacteurs soient submergés de travail, en particulier s’ils doivent organiser leurs journées avec les enfants à la maison. N’hésitez pas à leur proposer votre aide. Bien entendu, il faudra informer les clients concernés que la mission est temporairement sous-traitée.

Investissez ce temps en vous

Vous avez épuisé toutes les options susmentionnées, et vous avez encore trop de temps ? Investissez-le en vous !

Quel meilleur moment pour enfin terminer le livre d’Olivier Andrieu ou celui d’Isabelle Canivet ? Vous pouvez également relire et trier les articles de ce blog pour rassembler les informations les plus importantes pour votre pratique.

Bien entendu, vous pouvez aussi suivre une formation pour développer vos connaissances en rédaction optimisée, par exemple la formation Liberté de Lucie. Il existe également des formations de perfectionnement au SEO, au copywriting, au storytelling… Les possibilités ne manquent pas sur le Net !

Le ralentissement de vos activités lié aux enfants

Entre organisation et lâcher-prise

En temps normal, je vous dirais que travailler à domicile avec les enfants est impossible. C’était sans compter l’intervention d’un pangolin dans une lointaine contrée (l’effet papillon version fourmilier).

Pendant 4 à 10 semaines, vous goûterez aux joies de la vie de famille en mode survival. Si votre activité de rédacteur web vous occupe à temps plein, cette période sera difficile. Certes, ce sont des moments privilégiés avec vos proches que vous n’oublierez pas… mais encore faut-il s’en rappeler pour les bonnes raisons !

La première étape consiste à poser des règles :

  • Interdiction de laisser un membre de la famille effectuer toute l’intendance de la maison. C’est le moment de ressortir le calendrier des tâches. Il n’a sans doute pas été beaucoup suivi par le passé, mais les circonstances ont changé. Même les plus jeunes peuvent comprendre qu’une aide adaptée à leurs capacités peut faire un grand effet pour une vie de famille épanouie.
  • Les horaires doivent être respectés. Il s’agit d’un confinement, pas de vacances ! Les élèves ont reçu un lien vers leur espace numérique de travail et devront poursuivre le programme scolaire. Hors de question de se lever tard et de regarder la télé en pyjama. Pour vous, cela signifiera probablement un investissement de temps et d’énergie, selon la capacité de votre enfant à s’autodiscipliner… ou pas.

La seconde étape consiste à abandonner toutes les règles non essentielles. Pendant cette période, une fois que votre enfant a suivi son programme scolaire, laissez-le décider des activités qu’il souhaite faire. Bien entendu, vous n’allez pas l’autoriser à regarder la télévision ou jouer à la PlayStation pendant 5 heures de suite. Vous pouvez toutefois assouplir vos règles habituelles. À circonstances exceptionnelles, mesures exceptionnelles…

Pour les plus jeunes, il existe une offre importante de jeux éducatifs à effectuer seul. Je vous conseille vivement les jeux Smartgames (Les trois petits cochons, Camelot Jr…) ou la formidable fabrique à histoires Lunii. Des feuilles blanches et quelques crayons peuvent également les occuper un petit moment.

Enfin, n’essayez pas de tout faire en même temps. En distinguant clairement le temps consacré à vos enfants et celui dédié à la rédaction web, vous devriez être en mesure de donner une attention de qualité à vos chérubins et d’être efficace dans vos missions. En revanche, travailler en surveillant les enfants risque d’occasionner du stress négatif pour toute la famille. Voici quelques astuces pour vous organiser au mieux :

Chaque minute de travail compte

En journée

  • Avec de (très) jeunes enfants : lors des siestes et des rares moments durant lesquels ils s’occupent seuls.
  • Avec des enfants à l’école primaire : s’ils sont autonomes pour suivre leurs cours en ligne, vous pouvez vous installer à côté d’eux lorsqu’ils étudient. Vous pourrez travailler et intervenir en cas de besoin. De plus, vous devez mettre à profit tous les moments de jeu libre, durant lesquels ils s’occupent seuls.
  • Avec des enfants au collège ou au lycée : plus le temps passe, moins les ados recherchent votre compagnie. Cela ne veut pas dire que vous pourrez travailler toute la journée. Le problème sera inversé : vous devrez vous arrêter régulièrement pour vérifier les activités de votre enfant. Il est possible que vos pauses se transforment en batailles pour le faire travailler ou lui faire lâcher son smartphone.

En soirée

Quel que soit l’âge de votre enfant, une grande partie de vos tâches les plus urgentes devra être effectuée le soir si vous travaillez généralement à temps plein. Ce sera pénible et difficile. Vous serez fatigué et vous aurez envie d’abandonner. Mais ce n’est que pour un ou deux mois.

Pour l’avoir fait longtemps, je peux vous assurer que c’est de plus en plus facile. Votre résistance à la fatigue est de plus en plus forte, et votre efficacité augmente. N’oubliez pas que si vous êtes dans cette situation, c’est parce que votre activité de rédacteur freelance se passe bien. Renoncer maintenant, pour une période exceptionnelle, c’est courir le risque de devoir tout recommencer à zéro. Plus que jamais, vous devez visualiser vos objectifs et garder le cap.

Si vous n’en pouvez plus, car vous avez trop de commandes, n’hésitez pas à demander de l’aide à vos contacts. Certains rédacteurs, plus impactés par la crise, seront ravis de vous aider temporairement.

Ce sont quelques pistes de réflexion. Chaque personne a une organisation différente. Et vous, qu’allez-vous faire pendant cette étrange période ?

Pour terminer, je vous conseille vivement la lecture de cet article frais et accessible sur le Coronavirus. C’est à ce jour la lecture la plus intéressante et objective qu’il m’ait été donné de lire sur la toile : COVID 19 réel danger ?

Anne Beckers & Lucie Rondelet

Gig Economy : vivez la Liberté, refusez la Précarité

Gig Economy : vivez la Liberté, refusez la Précarité

Vous êtes rédacteur, copywriter, web designer, développeur… et vous exercez en freelance ? Vous participez, peut-être sans le savoir, à la gig economy. Aussi appelée travail à la tâche, économie des petits boulots ou encore uberisation de l’emploi, cette nouvelle organisation du travail est précaire. Pourtant, vous êtes nombreux à rêver d’indépendance et de flexibilité. Les slasheurs, auto-entrepreneurs et autres gig workers seraient-ils stupides au point de renoncer à la sécurité au profit d’une liberté vacillante ? Non, pas ceux qui ont opté pour une voie médiane : la talent economy ou économie du talent. Découvrez ce qu’est la gig economy et comment n’en garder que les avantages en valorisant vos compétences !

Gig economy : définition et contexte

Gig est un terme employé par les anglophones pour désigner une performance musicale, théâtrale… Son utilisation dans un contexte économique fait référence aux musiciens qui cherchent à se produire dans les salles de spectacle afin de toucher un cachet. Ils doivent trouver un nouveau gig chaque soir afin de vivre en attendant d’être repérés par une maison de disques.

C’est ainsi que la gig economy désigne les tâches rémunérées à la prestation, sans contrat à long terme et sans certitude de gagner de l’argent les jours suivants.

Elle trouve son prolongement dans l’économie de plateforme, lancée par Uber et reprise dans de nombreux secteurs : traductions, services à domicile, rédaction, design…

Les inconvénients de l’économie de la pige

Le manque de sécurité

En France, l’insécurité du statut d’auto-entrepreneur est progressivement compensée par la mise en place d’un véritable régime de protection sociale. À certaines conditions, un indépendant peut être couvert en cas de maladie ou d’arrêt de son activité. Malheureusement, un risque majeur subsiste : la perte temporaire ou le manque de revenus. Si vous ne trouvez pas de clients ou que vos tarifs ne suffisent pas à couvrir vos frais, vous subissez les risques de votre activité de plein fouet.

La spirale infernale de la rentabilité

Acculé par le besoin d’argent, vous pourriez être tenté de rejoindre une plateforme de mise en relation des porteurs de projets et des prestataires. Immédiatement rassuré par la perspective d’avoir des missions régulières, vous tombez dans un engrenage dont certains ont bien du mal à se sortir.

Vous devenez une marchandise présentée dans un catalogue auprès de milliers d’autres, toutes concurrentes. Vous êtes tarifé et noté. Sauf dans de rares exceptions — car elles existent et il faut saluer ces initiatives —, les tarifs sont à peine suffisants pour vous permettre de vivre. N’imaginez donc pas mettre de l’argent de côté pour faire face aux périodes creuses !

Coincé dans ce mécanisme endiablé, vous produisez inlassablement en espérant faire décoller votre chiffre d’affaires. Vous n’avez plus le temps pour développer vos compétences ou chercher des clients qui vous rémunéreront à votre juste valeur.

Bien entendu, les missions peu rémunérées sont une occasion — en or 😉 — pour s’entraîner et acquérir de l’expérience. Je vous invite d’ailleurs à découvrir l’avis de Lucie sur les plateformes de rédaction :

Le débutant doit les voir comme un tremplin et non une finalité s’il veut gagner le jeu de la gig economy : la flexibilité, sans l’insécurité. Parce que l’économie de la tâche a aussi des avantages.

Les avantages de l’économie des petits boulots

La diversification des risques

Un salarié fait dépendre sa sécurité financière du bon vouloir et de la rentabilité de l’entreprise pour laquelle il travaille. Son avenir professionnel se joue dans un secteur spécifique et au sein d’une seule société dont il ne peut influencer les décisions stratégiques.

En revanche, vos revenus de freelance dépendent de plusieurs entreprises actives dans différents secteurs. Vos risques sont donc répartis. Une divergence de vues ou la faillite d’un de vos clients ne devraient pas mettre en péril votre activité. Bien entendu, vous devez toujours veiller à ne pas dépendre majoritairement d’un seul de vos clients.

La flexibilité géographique et calendaire

Le développement de la technologie permet aux gig workers de travailler à distance. Vous n’êtes plus lié par un lieu et un horaire. Et cela comporte beaucoup d’avantages :

  • Vous organisez votre emploi du temps : vous êtes plus disponible pour votre famille et vos amis, vous pouvez pratiquer vos loisirs… En plus, vous travaillez aux heures pendant lesquelles vous êtes le plus productif.
  • Vous trouvez du sens dans votre travail : vous n’êtes pas rémunéré pour votre seule présence — ce qui mène beaucoup de salariés au boreout —, mais pour la tâche que vous accomplissez.
  • Votre rétribution est directement liée à la qualité de vos prestations : au plus vous êtes performant et compétent, au plus vos tarifs seront élevés.
  • Votre zone de prospection est mondiale : vous ne devez pas vous limiter à un secteur géographique spécifique pour trouver des clients.

La spécialisation

C’est ici que votre avenir de freelance se joue : rejoindrez-vous la masse des indépendants précarisés, ou construirez-vous une véritable expertise pour atteindre les rives luxuriantes du monde des talents workers ?

Parce que le freelancing, c’est aussi l’occasion de devenir une main-d’oeuvre hautement qualifiée, recherchée par les entreprises et rémunérée en conséquence. L’expérience et la spécialisation, par exemple en référencement naturel, sont votre sésame pour passer du statut de marchandise à celui d’artisan. Un client n’achète pas votre temps, mais votre talent.

Être rentable et libre à l’ère de la gig economy

Vous rêvez d’un agenda rempli de commandes bien rémunérées ? Formez-vous !

La façon de vous former dépend de votre secteur d’activité. La plupart des professions qui se sont développées grâce au Web (rédacteur, web designer, webmaster…) peuvent être apprises sur le tas ou grâce à des formations en ligne. En effet, ces activités 2.0 se passent d’un diplôme traditionnel. Il ne faut toutefois pas négliger les preuves de votre expertise : rares sont les clients qui vous croiront sur parole ! Un certificat de fin de formation ainsi qu’une démonstration de vos compétences seront vos alliés pour développer votre rentabilité le plus rapidement possible.

Une fois formé, ne perdez pas votre temps à effectuer des missions qui ne nécessitent que peu de capacités ou dont le résultat n’a aucune valeur ajoutée. Ne refusez pas une offre qui vous semble compliquée et cherchez des clients qui attendent un véritable travail de pro… même si ça vous fait peur !

Et si vous êtes un rédacteur web freelance ou que ce métier vous intéresse, j’ai une bonne nouvelle pour vous : la formation de Lucie a fait ses preuves pour plusieurs centaines d’élèves qui sont devenus rédacteurs SEO. Pourquoi pas vous ?

Anne Beckers — Correctrice et coach dans l’équipe de Lucie Rondelet et ancienne élève Origami 2

Sources :

Banque nationale du Canada

Assurance chômage pour les travailleurs indépendants

Mavenlink : The white collar gig economy

Équipe de Lucie Rondelet – L’instant transparence indispensable

Équipe de Lucie Rondelet – L’instant transparence indispensable

Je me lance aujourd’hui dans un article totalement improvisé afin de présenter mon équipe. Eh oui, hier sur le groupe Facebook de mes élèves en rédaction web, je me suis rendue compte que de nombreux membres avaient complètement perdu le fil… et pour cause, tout est allé très (très) vite. Pour la faire courte, j’ai été totalement dépassée par les événements. Je me suis donc entourée de personnes précieuses, qualifiées et extra-ordinaires (oui oui) pour accompagner mes chers et tendres élèves.
Je ne reviens pas sur l’histoire d’Origami, de Liberté and co’, si vous voulez en savoir plus, il y a de quoi faire sur mon blog, ma chaîne YouTube, etc. Je mets simplement deux liens en fin d’article pour les curieux qui souhaitent comprendre mon évolution sur le web.

Équipe de la formation en rédaction web de Lucie Rondelet

Je n’ai pas pour habitude de parler de moi à la 3e personne, mais c’est nécessaire ici pour le référencement naturel. Vous m’en voudrez pas ? 😜)

Delphine Lucas – Correctrice

Allez, on met les noms de famille, autrement, on s’y perd !
Delphine est une ancienne élève Liberté que j’ai recrutée assez spontanément, car j’ai eu la chance de la rencontrer en Nouvelle-Calédonie. Elle est certifiée Projet Voltaire et forme des adultes au français depuis de nombreuses années (diplômée de FLE). Après lui avoir demandé de corriger quelques élèves pour vérifier ses compétences, je l’ai engagée afin de suivre les élèves Origami et Pack Accompagnement (pack qui vient compléter la formule Liberté, pour celles et ceux qui souhaitent bénéficier de corrections sans passer par Origami).

Les missions de Delphine :
– suivi, corrections et évaluations des élèves Origami et Liberté avec pack accompagnement ;
– retour en vidéo (partage d’écran) des exercices du cours 10 de la formation ;
– gestion d’une boîte de messagerie dédiée aux questions des élèves ;
– séances de coaching individuel en orthographe, style et syntaxe ;
– bilans réguliers avec le reste de l’équipe.

Anne Beckers – Correctrice

Anne est une ancienne élève Origami 2, elle s’est démarquée par son style, ses compétences, son engagement et sa passion pour le SEO. J’ai eu la chance de recevoir un “oui” lorsque je lui ai proposé d’intégrer l’équipe. Anne est une ancienne juriste, elle a donc un très bel esprit de synthèse, une plume extraordinaire et des compétences plus qu’intéressantes en SEO.

Les missions d’Anne :
– suivi, corrections et évaluations des élèves Origami et Liberté avec pack accompagnement ;
– retour en vidéo (partage d’écran) des exercices du cours 10 de la formation ;
– gestion d’une boîte de messagerie dédiée aux questions des élèves ;
– séances de coaching individuel en SEO, style et copywriting ;
– rédaction d’articles sur mon blog (principalement sur le SEO et le style) ;
– bilans réguliers avec le reste de l’équipe.

Marie Di Maggio – Mon bras droit (ou mes deux bras… je ne sais plus !)

Marie fut le premier membre de mon équipe. Elle m’a rejoint 2 mois à peine après le lancement d’Origami 1 et était elle-même élève de cette formation ! Elle m’a aidée pour le montage des vidéos de cours et a très vite pris la main sur de nombreuses autres tâches. En gros, tout ce qui est ch***nt, c’est pour Marie (merci Marie…). Vous connaissez Hassan Cehef ? C’est elle :

Bref, je la “kiffe” tellement, qu’elle est devenue mon associée sur Celles qui Osent et nous avons construit Caféine ensemble.

Mais re-bref, ce qui vous intéresse en fait, c’est ce qu’elle fait pour aider les élèves, alors je vous épargne la longue liste de toutes ses tâches administratives.

Les missions de Marie (avec les élèves) :
– relire et corriger leurs textes avant qu’ils ne soient publiés sur LaRedacDuWeb (elle fait un retour en vidéo / partage d’écran à chaque élève) ;
– évaluation très détaillée de leur niveau et bilan sur un fichier en interne ;
– mise en relation avec des entrepreneurs qui cherchent des auteurs en formation (bénévoles ou à des tarifs sympatoch’) ;
– gestion de ma boîte de messagerie officielle ;
– organisation et animation des ateliers physiques avec mes élèves en France ;
– bilans plus que réguliers avec l’équipe.

Céline Michelot – Community Manager

Céline est une ancienne élève Origami 1, une multi potentiel hyper active et réactive 🙂 Elle gère aujourd’hui le groupe Facebook privé de mes élèves pour plusieurs raisons… La première, c’est que je n’ai pas le temps, la deuxième, c’est qu’il y a une grosse demande à ce niveau-là, la troisième… c’est que je n’aime pas Facebook, car ce réseau me donne toujours l’impression d’entrer dans une sorte de tunnel d’accélération du temps qui ne me sert à rien. Je sens que je vieillis, je perds des heures et n’en ressors pas forcément grandie. Au contraire, ce réseau me donne des maux de ventre et des insomnies. Mais je prends sur moi (promis !) et je me connecte tous les jours pour tenter de répondre aux élèves qui me tagguent (comment écrire ce mot ?).

Les missions de Céline :
– gestion et animation du groupe privée de mes élèves (je lui donne carte blanche à 100 % et découvre les publications chaque jour) ;
– coaching “boost” pour les élèves qui ont des coups de mou, baisses de moral ou questions administratives (Céline est plus efficace qu’un shoot de guarana !) ;
– animation des ateliers physiques en France ;
– bilans réguliers avec l’équipe (pour toute, vous l’aurez compris !).

Point info : mais qu’est-ce que donc que c’est “les ateliers physiques en France” ?
–> Ce sont des ateliers organisés par mon équipe en France métropolitaine qui permettent de jolies rencontres entre élèves. J’ai créé une feuille de route et mon équipe la suit pour animer les rendez-vous. Ces ateliers sont gratuits (pour les élèves hein, à moi, il me coûtent les yeux de la tête et des pommes de terre), ils doivent simplement régler leur repas. Pour le reste (salle de réunion, gestion et déplacement de l’équipe et tout et tout, c’est bibi qui raque – on a dit “instant transparence”, non !? 😉 ).

Charlène Roux – Chargée du suivi des élèves / Coordinatrice

Charlène est une ancienne élève Origami 2 (eh oui, on se refait pas !), elle est très organisée, toujours positive et motivée… c’est un régal de travailler avec elle ! En plus de ça, elle adore ranger, répertorier et… le contact avec les élèves (qu’elle considère comme ses “collègues de formation” (ce qui n’est pas faux).

Les missions de Charlène :
– suivi de très près des élèves (elle classe les évaluations, écrit aux élèves pour connaître et comprendre leur évolution, leurs centres d’intérêt, etc.) ;
– mise en relation avec les entreprises qui me contactent pour avoir des rédacteurs web freelance (elle gère un fichier incroyable avec le nom chaque élève, sa note, son niveau, ses disponibilités, contacts, etc.) ;
– gestion de la boîte de messagerie de mon blog (elle filtre… merci Charlène) ;
– animation des ateliers physiques en France ;
– synthèse et préparation d’un énoooooorme document de statistique qui révélera concrètement les chiffres liés à ma formation (combien d’entreprises créées, pourcentage de réussite, de satisfaction, reconversions, etc. J’ai hâte, mais elle a 814 élèves à contacter individuellement. Hum, ça fait beaucoup, on ne va pas lui mettre la pression !
– bilan team, comme d’hab.

Vous voulez voir les visages de ces super nanas ? Les textes ne sont pas à jour (tiens, un truc de plus à ajouter à la to-do), mais les photos le sont. Ce sera par ici.

Membres de l’équipe “dans l’ombre”

Dans l’ombre, nous avons :

Morgane Caroline – Montage et communication

Ancienne élève Origami 3, Morgane m’assiste sur le montage des vidéos YouTube (celles sous forme d’infographies animées) et certains scripts. C’est aussi elle qui crée mes stories Instagram (celles avec des fiches de cours gratuits, pas celles où je vous montre ma vie en Nouvelle-Calédonie !) et certains visuels assez drôles (notamment la campagne pour LaRedacDuWeb que nous avions lancée sur LinkedIn il y a quelques mois).
Morgane vient de partir vivre en France (elle était avec moi en Nouvelle-Calédonie), ce qui lui permettra de participer à certains ateliers avec le reste de l’équipe.

Doris Hoarau – Social Media Manager

Si vous me suivez sur YouTube, vous avez peut-être vu passer cette vidéo avec Doris et Morgane :

Doris est une ancienne élève Liberté et elle m’accompagne aujourd’hui sur ma page pro Facebook. Ma page porte mon nom, je ne peux donc pas publier n’importe quoi (des posts qui ne correspondent pas à mes valeurs ou mon style). La tâche est donc assez compliquée pour Doris, mais elle fait preuve d’une patience à toute épreuve.
Concrètement, Doris se pointe chez moi (lorsque ses relances WhatsApp n’ont pas porté leurs fruits 🍓) et nous planifions ensemble les publications en fonction de ce que je souhaite partager comme info’ dans le mois. Doris programme, crée les visuels, partage les statistiques, etc.  Ouf ! Merci Doris…

Roseline Planel – Coordinatrice d’équipe

Roseline N’EST PAS une ancienne élève ! Incroyable non ! 😉 Elle a suivi tout de même l’intégralité de la formation pour nous comprendre et avancer de la meilleure manière possible. Elle a mis en place des procédures pour ne pas se retrouver le bec dans l’eau si une personne de l’équipe nous lâche. Elle a aussi rédigé des contrats et partagé certains outils pour faciliter le travail d’équipe (car ce n’est pas rien !).
Aujourd’hui, tout est en place, mais j’ai toujours besoin de Roseline pour organiser nos réunions d’équipe (sur 3 fuseaux horaires différents !) et aussi comme “coach”, car je ne sais parfois plus où donner de la tête. Elle m’aide à me recentrer sur mes objectifs.

Raphaël Carpentier – Webmaster

Raphaël gère et entretien mes 3 sites web.

Les “petites nouvelles” de l’équipe FRW

Nous venons de recruter de nouvelles personnes : Charlotte Beydon et Audrey Alloux, toutes deux anciennes élèves Origami 1.

Charlotte va aider Marie pour les corrections de LaRedacDuWeb et Delphine pour les élèves Origami et les packs accompagnement (Delphine va s’absenter prochainement !). Elle est aussi spécialisée dans la création d’entreprise : un vrai plus pour les élèves.

Audrey est une correctrice “vacataire”, elle travaille sur les mêmes missions que Delphine et Anne (Origami et packs accompagnement) et nous donne un gros coup de pouce dans les corrections. Elle propose également des coaching en audit SEO, utilisation de Search Console et Google Analytics.

Comme vous pouvez le voir, j’ai sélectionné les membres de mon équipe en me basant sur :

  • leurs compétences ;
  • leurs disponibilités ;
  • leur état d’esprit ;
  • leurs valeurs ;
  • leur sociabilité ;
  • leur autonomie ;
  • leur esprit créatif.

Je suis vraiment très heureuse d’avoir construit cette équipe en si peu de temps, ce sont justement les capacités d’adaptation et l’autonomie de chacune qui m’ont permis d’avancer rapidement. MERCI encore à toutes !

Vous vous demandez ce que je fais de mes journées avec une telle équipe ? Figurez-vous que je ne me tourne pas les pouces en buvant des piña coladas sous les cocotiers (je m’ennuierais vite !).

Mes missions 🤪 :

  • gestion de mon blog (rédaction, lecture et réponses aux commentaires, relecture et validation d’articles, création de visuels, paramétrages, etc.) ;
  • gestion de mon profil LinkedIn (messages privés tous les jours…) ;
  • gestion de mon compte Instagram ;
  • gestion de mon WhatsApp (je donne souvent mon numéro aux élèves et on échange par messages vocaux, principalement lorsqu’ils ont leur premier client ou besoin de conseils supplémentaires en SEO) ;
  • Facebook 🤢 ;
  • gestion de mes e-mails… même filtrés, j’en reçois des dizaines par jour. Je pense sincèrement que cela pourrait me faire un temps plein. Alors je suis juste “graaaaave” à la bourre dans mes réponses (toi qui me lis, tu en as déjà peut-être déjà fait l’expérience) ;
  • calls avec des entreprises pour expliquer mon business model et leur fournir des rédacteurs (et là, je maudis une nouvelle fois le décalage horaire qui m’oblige à faire ça le soir, une fois mes filles couchées) ;
  • points et échanges avec moi équipe, suivi du travail de chacune… (help !) ;
  • comptabilité (help bis ! 🤮) ;
  • supervision des ateliers physiques en France ;
  • réponses aux commentaires YouTube ;
  • enregistrement de mes vidéos YouTube et montage (à ce jour, c’est moi qui m’en occupe) + rédaction des descriptifs et recherche de mots clé ;
  • rédaction des attestations de fin de formation ;
  • coaching de blogueurs ;
  • accompagnement d’entrepreneurs ;
  • corrections des exercices des cours 17 et 18 de ma formation pour les élèves Origami et Pack Accompagnement ;
  • corrections des exercices du cours 10 en vidéo (je délègue de plus en plus cette partie qui est très chronophage à cause de ma mauvaise connexion internet) ;
  • coachings communs (à des heures pas possibles) ;
  • coachings individuels (à des heures pas possibles bis !) ;
  • mise à jour des cours (veille SEO, ré-enregistrer ma voix, modifier les cours et les mp3, etc. etc.) ;
  • enregistrement de cours bonus pour la formation ;
  • organisation d’un gros évènement qui aura lieu à Paris le 23 octobre prochain (notez tout de suite dans votre agenda ! :-p) ;
  • organisation de mes déplacements pro (congrès des infopreneurs en Croatie, Web2Connect à Paris, interviews à droite et à gauche) ;
  • interviews et montage pour la nouvelle version du podcast de Celles qui Osent ;
  • analyses de mes résultats en terme de trafic, fidélité et satisfaction ;
  • création d’une nouvelle formation B2B (vous en saurez plus prochainement) et d’une autre pour compléter la mienne (on en reparle dans 2 mois) ;
  • points hebdo avec Marie ;
  • mise en place et développement de la version finale de LaRedacDuWeb.fr (une machine de guerre qui demande beaucoup d’énergie et de temps)
  • et tout, et tout.

Et sinon, des volontaires pour “devenir blogueur professionnel afin de se la couler douce” ?  😂 Non, mais ça, c’est mon côté “locus externe“, car en fait, c’est juste une question d’organisation (si si, j’en suis sûre !)

Bonne rédac’

Lucie Rondelet

Comme promis en intro, les articles dans lesquels j’explique l’évolution de mes entreprises :

Coulisses d’un blog qui marche : confidences d’un blogueuse pro
Vie on vie off : retour sur une année de blogging

Moteurs de Recherche Éthiques : mirage ou miracle ?

Moteurs de Recherche Éthiques : mirage ou miracle ?

Internet vous offre le monde à portée de clic. Sous ses aspects éthérés, la digitalisation de la société a pourtant des effets bien tangibles. Une recherche, ce sont quelques mots tapés sur un clavier, quelques clics, mais aussi un morceau de charbon brûlé ou de l’uranium exploité. Moins sexy que votre Mac aux formes épurées, n’est-ce pas ? Heureusement, vous êtes de plus en plus attentif aux conséquences de vos actions. Vous cherchez des solutions alternatives, notamment pour réduire la pollution atmosphérique. Certaines organisations l’ont bien compris et vous proposent des moteurs de recherche éthiques. Surfant sur la mouvance de la responsabilité citoyenne, des acteurs tels que Lilo, Ecosia ou Ecogine vous offrent un petit exploit : surfer sur le Net en soutenant des projets écologiques et humanitaires. Ces moteurs de recherche éco-responsables soulagent votre conscience, mais sont-ils vraiment efficaces ? C’est la question à laquelle cet article va tenter de répondre ! (suite…)

Rédacteurs : quelles sont les tendances SEO en 2020 ?

Rédacteurs : quelles sont les tendances SEO en 2020 ?

L’objectif de Google a toujours été de fournir aux internautes la réponse la plus qualitative et la plus pertinente possible. Chaque année, l’importance du contenu augmente. Les tendances SEO pour 2020 découlent naturellement de ce constat : maîtrise du langage naturel, augmentation des requêtes conversationnelles… Si le géant technologique continue sur cette lancée, cette décennie sera marquée par sa transformation complète en moteur de réponse. Pourtant, cela n’empêche pas de nouveaux acteurs de revendiquer leur part du gâteau. Découvrez dans cet article quelles sont les tendances en référencement naturel qui impacteront votre activité de rédacteur en 2020 !

L’obsolescence des stratégies basées sur les mots clés est la tendance majeure pour le SEO en 2020

Colibri, RankBrain, BERT… Ces mises à jour des algorithmes de Google ont graduellement mené l’indexation des pages web vers un niveau supérieur : celui du langage naturel, c’est-à-dire l’expression écrite ou orale réellement utilisée par les humains. Pourquoi cette évolution a-t-elle sa place dans les changements prévus pour 2020 ? Parce que la mise à jour BERT, déployée en France début décembre 2019, en est une consécration : entraînée à comprendre le langage humain, la machine appréhende les contenus dans leur globalité et saisit l’intention de recherche de l’internaute.

💡 En 2020, un robot comprend votre texte et les requêtes des internautes de la même façon (ou presque) qu’un être humain.

Pourquoi cette évolution du SEO est-elle particulièrement importante pour vous, rédacteurs ? Car elle rend les stratégies fondées exclusivement sur le placement de mots clés caduques. Ne vous cassez plus la tête à essayer d’insérer votre requête clé dans un texte selon un ratio savamment étudié : so 2010 ! À la place, rédigez de façon naturelle. L’équation est simple : si vous créez un contenu exhaustif et sourcé, votre texte s’agrémentera automatiquement du champ sémantique nécessaire à son bon positionnement. En revanche, un abus de mots clés ne sauvera pas un texte sans valeur.

🎞️ Vous souhaitez découvrir BERT en détail ? Lucie a pensé à vous :

Les requêtes conversationnelles ont le vent en poupe

Poussées par la multiplication des assistants personnels virtuels (comprenez : les appareils permettant d’effectuer des recherches vocales), les requêtes conversationnelles gagnent du terrain cette année.

🛎️ Bonne nouvelle : elles subissent une concurrence faible… jusqu’à présent. Alors, foncez ! Comment ? En utilisant des requêtes de longue traîne, mais pas n’importe lesquelles. Mettez-vous à la place de l’utilisateur pour déterminer les demandes faites à Siri, Alexa… Autre bénéfice : la longue traîne est LE moyen pour atteindre le Graal du rédacteur : la position 0 ! C’est d’ailleurs le contenu du précieux encadré qui est lu par les assistants vocaux.

Quelques exemples de résultats des élèves de Lucie :

position 0

Google poursuit sa transformation en moteur de réponse

Qui dit position 0, dit réponse fournie directement à l’internaute par Google. Le géant de la technologie ne cache d’ailleurs pas cet objectif ambitieux : devenir un moteur de réponse. En schématisant grossièrement, la première étape vers ce but a été l’introduction des featured snippets et du knowledge graph. La seconde est le déploiement de BERT. Si je devais faire des pronostics pour les années futures, je dirais que ce ne sont sans doute pas les dernières modifications prévues.

Naïvement, vous visez cette fameuse position 0. Je le fais aussi. Quelle fierté lorsque vous voyez l’extrait d’un de vos textes s’afficher dans l’encadré !

💣 Pourtant, l’orientation prise par Google pourrait avoir des effets délétères pour le référencement naturel. Si la réponse est fournie directement à l’internaute par le moteur de recherche, le trafic des sites diminuera, indépendamment de leur position dans le SERP. Ce phénomène épargnera probablement les requêtes commerciales, mais il nuira au trafic issu des mots clés informationnels et navigationnels. Pour l’instant, il est impossible de prédire comment cette problématique sera traitée par l’entreprise américaine.

Les moteurs de recherche spécialisés sont privilégiés par l’utilisateur

Incroyable, mais vrai : Google n’est pas le seul moteur de recherche intéressant. En fonction de vos sujets de prédilection, vous devez également vous renseigner sur les stratégies d’optimisation pour Pinterest, Amazon, Booking, Tripadvisor…

Comparées au mastodonte de la recherche en ligne, ces plateformes semblent marginales. Pourtant, les internautes se tournent de plus en plus vers elles pour leurs requêtes spécialisées. C’est ainsi qu’en 2018, Amazon est devenu le moteur le plus utilisé pour la recherche de biens de consommation. Dans une plus faible mesure, Pinterest a connu une progression importante au cours de l’année 2019 : 28 % d’utilisateurs en plus. Ils sont aujourd’hui 322 millions à utiliser ce réseau. C’est suffisant pour leur consacrer une petite partie de votre attention en 2020 !

D’autres tendances SEO se dégagent pour le reste de la décennie, mais elles auront un impact plus faible sur votre activité de rédacteur. Il s’agit notamment de la recherche par image qui s’installe progressivement dans les habitudes des internautes. De plus, les sites qui ne seraient pas encore passés au responsive design doivent le faire prochainement : depuis le lancement de l’Index Mobile First en 2018, c’est la version mobile des pages qui est indexée pour la majorité des sites. Bref, de nombreuses évolutions sont attendues pour cette année, mais aucune révolution !

Et vous, quels sont vos pronostics pour l’avenir du SEO ?

Pour suivre toutes les actualités du référencement éditorial, abonnez-vous à la chaîne YouTube de Lucie !

Anne – Correctrice et coach dans l’équipe de Lucie Rondelet et ancienne élève Origami 2

 

error: Content is protected !!