C’est Quoi l’Inbound Marketing ? Une stratégie gagnante en 4 étapes

C’est Quoi l’Inbound Marketing ? Une stratégie gagnante en 4 étapes

Pas un jour ne se passe sans que vous aperceviez au détour d’une newsletter ou d’un article, le terme Inbound Marketing. Mais, qu’est-ce que l’inbound marketing ? Pourquoi tout le monde en parle et surtout, en quoi il s’oppose à l’outbound marketing ? Je vous explique le concept de manière simple et vous donne les clés pour appliquer cette stratégie performante et durable. En route pour découvrir la méthodologie de l’inbound marketing !

Note : cet article a été commandé à Jennifer P., rédactrice web SEO freelance formée par Lucie Rondelet

C’est quoi l’Inbound marketing ?

Définition d’inbound marketing

L’inbound marketing est une technique puissante et efficace, qui séduit de nombreux acteurs développant un business sur le Web. Sa force ? Plutôt que d’imposer un produit ou service à un client, comme le fait le marketing traditionnel, il attire naturellement et spontanément le client vers soi. Comment ? En soumettant des informations, services, contenus personnalisés, recherchés par une cible sur un domaine donné.

Développer une stratégie d’inbound marketing c’est :

  • capter les intentions du consommateur ;
  • savoir se positionner en amont et en aval du parcours d’achat ;
  • adresser la bonne offre au bon moment ;
  • actionner les outils pour enclencher un engagement.

Pourquoi utiliser l’inbound marketing ?

L’arrivée du numérique a profondément modifié les usages des consommateurs. Face à ces nouvelles pratiques, les entreprises doivent s’adapter et trouver des méthodes performantes, afin de capter une clientèle qualifiée. Fini la prospection téléphonique des années 90 avec la vente de Tupperwares ; le mode intrusif ne séduit plus. Le consommateur 2.0 cherche à être conseillé, informé et accompagné dans l’intégralité de son parcours sur le Web.

4 étapes pour une bonne stratégie d’Inbound Marketing

1 – Attirer

Pour éveiller un intérêt et acquérir du trafic, 4 actions simultanées sont nécessaires :

  • Création de contenus

Il s’agit de mettre en place une stratégie de contenus dédiée à votre audience cible, appelée Buyer Persona. Un contenu à haute valeur ajoutée a pour objectif de répondre aux centres d’intérêt de votre audience, il parle et touche votre lectorat. De plus, il vient souligner votre expertise et sert à vous présenter comme une référence dans un domaine donné.

  • Un blogging expert

L’outil d’attraction par excellence ! Le blogging est le terrain de jeu idéal pour travailler le référencement naturel, tisser un lien avec son audience et renforcer sa notoriété. Un blog d’expert répond à des problématiques précises, apporte des ressources pertinentes et aide le visiteur à avancer dans ses réflexions ou projets.
Il se révèle donc un puissant levier d’acquisition de trafic qualifié.

Bon à savoir : une cible séduite par votre blog assure un rendez-vous régulier avec votre lectorat.

  • Réseaux sociaux

La grande richesse des réseaux sociaux, c’est qu’ils sont un point de convergence de milliers d’individus. Sachant qu’un Français sur 2 est actif sur facebook, il y a donc de fortes chances que votre audience cible y soit présente. Ces médias restent des supports essentiels pour construire votre notoriété et promouvoir vos contenus. L’objectif est de susciter de l’engagement par le biais de vos posts.

  • SEO et Inbound

Selon Olivier Andrieu :

“Google est un obsédé textuel et pour être visible dans ses résultats, une page doit avoir du text appel”

De récentes études publiées par StatCounter révèlent que Google représente 93 % des parts de marché des moteurs de recherche en France. Tout le monde cherche donc à figurer dans le peloton de tête. Pour atteindre cet objectif, il faut travailler le référencement naturel sans relâche, trouver les requêtes clés qui sont les plus recherchées par les internautes et réussir à se positionner dessus.

Mais, travailler le référencement naturel ne se limite pas qu’à des mots clés, cela comprend aussi l’optimisation de visuels, l’intégration de liens internes et externes, le développement du champ sémantique…

Dans toute action sur le Web, il faut toujours garder à l’esprit l’expérience utilisateur (UX) : est-ce que je réponds aux attentes de l’internaute, est-ce que la lecture de l’article est soignée, lisible, pertinente ?

2 – Convertir

La conversion consiste à capter l’intérêt d’un prospect afin de le mener au bout de votre tunnel de conversion. L’entonnoir de conversion est rendu possible en alimentant régulièrement votre site / blog d’informations, mais également en poussant le lectorat à s’engager. Grâce à cette conversion, vous accédez à une meilleure connaissance des besoins de votre audience : critère essentiel pour affiner et personnaliser vos futurs messages.

3 outils en or pour convertir !

  • Call-To-Action

Le CTA se caractérise par un bouton ou message incitant le visiteur à passer à l’action.

Par exemple : “clique ici pour recevoir ton cadeau”.

  • Landing page

C’est la page sur laquelle est redirigée le visiteur lorsqu’il clique sur un CTA. Elle présente l’offre que le visiteur est venu chercher, souvent il s’agit d’un Ebook. Cette page doit contenir un formulaire pour construire une relation gagnant-gagnant. Vous proposez une offre en échange de coordonnées.

  • Marketing automation

Qui n’a jamais connu dans son métier, des tâches chronophages et redondantes ? Le marketing automation est très complémentaire d’une stratégie d’inbound marketing. Il est caractérisé par un emailing automatique et ciblé. Un dispositif ingénieux qui détermine le type de message à délivrer, au bon moment, totalement calibré pour répondre aux actions effectuées par le visiteur sur le site.

3 – Vendre

La vente en inbound marketing se caractérise par une mise en relief de votre offre, elle doit prioritairement démontrer les avantages et les bénéfices. Une offre pertinente doit s’appuyer sur les signaux détectés lors de l’analyse de votre site : article le plus lu, contenus téléchargés, etc.

4 – Fidéliser

La dernière étape de votre stratégie inbound repose sur la fidélisation. La vente d’un produit n’est pas une fin en soi, il faut pérenniser ce lien avec votre audience. Si cette fidélisation est atteinte, vous construisez une relation de confiance. Vous créez ainsi un cercle vertueux, vos clients deviennent les promoteurs de votre offre et vous aident à recruter de nouveaux contacts. Astucieux non ?

L’inbound marketing est assez récent en France, on comprend mieux la raison pour laquelle il connaît un tel engouement. Face à la digitalisation des entreprises, les relations commerciales se transforment, l’inbound marketing apparaît aujourd’hui comme une stratégie plus que pertinente pour réussir sur le Web.

Et vous, êtes-vous convaincu ? Quelle expérience retirez-vous de l’inbound marketing ?

Jennifer Poirson / Rédactrice Web SEO (ancienne élève Origami 1)

Vivre de sa Passion : C’est possible ! | Mode d’Emploi

Vivre de sa Passion : C’est possible ! | Mode d’Emploi

« Choisis un travail que tu aimes et tu n’auras pas à travailler un seul jour de ta vie » Confucius avait déjà compris combien vivre de sa passion est une aspiration profonde de l’être humain ! Aujourd’hui, la reconversion est souvent envisagée face à une vie professionnelle décevante pour partir en quête du métier de ses rêves. Mais faire de sa passion un métier n’est jamais chose facile ! Entre craintes légitimes et manque d’informations, il n’est pas rare que l’on renonce avant même de s’imaginer sauter le pas… pourtant, trouver un travail passionnant est à la portée de tous, et à tout âge ! Comme pour beaucoup d’autres choses, il suffit de procéder par étape de ne pas hésiter à se faire aider.

Bien cerner ce que l’on aime faire dans la vie

Pour vivre de sa passion, encore faut-il avoir une passion ! La première étape pour parvenir à trouver le métier de ses rêves est d’apprendre à se connaître. Et ce n’est pas si simple !

Se connaître

Vous n’avez pas de passion ? Rien qui occupe tout votre temps libre et qui orne les murs de votre chambre ? Rassurez-vous ! Vous faites partie de la majorité. Mais si votre vie ne gravite pas autour d’un seul et unique centre d’intérêt, vous conviendrez tout de même qu’il y a certaines choses qui vous plaisent plus que d’autres. S’agit-il d’art ? De sport ? D’une discipline comme l’histoire ou les maths ? D’un loisir comme le voyage ou comme la gastronomie ? Vous collectionnez les bouchons de champagne ? Vous vous intéressez à la mécanique des voitures anciennes ou à la confection de paniers en osier ? On a tous une ou plusieurs petites choses auxquelles nous aimons ou aimerions consacrer du temps.

Concentrez-vous un peu sur le type d’articles, de reportages ou de films qui attirent votre attention et sur les discussions entre amis pour lesquelles vous vous enflammez. Quels sont les thèmes sur lesquels vous vous y connaissez sans avoir spécialement étudié le sujet ? Vous recentrer sur vous-même vous permettra de déterminer ce que vous aimez dans la vie. À défaut de vivre de sa passion véritable, il est déjà très plaisant de travailler dans un domaine qui nous intéresse beaucoup.

Se faire confiance

Vous devez bien avoir conscience que la reconversion professionnelle, c’est pour tout le monde, et à tout âge. Oui, même pour vous ! Aujourd’hui, on est loin du monde du travail où l’on entrait dans une entreprise à peine majeur pour la quitter à la retraite. D’après une étude menée par l’AFPA en 2014, 74% des salariés ont déjà envisagé de changer de vie et 60 % des actifs ont déjà changé d’orientation professionnelle. Ils sont même 30 % à l’avoir fait plusieurs fois !

Ce qui nous retient de sauter le pas est souvent lié à la crainte d’échouer à cause du manque d’aide ou d’information, à la complexité des démarches et aux problèmes de financement. N’hésitez pas à vous renseigner : il existe de nombreuses structures et organismes destinés à aider tout un chacun à vivre de sa passion. Sur internet, vous trouverez même des coachs spécialisés pour vous accompagner de façon individuelle !

Se renseigner pour vivre de sa passion

Une fois que l’on a trouvé ce que l’on aime faire, la deuxième étape pour dénicher le métier parfait est de cerner sous quelle forme on aimerait le faire au quotidien. Et ce n’est pas ce qui manque !

Des métiers pour tous

Un domaine ne se résume jamais à une seule et unique activité : il existe un grand nombre de métiers dont on ne soupçonne pas toujours l’existence. Par exemple, vivre de sa passion lorsqu’on aime cuisiner, ça n’est pas forcément devenir cuisinier dans un restaurant ! Vous pouvez également travailler chez un traiteur ou dans une cantine scolaire. Ou bien vous pouvez proposer des cours de cuisine, aménager votre camion restaurant, écrire un livre de recettes, ouvrir votre blog gastronomique, créer votre petite entreprise de pâtisseries artisanales…

Lorsque l’on prend le temps de se renseigner, c’est tout un pan de l’économie qui s’ouvre sous nos yeux. Salarié ou à son compte, à domicile ou en bureau, seul ou associé, en franchise, en itinérance ou en saison, il est important de prendre conscience de la diversité des formes que peut prendre un métier passion.

Salariat ou entreprenariat

Là aussi, la question se pose. Êtes-vous prêt à vous lancer à votre compte ou préférez-vous rester salarié ? Des fois, pouvoir vivre de sa passion se trouve à seulement quelques portes de nous, au sein de notre propre entreprise ! Il suffit d’oser s’interroger sur ses perspectives d’évolution et, pourquoi pas, créer son propre job en interne en présentant une proposition de projet à sa hiérarchie.

Le salariat dans un nouveau domaine peut constituer une première étape pour se perfectionner dans un métier avant de se lancer à son compte. Par exemple, après des cours du soir ou une formation sur son temps de vacances, une masseuse fraîchement qualifiée trouvera une place dans un institut, qu’elle choisira de quitter un jour pour devenir masseuse à domicile.

Pour les plus ambitieux ou pour les plus indépendants, il est toujours possible de créer son entreprise en tant que freelance ou en lançant son propre business. Pour peu que l’on sache les trouver, il existe de nombreuses possibilités d’aides et d’accompagnements pour les personnes souhaitant créer leur activité. Encore une fois, il suffit d’oser !

Faire de sa passion un métier du web

Vivre de sa passion tout en travaillant de chez soi, ça vous tente ? Si vous n’avez pas la chance de décrocher un poste salarié de travail à domicile, il vous reste toujours l’option des métiers du web. Et ils pourraient bien vous surprendre !

Blogueur

Avec un peu de jugeote et de détermination, vous pouvez réussir à vivre de ce que vous aimez depuis chez vous, simplement grâce à un ordinateur et une connexion internet. En ouvrant un blog sur votre sujet de prédilection, il est possible de dégager un revenu suffisant pour vivre et même bien vivre !

Aujourd’hui, les principales sources de revenus des blogueurs sont la vente de produits  numériques, de services, ou la collaboration avec des marques. Par exemple, une blogueuse spécialisée dans le maquillage pourra à la fois :

  • Vendre une formation en ligne intitulée « Élaborer sa routine make-up sur mesure »
  • Toucher un pourcentage sur les ventes d’un mascara qu’elle recommande grâce à l’affiliation
  • Se faire payer pour rédiger un article sur une marque de cosmétiques avec le placement produit
  • Héberger de la publicité payante pour un fond de teint

Cette formule est valable pour de nombreux autres domaines, de la mécanique automobile aux idées d’escapades en amoureux en passant par la peinture sur soie ! Si devenir blogueur vous intéresse, n’hésitez à lire cet article au sujet d’une excellente formation blogging. Et si vous n’êtes pas particulièrement tenté par la rédaction, vous pouvez toujours faire appel à un freelance pour rédiger vos articles. Parce que, si c’est l’écriture votre truc…

Rédacteur web

Découvrez sans plus tarder le métier de rédacteur web ! Ce travail plutôt méconnu vous permet de vivre de votre plume, à domicile et à votre rythme. Vous avez même la possibilité de vous spécialiser sur des sujets qui vous enthousiasment tout particulièrement : mode, psychologie, greenlife, éducation, jardinage, développement personnel, gastronomie… C’est un cercle vertueux : plus vous écrivez sur une thématique, plus vous la maîtrisez, plus vous intéressez de potentiels clients dans ce domaine et plus vous gagnez en renommée.

Ce qu’il vous faut retenir, c’est que vivre de sa passion, c’est possible si l’on a la patience de s’y prendre par étapes. D’abord bien définir ce que l’on aime, puis se renseigner sur les façons dont on peut vivre de ce que l’on aime. Il existe un large éventail de métiers passion dont nous ne soupçonnons même pas l’existence de premier abord, notamment sur le web !

Ninon Guilbot, ancienne élève de la formation Origami

Comment vivre de sa passion
Recherche Rédacteur Web Freelance l La Rédac du Web

Recherche Rédacteur Web Freelance l La Rédac du Web

Vous êtes à la recherche d’un rédacteur web freelance ? Bonne nouvelle, sur LaRédacDuWeb, vous trouverez 100 % de rédacteurs web qualifiés et vous n’aurez aucun frais de commission. Oui, oui, vous avez bien lu ! Que vous soyez blogueur, propriétaire d’un site de e-commerce, ou même chef d’entreprise, je vous explique tout de suite comment fonctionne la plateforme. Qui a dit que trouver un rédacteur web de compét’ était difficile ?

“C’est quoi La Rédac du Web ?”

La Rédac du Web, ou LRW, est une plateforme de mise en relation directe entre des rédacteurs web SEO et des clients. Elle est entièrement gérée par Lucie Rondelet et elle regroupe uniquement les élèves ayant suivi une formation en rédaction web à ses côtés. Vous pouvez ainsi faire votre choix parmi différents profils de rédacteurs, en fonction de votre besoin.

Les avantages de la plateforme sont nombreux :

  • 0 commission : contrairement aux plateformes de rédaction web traditionnelles, ou à une agence de stratégie digitale, aucune commission n’est prélevée. Vous pouvez directement contacter les rédacteurs, il n’y a aucun intermédiaire ;
  • des rédacteurs professionnels formés : trouver un rédacteur professionnel compétent n’est pas toujours évident. Sur LRW, chaque rédacteur a été formé à la rédaction web SEO et à bien d’autres techniques (intégration WordPress, maillage interne, référencement naturel, balisage HTML, etc.), une véritable garantie pour vous ;
  • des profils variés : quelle que soit la thématique, vous trouverez forcément un profil adapté à vos besoins. Finance, entreprenariat, droit, bien-être, chaque rédacteur a ses propres domaines de compétences, il ne vous reste qu’à faire votre choix pour trouver la perle rare.

“Je recherche un rédacteur web freelance polyvalent, quels types de contenus sont pris en charge ?”

Si vous êtes à la recherche d’un “rédacteur web couteau-suisse”, vous êtes au bon endroit. Passons en revue les contenus sur lesquels nos rédacteurs web SEO peuvent vous accompagner (cette liste n’est pas exhaustive).

Articles de blog

Vous êtes blogueur professionnel mais vous manquez de temps pour alimenter votre blog ? Vous êtes chef d’entreprise et vous souhaitez créer un blog pour augmenter votre trafic ? Confier vos articles de blog à un rédacteur web freelance va vous faire gagner un temps précieux. Nos rédacteurs sont en mesure de produire des contenus de qualité et optimisés pour le référencement naturel. En prime, ils peuvent intégrer leurs articles directement sur votre CMS !

Descriptions de produit

Vous êtes propriétaire d’un site de e-commerce ? Vous connaissez probablement l’importance de proposer des fiches produit détaillées à vos potentiels clients. Le hic, c’est que tout cela demande du temps, et du temps, vous n’en avez pas ! Pour rédiger des descriptions de produit de qualité, faites confiance à nos équipes.

Retranscriptions audio

Si vous possédez une chaîne YouTube, ou une chaîne de podcast, la retranscription audio est un moyen simple de produire du contenu pour alimenter votre blog. Nos rédacteurs web SEO ne se contentent pas d’une simple retranscription, ils optimisent vos articles. Leur objectif ? Vous faire gagner de précieuses places dans les moteurs de recherche.

Rédaction de e-books

Vous rêvez d’écrire un e-book mais vous ne savez pas rédiger ? L’écriture d’un livre est un exercice difficile qui demande du temps et de la pratique. Partir à la recherche d’un rédacteur web freelance est la solution pour produire du contenu rapidement. Le e-book est un outil formidable pour vous aider à gagner en visibilité et vous faire connaître ! Grâce à lui, vous pourrez réaliser vos premières ventes en ligne et / ou obtenir de nouveaux prospects en leur proposant du contenu gratuit.

Optimisation d’articles

Vous adorez écrire mais vous ne connaissez absolument rien au SEO ? Le référencement naturel est pourtant indispensable et il peut faire toute la différence pour augmenter son trafic. Confiez l’optimisation de vos articles de blog, de vos pages de vente, ou même de la description de vos catégories à un rédacteur pour donner un coup de boost à votre référencement.

“Je recherche un rédacteur web, comment le trouver ?”

Pour recruter un rédacteur web freelance sur la Rédac du Web, 2 possibilités.

Tout d’abord, vous pouvez prendre le temps de consulter directement le profil des rédacteurs référencés en cliquant sur “nos talents“. Il vous suffit ensuite de cliquer sur les différents profils pour en savoir plus sur chaque rédacteur. Vous pourrez ainsi rentrer directement en contact avec lui pour lui faire part de votre demande. Vous pouvez également filtrer votre recherche en fonction de la nature de votre projet. Simple non ?

Trouver un rédacteur web freelance

Trouver un rédacteur web freelance

Si vous avez une demande précise dont vous souhaitez nous faire part, ou si vous cherchez un ou plusieurs rédacteurs pour votre projet, vous pouvez également nous contacter en remplissant un formulaire dédié. Pour cela, il vous suffit de cliquer “Constituez votre équipe en 5 min“.  Vous pourrez ainsi nous préciser votre besoin, votre calendrier et votre budget. Nous reviendrons ensuite vers vous pour vous communiquer le contact de rédacteurs au profil adapté.

“Comment savoir si le style du rédacteur va me convenir ?”

Vous avez envie d’engager un rédacteur web mais vous ne savez pas si sa plume est adaptée à votre ligne éditoriale ? Il vous suffit de consulter le blog de la Rédac du Web ! Chaque article publié est rédigé par nos rédacteurs. Non seulement vous allez (probablement) apprendre des choses, mais en plus vous pourrez ainsi évaluer leur style. Si un profil vous tape dans l’oeil, il ne vous restera plus qu’à le contacter ! Vous pouvez également tout simplement leur demander un article test.

“Je recherche un rédacteur pas cher, quels sont vos tarifs ?”

La plateforme de rédaction La Rédac du Web met en relation les rédacteurs professionnels et les clients, mais la plateforme n’intervient pas dans le prix. Chaque freelance est libre de fixer le tarif de ses prestations en fonction de son niveau de compétence et de son expérience, il n’y a donc pas de prix fixe. Je précise néanmoins que rédiger pour le web est un véritable métier et que, comme dans n’importe quel domaine, la qualité se paye ;-). Par ailleurs, étant donné qu’aucune commission n’est appliquée, exit les intermédiaires, en passant par la plateforme vous ferez des économies.

N’hésitez pas à nous contacter pour obtenir un devis personnalisé, car chaque demande est unique. Partir à la recherche d’un rédacteur web freelance compétent est facile avec La Rédac du Web !

La plateforme est toute jeune et la liste de rédacteurs ne va faire qu’augmenter car plus de 200 élèves sont encore en formation !
LaRedacDuWeb a pour ambition de devenir LA plateforme de rédaction web n°1 en francophonie (rien que ça ;-))

Laissez-vous guider et faites-nous confiance, promis vous ne serez pas déçu. Pour finir en beauté, je vous propose de regarder le témoignage de Virginie Loÿ, qui vous parle de son expérience avec la plateforme.

Marie
Rédactrice web SEO

Trouver un rédacteur web freelance

Quel Métier quand on est Agoraphobe ? 3 Solutions

Quel Métier quand on est Agoraphobe ? 3 Solutions

« Je ne peux pas travailler car je suis agoraphobe et j’en souffre énormément. » Voici le message lu sur un forum qui m’a inspiré cet article. Malheureusement, en effectuant mes recherches sur l’agoraphobie pour pouvoir rédiger ce texte, je me suis rendu compte que ce témoignage était loin d’être un cas isolé. J’ai découvert que près de 3 % de la population, majoritairement des femmes, souffraient de cette peur pathologique de quitter son domicile. Si cet article peut aider ne serait-ce qu’une personne, à retrouver un peu de confiance en elle en exerçant un métier qui ne la rend pas malade, alors le pari sera gagné !

Être agoraphobe : les conséquences sur le travail

Commençons par découvrir ensemble ce qu’est vraiment l’agoraphobie. Contrairement à ce que l’on entend couramment, il ne s’agit pas de la peur de la foule (ochlophobie), mais de la peur de quitter son domicile pour se rendre dans :

  • des lieux inconnus ;
  • des endroits difficiles à quitter d’urgence (métro, centre d’une salle de conférence…) ;
  • des grands espaces ;
  • des lieux publics ;
  • des espaces clos (petit bureau en haut d’une tour, ascenseur, usine sans lumière naturelle…).

Ces peurs pathologiques sont parfois incomprises et moquées : le fameux « c’est dans la tête » est la pire phrase qui puisse être prononcée devant un agoraphobe. Bien sûr, que « c’est dans la tête », mais ce n’en est pas pour autant moins grave. Le stress, les angoisses et les attaques de panique empêchent la personne souffrant de cette forme aiguë d’anxiété de vivre pleinement sa vie et notamment de s’épanouir dans une profession. Aller travailler, cet acte si naturel pour beaucoup, se transforme en parcours du combattant pour celui qui souffre de phobie sociale.

Sur un forum, une femme avoue réussir à se faire violence et à se rendre à son lieu de travail en avalant 2 Xanax et ce chaque jour, au détriment de sa santé… Une autre réalise être totalement dépendante de son conjoint financièrement, ce qui la met dans une situation de précarité tout en nourrissant un sentiment d’échec dont ses angoisses se repaissent. Voyons donc les 3 solutions qui peuvent permettre de renouer avec le monde du travail en douceur…

3 métiers du web compatibles avec l’agoraphobie

Je vais exposer des métiers à exercer de chez soi. L’idée n’est pas d’être dans l’évitement et de s’enfermer dans la situation, mais plutôt de faire un premier pas. Un premier pas vers le travail, vers le sentiment d’être utile, vers la fierté d’être capable de gagner sa vie. Être autonome financièrement, c’est aussi la possibilité de s’offrir la thérapie la plus adaptée à ses besoins. Thérapie comportementale, suivi avec une psychothérapeute, séances d’hypnose, acupuncture… autant de parcours qui ne sont pas forcément remboursés et qui donc nécessitent un investissement financier.

1 – Rédacteur web

Ce blog est spécialisé sur le sujet donc, même si je pourrais écrire des pages et des pages sur le métier que j’ai appris au côté de Lucie, je vais m’attacher à être concise. Le métier de rédacteur web consiste à rédiger du contenu destiné à être publié sur internet comme :

  • une description de produit ;
  • une page à propos ;
  • un article de blog ou d’actualité ;
  • une newsletter, etc.

Ce qui différencie le rédacteur web du blogueur, c’est que le rédacteur écrit pour les autres. Il travaille en freelance et facture ses prestations à ses clients au mot, à l’heure, à la pige ou au forfait. Je garde LA bonne nouvelle pour la fin : le rédacteur web est libre de travailler d’où il veut, du moment qu’il a son ordinateur et une bonne connexion internet (à bon entendeur…) ! C’est un métier plein d’avenir et qui offre de nombreuses opportunités pour ceux qui ont les qualités requises et qui décident de s’investir sérieusement, même en étant agoraphobe !

Si, comme moi il y a 6 mois encore, vous n’y connaissez rien en rédaction web : prenez le temps de découvrir le blog de Lucie ainsi que ses vidéos YouTube : informations, astuces, tutos, tout y est !

2 – Consultant SEO

Je dirais que cette idée vient compléter la première. Après avoir découvert le métier de rédacteur web, vous pourrez vous former au SEO. Le SEO (Search Engine Optimization) désigne un ensemble de techniques à appliquer pour qu’un contenu web soit bien référencé par les moteurs de recherche. C’est ce qu’on appelle le référencement naturel par opposition aux contenus qui apparaissent grâce à la publicité.

Le consultant SEO est un travailleur du web qui propose des audits de sites ou de blogs et dont le but est d’optimiser leur visibilité dans les pages de résultats de Google (SERP).

Il analyse chaque aspect du site pour traquer les erreurs qui le pénalise et met au point la stratégie à suivre pour faire décoller la visibilité et donc le nombre de visiteurs du site.

Tous ces termes vous font peut-être peur, mais pas de panique : vous trouverez toutes les ressources dont vous avez besoin pour comprendre le SEO sur ce blog.

3 – Blogueur

Vous ne le savez peut être pas, mais il est possible de vivre du blogging. Si vous aimez écrire et que vous avez des connaissances à partager, il est tout à fait possible d’envisager devenir blogueur professionnel (ce n’est pas une blague !). C’est d’ailleurs l’objectif de la formation proposée par Olivier Roland. Lucie l’a suivie et ça lui a plutôt bien réussi 😉, elle partage son expérience dans cet article.

Et si vous prévoyez de vous lancer dans le web entreprenariat, toujours avec Lucie, je vous conseille vivement de commencer à suivre son tout nouveau blog (créé avec son ancienne élève et nouvelle associée Marie DM) : Celles Qui Osent. Voilà une belle opportunité pour démarrer, même en souffrant d’agoraphobie !

Pour schématiser, il y a trois façons de monétiser son blog :

  • l’affiliation : il s’agit de toucher une commission à chaque fois qu’un produit cité sur votre blog est acheté par votre lecteur via le lien d’affiliation ;
  • la publicité : Google Adsense est un programme de publicité hyper précis très apprécié des annonceurs (car le moteur de recherche connaît tout de nos habitudes : c’est le jeu ma pauv’Lucette). Le blogueur qui installe de la pub touche une (toute petite) commission à chaque clic dessus, autant dire qu’il faut avoir un énorme trafic pour que cela soit rentable ;
  • la vente de produits : en tant qu’expert dans votre domaine, vous pouvez tout à fait envisager de commercialiser vos propres produits numériques (PDFs e-books, podcasts) et/ou de la prestation de services telle que du coaching ou de la formation.

Voici donc un autre métier (chronophage s’il en est) mais ô combien passionnant, que vous pouvez tout à fait exercer à domicile (mais que ça ne vous empêche pas de sortir, on est d’accord).

Ce qu’il faut retenir  

Quand on parle de travail à domicile certains pensent “assistante maternelle” ou “couturière de p’tits bavoirs”, mais il ne faut pas oublier les métiers du web qui offrent une multitude d’opportunités épanouissantes.

J’espère que cet article vous aura été utile, n’hésitez pas à le partager sur Facebook si vous pensez qu’il pourrait intéresser d’autres personnes !

Ingrid B., élève de la formation Liberté

 

Quel métier quand on est agoraphobe

Afterwork SEO by Google 17/10/18 : tout ce que j’ai appris !

Afterwork SEO by Google 17/10/18 : tout ce que j’ai appris !

Baskets blanches, pantalon de survêt’ et T-shirt : ce 17 octobre 2018, c’est un Vincent Courson respirant la “Googlitude” que j’ai rencontré. Arrivée avec quelques minutes d’avance au Village by CA d’Angers, je sens toutefois que le temps du porte-parole SEO de Google est précieux. Regard toutes les 2 minutes sur sa montre, légèrement surpris de devoir attendre le fameux “quart d’heure angevin” avant de pouvoir débuter sa conférence. Lorsqu’il démarre, accrochez vos ceintures ! Le train à grande vitesse est lancé, les informations défilent à toute allure dans un jargon technologico-franglais : novices s’abstenir. Cela ne semble toutefois pas poser de problème à l’assemblée composée, d’après mes observations, d’étudiants en marketing, chargés de communication digitale, webentrepreneurs, propriétaires de sites et blogueurs. Les questions ne fusent pas lors des pauses consacrées aux échanges et pour cause : il n’y a pas eu de scoop. L’auteur du blog de Google n’a fait qu’approfondir des éléments déjà communiqués par le géant du web. Si vous ne deviez retenir qu’une seule chose de cet article : c’est l’expérience utilisateur. Allez venez, je vous explique !

Mobile First Indexing : la version mobile n’est plus une option

Comment se comporte l’utilisateur de Google ? Il se sert de plus en plus de son smartphone ou de sa tablette pour effectuer des recherches. Google s’adapte et très logiquement choisit d’indexer en priorité les contenus adaptés aux mobiles puisque cela correspond au quotidien de son internaute.

Ce qui signifie que s’il existe deux versions d’un site, une desktop (pour ordi) et une pour mobile : c’est la version mobile qui sera scannée par le Googlebot. Cela ne pose donc pas de problème à tous ceux qui ont un site “responsive” (adapté aux mobiles). Ceux qui doivent se remettre en question sont :

  • ceux qui n’ont pas de version mobile de leur site (paaaas bien) : pas pratique pour l’utilisateur donc pas mis en avant par Google ;
  • ceux qui ont une version mobile allégée de leur site et donc incomplète ;
  • ceux qui possèdent une URL mobile différente de celle du site principal, par exemple : “m.monsite.com” car seule celle-ci sera prise en compte pour le référencement naturel, larguant derrière elle sa version desktop dans les tréfonds du SERP.

Ki ki faut faire pour être bien vu ? Avoir une version mobile au top :

  • contenu primaire ;
  • meta-datas ;
  • données structurées ;
  • Hreflang ;
  • rel “canonical” inchangé ;
  • crawl budget optimisé : bande passante suffisante, serveur puissant…

Le retour des propriétaires de sites par rapport à ce nouveau fonctionnement :

  • ils ont reçu beaucoup de notifications (ce n’est pas bien méchant lorsque tu ne gères qu’un seul site mais lorsque tu en as des dizaines voire des centaines multiplié par X notifications, ça surcharge) ;
  • les caches seraient indisponibles (je répète studieusement, car perso je ne m’en sers pas).

Speed Update : la vitesse doit être au rendez-vous

Revenons à notre fil conducteur : vous, moi, eux, bref ceux qui utilisent internet pour rechercher une information. Que faites-vous lorsque après avoir cliqué sur un lien…  rien ne vient ? Ou alors qu’une balle rebondit pour vous faire patienter (c’est déjà mieux) ? Perso, je reprends mon sac et mon manteau et je repars aussi sec toquer à la porte d’un site qui me fera entrer plus rapidement.

Plus ça va, plus le mobinaute est impatient. Il s’habitue à ce que ça aille vite donc le très rapide devient la norme et le reste “ça rame”.

Google notre “Monsieur-je-sais-tout” l’a bien compris et s’adapte pour nous satisfaire. Donc, à la question : “la vitesse est-elle un critère de positionnement dans le SERP ?” La réponse est un grand “oui” ! C’est valable également pour les versions mobiles.

J’attire toutefois votre attention sur une notion importante : rien ne sert de se tirer la bourre pour être une  ½ seconde plus rapide que votre concurrent, c’est de l’énergie dépensée pour rien. Il faut être rapide point. C’est normal. Ce qui ne l’est pas, c’est d’avoir un site lent, vous voyez ce que je veux dire ?

Schématiquement :

  • les rapides sont logés à la même enseigne, c’est ensuite le contenu qui fera la différence ;
  • les lents sont pénalisés car ils font râler les utilisateurs.

C’est bien gentil tout ça me direz-vous mais comment savoir si je fais partie des bons élèves ? Pas d’affolage, vous pouvez évaluer la vitesse de votre site à l’aide de différents outils. Cela dit, une fois ces outils en main, concentrez-vous sur les paramètres (metrics) qui ont un impact sur l’utilisateur :

  • Chrome User Experience Report ;
  • Lighthouse ;
  • Page Speed Insights ;
  • Webpagetest ;
  • Test My Site.

Psssssst : pour la p’tite histoire, il semblerait que Webpagetest et Test My Site suscitent des débats dans le milieu du Web car ils sont plus ou moins sous le giron de Google lui-même. Voilà, c’était juste pour faire ma commère.

Reste une question : quand est-ce que je peux me considérer comme lent ? (Enfin mon site, vous m’aurez comprise…) Alors ce que je vais faire, c’est que je vais vous donner une info, après libre à vous d’en faire ce que vous voulez : au delà de 3 secondes, le taux de rebond augmente de 25 % à chaque seconde supplémentaire, voilà c’est dit.

Bon à savoir :

Il existe deux manières d’évaluer la vitesse d’un site :

Données de labo…Données réelles…
…ou comment le site répond sur la machine du développeur.

C’est intéressant pour analyser des évolutions en ne faisant varier qu’un seul paramètre, le reste étant fixe.

…ou comment le site répond chez moi à Saint-Maurice-la-fougereuse bras tendu au dessus de ma tête pour espérer capter un peu de WIFI…non ? Bon ba de la 3G alors…non plus ? Bon tant pis…

Et c’est cette situation qui intéresse Google car elle est plus représentative des besoins de son utilisateur chéri.

Accelerated Mobile Page (AMP) : LA nouvelle technologie à connaître

Alors là, tout le monde semblait connaître sauf moi mais j’ai fait style qu’il n’y avait aucun problème et surtout pas de questions, mon Dieu non ! Trop de risques d’être démasquée dans mon imposture… Ce que j’ai compris (quand même) :

  • c’est une nouvelle technologie qui combine j’sais pas quoi et j’sais pas quoi (HTML, Javascript et système de cache). Grosso modo, c’est top et ultra rapide ;
  • ça permet d’avoir un contenu dynamique, moderne et au visuel aguicheur ;
  • c’est ce qui apparaît dans les carrousels (les bandes avec des photos/vidéos qui apparaissent en haut du SERP sur certaines requêtes).

Cette technologie est tellement rapide et design qu’elle est difficile à concurrencer. Comprenez, si vous voulez une place dans un carrousel : mettez-vous à l’AMP. Vous pouvez consulter des études de cas en suivant ce lien : it’s in english but you can use Google Translate.

Pas de problèmes… enfin si peut-être :

  • il faut vérifier que ce format soit compatible avec vos partenaires (de publicité par ex.) ;
  • le contenu est stocké sur un serveur appartenant à Google : comme ça, la boucle est bouclée n’en parlons plus ! Évidemment, l’intervenant n’est pas le plus à l’aise du monde sur cette question mais il joue le jeu face aux questions très polies sur cette omniscience du moteur de recherche. Réponse claire et assumée : pour l’instant AMP c’est à 95 % Google, mais ça a vocation à devenir plus neutre. Voilà.

Search Console : la nouvelle version arrive

Bon, on est entre nous donc je vous le dis : ce n’était peut-être pas l’actu la plus croustillante de la soirée mais c’est bien de le savoir quand même. La Search Console (SC) se refait une santé et se met à la page. La migration de l’ancienne version vers la nouvelle se fait progressivement depuis janvier 2018. Ce qui change :

  • l’interface se modernise et devient (enfin) mobile friendly ;
  • le back-end est unifié ;
  • elle fonctionnera selon une nouvelle logique, que voici que voilà :

problème détecté → notification → explication à l’utilisateur de la SC → test → résolution du problème. Paf-Pouf, l’affaire est dans le sac.

Les fonctionnalités évoluent également :

  • Nouvel outil d’inspection d’URL : est-elle indexée ? Est-elle responsive ? Date du dernier crawl ? Contient-elle du duplicate content ?  Est-elle associée à de l’AMP ? Résultats enrichis ? Contient-elle des données structurées ? Des erreurs 301 ? 404 ? ;
  • autres évolutions : 16 mois de données de trafic, nouvelles informations pour les recettes de cuisine (résultats enrichis), nouveaux filtres dans le rapport de performance qui permettent de montrer les données pour les résultats Web Light  et Google Play Instant .

Petit Couac : la nouvelle Search Console ne possède pas l’outil pour supprimer une URL, poing poing poing poiiiing. Comme c’est pourtant pratique, l’équipe de Google “y travaille”, elle cherche une solution pour qu’il y ait moins d’erreurs de suppression en mode “Oups, j’ai cliqué sans faire exprès et tout a disparu”.

Bonus (infos glanées au détour d’une question) :

  • il y a toujours au moins 24 h de décalage entre le SERP et la SC mais les gros sites (Amazon et Cie) bénéficient de mises à jour plus régulières. Voilà, c’est dit. Ça ne change pas grand chose pour nous mais c’est dit ;
  • le fait que le site soit sous WordPress n’est pas un frein au SEO à condition qu’il soit correctement installé (à bon entendeur…) ;
  • pour espérer obtenir un “Featured Snippet”, il faut rédiger un contenu hyper précis sur une question qui ne l’est pas moins.

Je conclue sur un super teasing : un outil d’information sur les crawls va arriver… tadam !

À retenir

Voilà, vous savez tout ce que j’ai appris, moi la fille cool de FRW (auto-kiff) à cette conférence SEO menée par Vincent Courson, le mec cool de chez Google. Si vous ne deviez retenir qu’une chose c’est l’ex-pé-rience u-ti-li-sa-teur (UX) : mettez-vous à la place de l’internaute et vous aurez tout compris. 🤓

Liens qui pourraient vous être utiles :

  • blog webmaster-fr : le blog officiel de Google sur lequel Vincent Courson est auteur ;
  • Village by CA d’Angers : le camp de base des startups du Maine-et-Loire ;
  • Web Camp Day : l’événement webmarketing du 24 mai 2019 à Angers (décidément ça bouge dans le coin !).

Ingrid B., élève de la Formation en Rédaction Web SEO “Liberté” de Lucie 🙂

ACTUALITÉ GOOGLE 2019

Quelles Perspectives d’évolution pour le Rédacteur Web ?

Quelles Perspectives d’évolution pour le Rédacteur Web ?

Plus j’avance dans mon parcours de rédactrice web et plus je réalise que ce métier offre énormément de perspectives d’évolutions. C’est un véritable tremplin pour celui qui souhaite développer une activité de webentrepreneur ou simplement faire progresser sa carrière de salarié. Que ce soit pour gagner plus, pour valoriser votre travail ou pour votre épanouissement personnel, sachez que toutes les portes sont ouvertes au rédacteur web qui aime se challenger.

Faire carrière en tant que freelance grâce aux compétences acquises en rédaction web SEO

Si vous suivez Lucie, vous êtes certainement épris de liberté, nous allons donc commencer par détailler ensemble les projets vers lesquels vous pourriez évoluer en tant qu’entrepreneur du web !

Se challenger en devenant consultant SEO

La mission du consultant SEO consiste à améliorer la visibilité d’un site internet et à augmenter ainsi son trafic organique. Le consultant doit faire comprendre à son client qu’un excellent contenu ne sert pas à grand-chose, s’il est perdu sur la 20e page du SERP. Cela correspond à la fameuse métaphore de la boutique : une échoppe coincée au fin fond d’une ruelle sombre vendra toujours moins que celle qui a pignon sur rue, quelle que soit la qualité des produits qu’elle propose.

Pour réussir à booster le référencement naturel du site web, le consultant analyse différents paramètres :

  • le trafic : part de trafic organique et taux de rebond ;
  • le positionnement : mots-clés, positionnement dans le SERP ;
  • la concurrence : identité et stratégie ;
  • les liens : qualité, erreur 404, « NoFollow” ;
  • la vitesse de chargement du site ;
  • l’adaptabilité aux mobiles ;
  • la sécurité ;
  • le contenu : qualité, valeur ajoutée, cocon sémantique, duplicate content, balisage HTML

Une fois toutes ces données analysées grâce à divers outils (Google Analytics, Search Console…) le consultant SEO rend son rapport et liste les actions à mettre en place par ordre de priorité. Selon mes sources 😎, un audit SEO se facture au moins 60 € de l’heure, sympa non ?

Se lancer en tant que blogueur pro ou propriétaire de site

En tant que rédacteur web SEO, vous comptez peut-être parmi vos clients directs des blogueurs professionnels ou des propriétaires de sites e-commerce. Peut-être même que vous êtes force de proposition concernant les requêtes à travailler pour rediriger les lecteurs vers leurs pages de vente.

Si l’on prend un peu de recul, on s’aperçoit que les articles aimés par les internautes ne sont autres que les vôtres, car vous êtes le « prête-plume » du propriétaire du site.

Vous me voyez sûrement venir avec mes gros sabots… : si vous avez l’esprit d’entrepreneuriat, pourquoi ne pas envisager de devenir calife à la place du calife ? Si vous êtes un rédacteur web aguerri, rien ne vous empêche de créer votre propre blog et d’empocher vous-même les gains générés par la publicité, l’affiliation ou la vente de services en ligne. Cela valorisera votre travail et vous permettra de vous épanouir dans un domaine qui vous tient à cœur.

Gagner plus en devenant copywriter

Le copywriting est un excellent moyen d’augmenter ses revenus lorsque l’on est un rédacteur web compétent. Pour cela, il faut être capable de rédiger des textes qui donnent une irrésistible envie de passer à l’action. Le lecteur doit avoir l’impression que vous avez lu dans ses pensées et que vous le comprenez parfaitement. Un bon le copywriter :

  • connaît parfaitement sa cible et ses désirs cachés ;
  • identifie son besoin ou son problème ;
  • recontextualise l’obstacle qui le bloquait jusqu’alors ;
  • et finit par présenter LA solution qui permettrait enfin au client d’avancer.

Cette technique est particulièrement utilisée dans les articles viraux, les newsletters et évidemment, dans les pages de vente.

Cela demande d’être fin psychologue et d’avoir des notions de marketing cela n’est donc pas donné à tout le monde. Toutefois, le jeu en vaut la chandelle, car le prix d’une page de vente est davantage indexé sur le taux de conversion qu’elle va engendrer que sur le temps réellement passé à la rédiger.

Développer une agence de stratégie digitale

Les clients qui souhaitent n’avoir affaire qu’à un seul interlocuteur confient la gestion de leur projet web à une structure qui le gère de A à Z : l’agence de stratégie digitale.

À ce titre, elle prend en charge :

  • la création ou la refonte du site internet ;
  • la stratégie SEO ;
  • la rédaction des contenus optimisés pour le référencement naturel ;
  • éventuellement les campagnes de référencement payant (Google Adwords…) ;
  • la création et l’animation des réseaux sociaux du client.

Si vous êtes un rédacteur web freelance débrouillard, vous avez sûrement déjà acquis toutes ces compétences « sur le tas » ou par le biais de formations. Créer sa propre agence de stratégie digitale peut s’avérer être un excellent moyen de valoriser votre expérience.

Évoluer professionnellement en tant que salarié

Être à son compte ne convient pas à tout le monde. Certaines personnes apprécient la stabilité, le confort et la sécurité (relative) d’un emploi salarié. Cela permet de vraiment « couper » une fois la porte du bureau fermée et de se consacrer pleinement à sa vie personnelle. Voici donc quelques pistes pour évoluer professionnellement au sein d’une grande entreprise, d’une agence digitale ou d’une rédaction de journal en ligne, lorsque l’on est rédacteur web.

Devenir community manager

Cette activité peut être exercée en tant que freelance mais d’après mes recherches la plupart des « CM » comme on les appelle, sont sous contrat avec une marque ou une entreprise.

L’animateur de communauté est garant de la présence et de l’e-réputation d’une marque, d’une société ou d’une célébrité sur les réseaux sociaux.

Il se charge de publier du contenu qui va fédérer les internautes (photos, vidéos, articles, tweets, etc.) et d’animer des échanges pour créer un sentiment de proximité entre le follower et l’entreprise représentée.

Il doit effectuer une veille permanente pour gérer l’image de son client et modérer au plus vite tout contenu inapproprié.

Si vous aimez passer du temps sur les réseaux sociaux, créer du contenu viral et échanger avec un maximum de personnes, vous pouvez envisager d’embrasser 😗 la carrière de community manager !

Briguer un poste de responsable de rubrique

Le chef de rubrique est un rédacteur web spécialisé dans un domaine bien précis dans lequel il a développé une expertise. À la tête d’une section ou d’une chronique, il veille à sa cohérence et anime l’équipe de rédacteurs placée sous sa responsabilité. Il bénéficie pour ce faire d’un droit de regard sur les angles adoptés dans les articles.

Il doit évidemment se maintenir à la pointe de l’information grâce à une veille permanente de l’actualité de son secteur.

Contrairement au rédacteur en chef ou au responsable éditorial, le responsable de rubrique n’abandonne pas sa plume. Il continue à écrire tout en coachant son équipe.

Si vous avez une passion et envie d’évoluer vers un poste à responsabilité, le métier de responsable de rubrique pourrait répondre à vos attentes.

Être promu responsable éditorial

Au sein d’une agence 💻, d’une rédac’📰, ou d’une grande entreprise🏙, le responsable éditorial supervise le processus d’édition de contenus depuis leur création jusqu’à leur publication, pour des sites, des blogs ou des réseaux sociaux. Il prend donc en charge :

  • la définition de la stratégie de l’entreprise ;
  • la rédaction de la charte éditoriale ;
  • l’élaboration du calendrier de publication ;
  • la définition du planning de rédaction ;
  • le management de l’équipe de rédacteurs ;
  • la supervision des résultats.

Avoir été rédacteur avant de devenir responsable éditorial est, à mon sens, un véritable atout, car votre expérience vous permettra de rédiger des briefings clairs et efficaces. Vous serez également plus pertinent dans votre encadrement de l’équipe.

Booster sa carrière en devenant chargé de campagne SEM

Alors le SEM koi kès ? On va faire un peu de mathématiques : SEM = SEO + SEA.

Nous voilà bien avancés n’est-ce pas ? Allez, on s’accroche, on va décortiquer tout ça (on n’est pas plus bête qu’un autre, hein ?) alors 👩‍🏫:

  • SEO : je ne vous ferai pas l’affront de le définir ;
  • SEA: Search Engine Advertising : liens commerciaux et publicité sur les moteurs de recherche (Adwords…) ;
  • SEM : Search Engine Marketing, la combinaison du référencement naturel et payant.

Le responsable SEM définit et optimise la stratégie webmarketing dans son ensemble en fonction du retour sur investissement escompté. Pour cela, il doit analyser les objectifs de communication et définir les outils marketing à employer, tels que les bannières, les liens sponsorisés, les mots clés, etc. Il rédige des bilans sur les résultats obtenus et sur les axes d’amélioration à envisager.

Il peut être employé par une agence de stratégie digitale, un annonceur, un e-commerçant… bref toute entreprise visant une visibilité optimale sur Google.

Si vous avez des compétences pour faire parler les chiffres, le métier de SEM manager peut être une évolution de carrière pertinente.

Voilà, j’espère que ce tour d’horizon des perspectives d’évolutions pour le rédacteur web vous aura plu 😊.

Pour en savoir plus sur le blogging 👉cliquez ici, pour le copywriting 👉cliquez là. 

Ingrid B., rédactrice web SEO freelance, élève de la formation en rédaction web LIBERTÉ de Lucie Rondelet

error: Content is protected !!