Rédiger un article

Syndrome de la Page Blanche : doit-on en avoir peur ?

Publié
Syndrome de la page blanche : comment réagir ?
Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La peur de la page blanche ou le syndrome de la page blanche est un véritable problème qui porte un autre nom méconnu : la leucosélophobie. Pour être honnête, je n’ai jamais eu ce problème mais comme beaucoup d’entre vous me demandent d’aborder le sujet, j’ai décidé de me pencher un peu dessus !

Peur de la page blanche ou galère à trouver les bonnes informations ?

Si je n’ai jamais été en manque d’inspiration, il m’est en revanche déjà arrivé d’avoir une commande quasi-impossible à réaliser… Il s’agissait d’écrire sur les avantages d’Unitronic pour une voiture de luxe… J’avais beau chercher des informations sur Google, je ne trouvais absolument rien en français. En gros, je ne savais pas du tout ce qu’était “Unitronic” et les nombreuses lectures (en anglais) sur le sujet ne m’éclaircissaient pas davantage. J’ai partagé cette expérience avec une collaboratrice qui était dans la même situation que moi (nous avions d’ailleurs rebaptisé la marque “Unitrochiant”).
Après avoir perdu un temps fou, j’ai contacté ma cliente pour lui expliquer mon désarroi et elle m’a envoyé des documents internes afin que je puisse enfin réaliser ma rédaction… OUF !

Heureusement, je n’ai vécu cela qu’une seule fois mais c’est bien la preuve que ça peut arriver !

Mon conseil : lorsque vous recevez des lots, pensez à vérifier tous les titres et à faire des recherches rapides dans les 24h afin de voir si vous vous sentez capable de tout écrire. Cela vous permettra de poser vos questions aux clients et éventuellement de refuser les missions qui vous semblent trop complexes.

Ecrire pour éviter le syndrome de la page blanche

Il paraît que plus on écrit, plus on devient capable de rédiger sans avoir vraiment besoin de réfléchir. Je pense pouvoir confirmer cela car comme je vous l’ai dit, mon cerveau a l’habitude de faire sa petite gymnastique et à part Unitronic, rien ne l’impressionne ! (hum…)
Je vous invite donc à écrire un blog, un journal intime, votre liste de courses ou même les activités que vous allez faire le week-end. Prenez l’habitude d’écrire dès que vous le pouvez et sur tous les sujets.
Quoi qu’il en soit, il n’y a pas de meilleur exercice que la rédaction web pour apprendre à écrire spontanément, sur tout et n’importe quoi.

–> Lire mon article pour apprendre à écrire vite

Rappel : le rédacteur web n’est pas un artiste/écrivain

Contrairement à l’écrivain, qui cherche les effets de style, qui souhaite réellement trouver le mot juste et créer un univers spécifique, le rédacteur web est un simple exécutant. Bien sûr, certains clients nous laissent exprimer notre créativité mais ils sont finalement assez rares ! Nous sommes donc beaucoup moins confrontés à l’angoisse de la page blanche que les artistes. Pourquoi ? C’est très simple : parce qu’il nous suffit de répondre au titre et suivre le briefing fourni par le client.

En gros, si votre client vous dit :

“Merci d’écrire un texte de 500 mots ayant pour titre “IPhone 8 : X fonctionnalités qui séduisent les jeunes””, alors, vous n’aurez plus qu’à vous renseigner sur l’appareil et mettre en avant X fonctionnalités. Il semble donc impossible de “sécher” sur un tel sujet.

Le rédacteur web a peu de risques de se retrouver confronté au syndrome de la page blanche ; il suit des directives et effectue ses recherches sur le web (en prenant soin de trouver des sources fiables).

… Et si j’ai tout de même un blocage face à ma page blanche ?

Lâcher ou chercher d’autres chemins

Imaginons que cela arrive : vous êtes devant votre écran et vous regardez votre curseur clignoter, les yeux dans le vide, l’air benêt. Vous commencez à vous énerver, à gribouiller sur une feuille de papier… vous ne savez plus quoi faire. Dans ce cas, je vous conseille vivement de :

  • vous lever pour essayer de vous changer les idées ;
  • mettre ce texte en “stand by” et en prendre un autre ;
  • essayer de faire au moins la structure ;
  • écrire tout ce qui vous passe par la tête sur ce sujet, vous créerez la structure plus tard ;
  • aller boire un coup, écouter une musique qui vous plaît, vous dégourdir les jambes ;
  • surfer sur le web à la recherche d’infos en français et dans d’autres langues que vous maîtrisez. Prenez des notes, ça va venir !

Du repos pour recharger les batteries !

Le blocage est souvent dû à la fatigue… ne vous faites pas violence ! Le repos est l’une de clés des rédacteurs web qui réussissent, votre cerveau est un outil précieux, vous devez le chouchouter !
Si vous êtes en retard sur une commande à rendre le lendemain et que vous ne tenez plus debout, tentez d’envoyer un message rapide à votre client pour savoir s’il peut patienter jusqu’au lendemain matin. Attention, cela doit rester exceptionnel et vous devrez faire en sorte de mieux vous organiser les prochaines fois. Souvent, les clients sont disponibles par Skype, What’s App ou Hangout, profitez-en sans abuser de leur temps libre !

Pensez surtout à vous préserver et à ne pas accepter plus de travail que ce que vous pouvez réellement faire.

Sur ce, je vous souhaite de bonnes rédac’ et n’hésitez pas à partager vos expériences sur le syndrome de la page blanche : ça nous intéresse !

Lucie (j’aime la page Facebook du blog !)

  •  
    13
    Partages
  • 13
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une réflexion au sujet de « Syndrome de la Page Blanche : doit-on en avoir peur ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *