Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voilà un article de la plus haute importance ! 😉 J’ai décidé aujourd’hui de vous parler (encore une fois) du métier de rédacteur web mais aussi de tout ce qui s’y rattache. Mes échanges quotidiens avec vous et vos interventions dans le groupe Facebook “Parlons Rédaction Web” me permettent de vous connaître chaque jour davantage. C’est grâce cette relation enrichissante que je sais quels sont les thèmes que je dois traiter en priorité pour vous permettre d’avancer. Dernièrement, j’ai détecté un frein très important chez bon nombre d’entre-vous : la confiance en soi !

Le rédacteur web doit entreprendre

Le rédacteur web écrit des articles destinés à être mis en ligne ou publiés sur des formats numériques, mais pour gagner véritablement sa vie en faisant cela, il doit absolument avoir le niveau suffisant pour pouvoir exercer en tant que freelance ET savoir où et comment trouver des clients !

Le rédacteur web doit entreprendre, et ce, dans plusieurs domaines. Il est impératif qu’il :

  • s’informe régulièrement sur TOUT ;
  • pratique une veille SEO (s’il est rédacteur web SEO) ;
  • comprenne où il doit aller chercher ses clients ;
  • saisisse les subtilités du marché pour savoir qui sera intéressé par son travail ;
  • s’entraîne sans relâche pour être de plus en plus rapide ;
  • se renseigne sur les différentes méthodologies existantes et trouve celle qui lui correspond le mieux ;
  • accepte de se démarquer en prenant une autre route que celles des rédacteurs qui ne trouvent pas de clients !

Se démarquer : la clé du succès !

Comprendre le marché pour se démarquer

Je ne cesse de lire des témoignages de rédacteurs qui ne trouvent pas de clients, ils pensent que la concurrence est rude et qu’ils ne pourront jamais réussir à avoir des contrats… Comme vous le savez, je ne suis pas du tout d’accord avec ça et je vous invite d’ailleurs à prendre le temps de regarder l’interview d’Olivier Clémence (qui est en contact permanent avec plusieurs milliers d’e-commeçants) et d’Antoine Peytavin, un web entrepreneur qui vit confortablement de la gestion de ses blogs. C’est une évidence : les sites ont besoin de contenu (idéalement de qualité ET optimisé) chaque jour et même chaque seconde !

Vos clients potentiels sont :

  • les sites e-commerce (pour les fiches produits, l’optimisation et les sections blogs notamment) ;
  • les blogs d’entreprise ;
  • tous les sites web de ceux qui n’ont pas le temps et/ou les compétences pour les alimenter ;
  • les blogueurs et marques qui ont besoin de e-books et autres pdf à offrir via leurs fenêtres pop-up ;
  • les blogueurs et marques qui ont besoin de personnes pour rédiger leurs newsletters ;
  • etc.

La liste pourrait être encore longue ! Vous pouvez (comme je vous le conseille souvent) travailler pour des agences de stratégie digitale (qui gèrent souvent plusieurs dizaines de sites) et multiplier ainsi les contrats (si ce n’est pas encore fait, je vous invite à télécharger gratuitement mon guide “101 sites qui recrutent des rédacteurs web”).

Reconnaître le problème principal des rédacteurs web

C’est un fait, la grande majorité des rédacteurs web :

  • n’est pas formée à la rédaction web SEO ;
  • n’a pas l’idée/le courage/la jugeote d’aller pêcher ses clients ;
  • ne se sent pas assez à l’aise pour démarcher.

Résultat : les rédacteurs web débutants travaillent sur les plateformes et se découragent vite car ils voudraient gagner plus. D’autre part, ils tentent leur chance en répondant à des annonces postées sur Internet par de potentiels clients et essuient des refus à répétition (dans les meilleurs des cas, car la plupart du temps, on ne prend même pas le temps de leur répondre). J’en profite pour rappeler que je n’ai JAMAIS incité mes lecteurs à répondre à ce type d’annonces : c’est une action chronophage qui n’apporte absolument rien ! C’est un peu comme si vous décidiez de jouer au loto 50 € par jour au lieu de les mettre de côté. Dans le premier cas, vous risquez fortement de tout perdre, dans le deuxième, vous êtes certain de profiter de vos économies à un moment ou à un autre.

Mon conseil : au lieu de perdre votre temps à répondre à des annonces, créez-vous un super portfolio et postez quelques annonces sur des plateformes de freelances !

Soyez rebelles !

Vous espérez devenir rédacteur web à domicile ?

La mauvaise nouvelle, c’est que si vous vous y prenez comme la majorité des rédacteurs web débutants, vous foncerez dans un mur car il y a en effet des milliers de gens qui pensent être rédacteurs web et qui ne le sont pas… qui utilisent les mauvaises méthodes et tournent en rond (parfois des années) avant d’abandonner. Ils gagnent une misère et mettent cela sur le dos de la concurrence “c’est pas ma faute… les autres rédacteurs se bradent” ou encore “MOI je fais de la qualité, je ne suis pas dans une optique marketing, MOI je propose du contenu sur mesure, de qualité” (comprendre : “ceux qui proposent de meilleurs tarifs sont forcément nuls”). J’avoue être un peu choquée par ce genre de propos condescendants… En réalité, il n’y a pas de concurrence entre deux choses qui ne se valent pas. Donc un pseudo “rédacteur haut de gamme” ne peut en principe pas se plaindre de la concurrence “à bas coût” car il n’est pas censé rendre le même travail !

La bonne nouvelle, c’est que je vais vous aider à prendre des chemins de traverses qui vont vous permettre d’aller droit au but, sans perdre de temps ni vous décourager.
Cet article va sans doute filtrer une grande partie de mon lectorat et c’est un peu le but. Je m’adresse vraiment aux rédacteurs qui ont la niaque, à ceux qui sont prêts à faire quelques sacrifices pour obtenir des résultats. Je ne suis pas une coach en développement personnel ou quoi que ce soit et mon but n’est pas de vous promettre monts et merveilles… justement. Ce que je veux aujourd’hui, c’est que vous obteniez des résultats avec ma méthode et surtout, que vous me fassiez confiance pour acquérir aussi confiance en vous (hum, ça fait un peu “gourou” tout ça !).

J’ai créé mon blog pour aider celles et ceux qui veulent réellement vivre de la rédaction web. Mon but n’est pas de vous donner des conseils vides de sens, j’essaie toujours de vous épauler.

Quelques exemples de prises d’initiatives personnelles

J’ai toujours aimé entreprendre et je pense que c’est pour cette raison que je réussis si bien dans la rédaction web SEO (et aujourd’hui le blogging et la stratégie digitale :-)). Je ne suis pas une artiste, ni un écrivain, si je l’étais, j’aurais encore plus de contrats ! 😉 Je vous donne ces exemples pour vous montrer que j’ai toujours été force de proposition et que je n’ai jamais hésité à me lancer, quitte à ne pas faire comme tout le monde… et ça a souvent fonctionné.

À 6 ans, je vendais des bracelets brésiliens

Mes parents étaient commerçants ambulants, aussi, je passais toutes mes vacances scolaires sur les marchés, dans le Sud de la France.
Pour m’occuper, j’ai eu l’idée de faire des bracelets brésiliens et de les vendre durant l’été. J’ai aussi fait des flûtes de Pan avec des roseaux (mais ça n’a pas marché ! hum… en même temps, les roseaux étaient liés avec du scotch ha ha !).

À 16 ans, je travaillais… en plus du lycée

J’ai toujours cherché à gagner ma vie et/ou à compléter mes revenus. À 16 ans, alors que j’étais au lycée, je travaillais les mercredis et les week-ends à la fête foraine (crêpes et barbes à papa n’avaient aucun secret pour moi)

J’ai toujours travaillé à côté de la fac’

Lorsque j’étais à la fac, je travaillais chez Mac Do en contrat 20h et en boîte de nuit la nuit… et les week-ends en supermarché pour faire des animations (“il est bonggg mon saucissong !”).
OK j’avoue… je n’ai jamais été une grosse dormeuse !
C’est comme ça que j’ai pu me payer mon aller simple pour Tokyo !

Je suis devenue prof de français à Tokyo à 20 ans

À 20 ans, après avoir bien économisé, je suis partie vivre à Tokyo alors que je ne parlais ni japonais, ni anglais. Là-bas, je me suis rendue physiquement dans des écoles de français et j’ai demandé à être embauchée. Au début, les directeurs ont eu du mal à me faire confiance. L’un m’a dit “je te propose de donner un cours dans 15 min à Mme Yamada. Je t’écoute à travers la porte et si ça se passe bien, je t’embauche”. J’ai donné le cours à Mme Yamada… et j’ai été embauchée ! Une fois cette référence en poche, j’ai couru voir les autres directeurs d’écoles en disant “je travaille pour l’école X à Shinjuku !”, et du coup ils m’ont embauchée aussi !

Je vous passe les détails mais l’un de mes clients était un riche investisseur japonais, je lui donnais des cours dans son bureau, une immense pièce vitrée avec vue sur la Tour de Tokyo… Bref ! On a sympathisé et il m’a embauchée comme sous-fifre dans sa boîte d’investissement… et c’est là que j’ai commencé la rédaction web pour la première fois de ma vie (il voulait que je traduise un site web de l’anglais au français… et j’avais appris l’anglais avec mes coloc’).

Je suis devenue agent de voyages

Sans aucun diplôme pour faire ce métier, j’ai réussi à me faire embaucher comme agent de voyages en Guyane. En principe, il fallait un BTS tourisme VPT mais j’avais un BTS tourisme AGTL. Je n’avais donc pas les compétences requises pour utiliser le fameux logiciel des agents de voyages : Amadeus. Malgré ça, j’ai réussi à me faire embaucher chez Havas Voyages. Comment ? En envoyant (si mes souvenirs sont bons) 5 e-mails au directeur commercial (à des intervalles réguliers). Le dernier disait en majuscules “RENCONTREZ-MOI” !

Je vous incite donc à ENTREPRENDRE et à OSER !

Et je suis devenue rédactrice web freelance !

Là aussi, j’y suis allée un peu au culot : j’ai pratiqué, pratiqué et encore pratiqué. Une fois que j’avais mis le pied dedans, j’ai compris que la demande était infinie, aussi bien en volume que dans le temps. Je suis un peu à fleur de peau et j’avoue que ça me révolte d’entendre qu’il n’y a pas de boulot pour les rédacteurs web… Quoi qu’il en soit, j’ai découvert ce monde et toutes les opportunités qui y sont liées. Avec un peu de curiosité, de volonté, de passion et de courage, chacun peut trouver sa manière de devenir rédacteur web, j’en suis convaincue.

Ce que vous devez retenir

Comme dans tout métier, il est nécessaire de faire preuve d’innovation, d’originalité et de courage. Se contenter d’écrire, d’aimer écrire ou de ne pas faire de fautes d’orthographe n’est pas suffisant pour devenir un bon rédacteur web freelance. Écrire pour le web est un vrai métier et être un freelance qui réussit impose d’avoir assez confiance en soi pour trouver des clients et accepter les missions les plus compliquées mais aussi d’avoir aussi des moments de doutes pour se remettre en question en permanence.

Vous aimez ? Pensez à cliquer sur “j’aime” ou à partager ! Merci !

J’essaierai de moins vous parler de moi les prochaines fois 😉

Et bonne rédac’ !

Lucie

  •  
    21
    Partages
  • 21
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Téléchargez GRATUITEMENT
​ "101 sites qui recrutent des rédacteurs web" !