Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

Bill Gates était visionnaire lorsqu’il disait en 1996 : “Content is king”. Depuis, on assiste à un développement un peu incontrôlé des contenus sur le web, au point d’être noyé par de l’information plus ou moins de qualité. Une grande majorité d’entreprises ou d’entrepreneurs utilisent le marketing de contenus, mais la puissance d’un bon contenu rédactionnel ne peut se faire sans une proposition de valeurs fortes pour son audience. Alors, comment éviter ces dérives éditoriales, qui ne plaisent pas du tout, mais alors pas du tout à Google ? Je vous explique tout dans ce billet, embarquement immédiat !

Qu’est-ce qu’un contenu ?

Si vous faites vos premières armes en tant que rédacteur web, lisez attentivement ce qui suit, je vous livre quelques fondamentaux à connaître et avoir impérativement dans votre mallette.

Point de départ, il faut savoir que le marketing de contenu ou content marketing repose sur un ensemble d’actions digitales. Elles sont réalisées dans l’objectif de gagner des clients, par la création et la publication de contenus.

D’un point de vue éditorial, un contenu désigne plusieurs types de formats :

  • Textes, vidéos, infographies, ebook, etc.

Ces contenus web spécifiques sont appelés : “des contenus froids”.

Le contenu froid se caractérise par des informations dites stables et pérennes, elles sont particulièrement utiles au trafic organique. En webmarketing, on dit que ce sont des contenus evergreen : intemporels et impérissables.

On les retrouve sous la forme de :

          • dossiers thématiques ;
          • fiches pratiques ;
        • infographies…

Un contenu “chaud” quant à lui, est davantage lié à une actualité, il a donc une durée de vie limitée. Une fois l’événement achevé, l’information devient obsolète et n’intéresse plus le lectorat.

Lorsqu’on parle de la puissance du contenu, c’est par rapport à son influence directe sur le référencement naturel.

Saviez-vous que le contenu froid est un puissant allié du SEO ?

Contenu et Big Data : les 4 effets magiques

Je vous vois froncer les sourcils et penser : mais que vient faire le big data dans la stratégie de contenus ? Pour beaucoup d’entre nous, Big Data rime avec statistiques, algorithmes, etc. C’est vrai, seulement c’est une vision incomplète, je vous explique le concept. Le Big Data analyse effectivement tout un tas de données chiffrées, mais pas que ! Il s’intéresse aussi de très près, aux textes et à leur sémantique.

Passionnant non ?

1 – Décrypter l’intention de recherche

Saviez-vous qu’en réalité ce sont les outils du big data qui orientent vos recherches vers des blogs, forums, et parfois vous font tomber sur des propositions sémantiques ignorées ? Des données parfois sous-exploitées, mais qui constituent des trésors, pour tous les métiers en lien avec le webmarketing ! Le big data est une formidable mine d’informations, vous auriez tort de vous en priver, car c’est un vrai plus pour votre business ! En les décryptant consciencieusement, vous devinerez les orientations de l’internaute, là où une approche marketing classique ne vous les aurait pas données. Une fois repérées, ces données textuelles peuvent être recueillies pour une création de contenus adaptée et ROIstes.

2 – Analyser la concurrence d’une requête

Vous êtes perdu face à l’utilisation des mots clés et vous ne savez plus quelle pertinence ils ont pour Google ? Gardez à l’esprit qu’ils ont toujours tout leur intérêt, sauf que les choses ont évolué. Oui, Google a complexifié un peu les choses, mais rien de bien méchant. Mots clés de tête, intermédiaire, longue traîne, champ sémantique. Google dispose de tout un arsenal d’algorithmes aussi intelligents les uns que les autres pour analyser plus finement l’intention de l’utilisateur. C’est le cas de Hummingbird et Rankbrain : deux bijoux de technologies tenant compte de tout le champ sémantique développé dans un texte. L’approche sémantique englobe différents facteurs : les synonymes, expressions associées, historique, notation, lien vers lequel pointe la page, etc. Tous ces ingrédients fournis par les algorithmes sont des aides pour les créateurs de contenus.

Comment réaliser la recette alors ? Vous mélangez savoureusement toutes ces données en les combinant au positionnement de mots clés. Après quelques minutes de cuisson, vous obtenez des contenus qui convertissent !

3 – Choisir un contenu différenciant

Vous le savez mieux que quiconque, se démarquer est une règle d’or en rédaction web. Le big data toujours lui, vous permet aussi de connaître la densité du volume de recherche sur une requête clé. Si une requête clé vous paraît trop embouteillée, affinez cette requête, en utilisant par exemple une longue traîne. La requête aura un volume de recherche moins concurrentiel, mais elle restera néanmoins pertinente en vous faisant accéder à une audience plus restreinte, mais qualifiée.

Un exemple pour vous aider à mieux comprendre :

L’idée est de partir sur la requête clé : vacances à New York, puis la transformer en longue traîne :

  • Vacances à New York en famille ;
  • vacances à New York à Noël ;
  • vacances à New York tout compris, etc.

Astucieux n’est-ce pas ?

4 – Le big data au service de la performance SEO

Le big data est donc incontestablement un outil très puissant pour vous aider non seulement à la création de contenus qualitatifs, mais également pour doper la performance SEO.

Vous pensiez tout savoir sur le big data ?

Détrompez-vous ! Google n’a pas révélé tous ses mystères. Toutes ces indications participent bel et bien à optimiser votre stratégie de contenus et à bien écrire sur le web, mais pas si vite : un contenu différenciant n’est pas toujours performant immédiatement. La fabrication d’un cocon sémantique joue aussi un rôle crucial dans la remontée de vos pages sur Google.

Un bon contenu rédactionnel est votre meilleure arme pour construire une relation de confiance avec votre audience. Découvrez les secrets du côté obscur de la force !

Puissance d’un bon contenu rédactionnel et SEO

La puissance d’un bon contenu rédactionnel est telle, qu’elle impacte positivement le SEO, et ce pour 6 raisons :

Un trafic régulier

Le contenu evergreen a une longue durée de vie, il est donc intéressant pour attirer une audience ciblée et par là même, augmenter le trafic. Pour optimiser le trafic, je vous conseille de travailler des requêtes longues traînes. Pourquoi ? Étant moins concurrentielles, vous pourrez grâce à elles, vous positionner plus facilement dans la page de résultats de Google. Elles toucheront un public certes plus réduit, mais davantage qualifié.

Des visites en continu

Un contenu chaud relié à un événement ne se relit pas plusieurs fois. C’est-à-dire ? Je vous donne un exemple de contenu chaud : le carnaval de Venise, il fait partie des sujets d’actu par excellence, mais sa valeur se perd aussitôt que l’événement est passé. D’où l’importance de miser sur des contenus froids !

Une audience ciblée

Un visiteur qualifié ne se retrouve pas par hasard à lire un contenu froid, du type article de fond. Son intention et sa recherche sont bien définies en amont, il fait donc partie des visiteurs avertis, en recherche précise d’un service ou d’une offre répondant à son besoin du moment. C’est ce que l’on appelle générer un trafic qualifié.

Les liens externes

Un contenu froid qui commence à faire autorité enclenche des backlinks. Plus vous générez des backlinks provenant de sources de référence, et plus la légitimité et la crédibilité de votre site grandissent. Résultat : plus le nombre de liens entrants augmente et plus vous optimisez votre référencement naturel.

Cross canal

Votre contenu froid peut être utilisé dans une démarche cross-canal, en étant publié sur d’autres médias tels que les réseaux sociaux ou sur un support papier. Sa nature même lui permet de durer dans le temps et donc d’investir d’autres espaces d’expression.

UX et contenu : une alliance naturelle

Expérience utilisateur et stratégie de contenus sont deux paramètres indissociables, sur lesquels vous ne devez en aucun cas faire l’impasse. Un conseil : travaillez toujours votre contenu en pensant à son utilité. Il doit faire sens pour l’internaute, afin de lui apporter la satisfaction recherchée.

“The single most important thing web sites can offer to their users is content that those users find valuable”.  Jesse James Garrett *The Elements of Users Experience

En résumé, si vous vous concentrez uniquement sur des réglages annexes de votre site : design, rapidité, sans vous préoccuper de la puissance d’un bon contenu rédactionnel, il existe très peu de chance que votre trafic organique progresse. Vous savez ce qu’il vous reste à faire : DÉMARQUEZ-VOUS ?

Jennifer Poirson / Rédactrice Web SEO (ancienne élève Origami 1)

  •  
    34
    Partages
  • 34
  •  
  •  
  •  
  •  
error: Content is protected !!

Téléchargez GRATUITEMENT
​ "101 sites qui recrutent des rédacteurs web" !