Rédiger un article

Comment écrire pour le Web ? Ce que vous devez savoir

Posted
Comment écrire pour le web ?
Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

On n’écrit pas sur le web comme on rédige pour un support papier, si vous voulez devenir rédacteur web ou si vous envisagez de bloguer en tant que professionnel, vous devez absolument prendre en compte un certain nombre de paramètres. Vous vous demandez comment écrire pour le web ? Voici quelques pistes qui devraient vous permettre de démarrer sur les chapeaux de roues et/ou de vous améliorer !

1 – Prendre en compte l’UX (expérience utilisateur)

Terminé (ou presque) le temps où l’on lisait son journal en buvant un café au réveil ! aujourd’hui, nous avons plutôt tendance à prendre notre petit déjeuner sur le pouce et à lire les informations sur notre smartphone. Les écrivains, rédacteurs et autres auteurs du web doivent donc proposer des contenus digestes pour les internautes pressés.

Les internautes sur PC et Mac

Ceux qui prennent le temps de vous lire depuis un pc ou un mac sont souvent les plus “concentrés”, ils sont généralement assis et attentifs. Néanmoins, vous ne devez pas pour autant leur proposer du contenu trop “lourd” : ils sont devant un écran dont la lumière bleue fatigue leurs yeux et leur cerveau :-/! Pour conserver votre audience et éviter que les lecteurs quittent votre page, vous devez proposer des textes aérés,  faciles à lire et dénués de termes trop complexes (sauf si vous travaillez dans un domaine précis qui impose un vocabulaire spécifique). En d’autres termes, essayez de vulgariser tout en donnant un maximum d’informations. Les lecteurs qui surfent sur Internet depuis un ordinateur recherchent en principe des réponses à leurs questions, il ne naviguent pas “au hasard” et savent ce qu’ils veulent. Répondez à leurs attentes !

Les mobinautes

Les mobinautes sont beaucoup plus “volages”, ils surfent assez souvent au hasard, se laissant porter par les réseaux sociaux, les nouvelles reçues via des applications et autres recherches vocales. Pour lire un article en entier, ils doivent faire un minimum d’effort, c’est-à-dire qu’ils doivent faire remonter votre article pour le lire en entier. Il suffit donc que votre introduction ne soit pas suffisamment engageante ou que votre plan paraisse fade pour que le mobinaute zappe votre contenu en quelques secondes ! Car oui, avant de lire un article, le mobinaute a tendance à “scanner” l’intégralité d’un texte pour savoir si “ça vaut le coup”… ou pas. Il est pressé !

Consultez tout de suite mon article qui vous explique comment structurer un article de blog !

Mon conseil : faites des articles très aérés et n’oubliez jamais de vérifier que votre site est bien responsive (si vous êtes blogueur). Pour rappel, plus de 6 Français sur 10 étaient des mobinautes en juin 2016, c’est donc LE public qu’il faut cibler.

Les tablettonautes (oui, ce mot existe !)

Les tabletteonautes sont peut-être en voie de disparition mais ce n’est pas une raison pour les oublier ! Ce public se situe entre le mobinaute et l’internaute lambda qui surfe depuis un ordinateur. Souvent, le tablettonaute est confortablement installé dans son canapé ou son lit, il est même parfois en vacances. C’est la plupart du temps un “touriste du web”, il surfe pour se divertir, il effectue quelques recherches et lit les articles qui l’intéresse. Pour lui plaire, vous devez donc rédiger des contenus bien structurés, avec des titres et des sous-titres pertinents, ainsi, si vous réussissez à accrocher son regard et il prendra le temps de vous lire 🙂

Pour plaire à tous ces lecteurs, vous devez impérativement :

  • faire des phrases courtes ;
  • développer une seule idée par phrase ;
  • aérer vos paragraphes ;
  • insérer des titres et sous-titres pertinents ;
  • entraîner votre audience avec des appels à l’action (CTA) ;
  • utiliser des mots de liaison ;
  • intégrer des bullets points (liste à puces comme celle-ci ! ;-)) ;
  • vulgariser quand c’est possible ou nécessaire.

2 – Ne pas faire l’impasse sur le SEO

Vous avez l’habitude de me lire ? Désolée, je vous parle encore du SEO… Je veux faire de vous des rédacteurs et blogueurs au top donc je suis obligée d’aborder ce sujet. “Ecrire sur le web” rime aujourd’hui avec “contenu optimisé” (sauf si vous rédigez des e-books, des fiches pdf ou d’autres documents qui n’auront pas vocation à être indexés par Google).

Si vous ne l’avez pas encore lu, je vous invite à consulter mon article qui vous explique ce qu’est le SEO avec des mots simples.

Ecrire un article optimisé pour le référencement sur Google

Impossible d’écrire un article optimisé sans connaître certaines règles. La bonne nouvelle, c’est que je propose de nombreux posts sur ce sujet, vous êtes donc sur le bon blog !
Pour rappel, l’algorithme de Google choisit les pages qu’il met en avant dans les résultats de son moteur de recherche en fonction de la pertinence de leur contenu. Il se base pour cela sur les mots clés, le champ sémantique et la structure du texte (balisage HTML). Google prend également en compte la notoriété du site, le taux de rebond, le temps passé sur chaque page, l’engagement des internautes, le nombre de backlinks et bien d’autres paramètres… mais tout cela ne concerne pas les rédacteurs web !

Outils pour rédiger un article optimisé

J’ai déjà écrit un article sur ce sujet donc je ne développerai pas ici.

Sachez en tous cas que si vous ne vous sentez pas à l’aise avec le référencement naturel, vous pouvez vous aider d’outils SEO gratuits tels que Ubbersuggest, le simulateur Serp, la barre de recherche Google ou encore l’outil de planification de mots clés de Google.

3 – Comment écrire pour le web ? Proposer du contenu de qualité

La clé de la réussite est là, que vous soyez rédacteur web ou blogueur !

Proposer un contenu de qualité signifie :

  • utiliser un vocabulaire simple mais riche ;
  • livrer de vraies informations et astuces aux lecteurs ;
  • ne pas faire de “blabla”, c’est-à-dire du “mot pour mot” (même si vous êtes payé au mot !) ;
  • aller droit au but ;
  • éviter les répétitions (surtout dans une même phrase ou un même paragraphe !) ;
  • employer les adjectifs avec parcimonie (“magnifique”, “incroyable”, “époustouflant”, “merveilleux”… ça pique les yeux !) ;
  • bannir les phrases qui n’ont aucune valeur ajoutée (je vous ferai un article spécial avec des exemples de phrases horribles que je lis trop souvent sur le web !) ;
  • ne pas adopter un langage trop commercial, sauf si c’est demandé.

Cet article vous a plu ? N’oubliez pas de vous abonner et/ou d’aimer ma page Facebook, ça me fera teeeeellement plaisir ! 😉

Bonne rédac’ !

Lucie

  •  
    22
    Partages
  • 22
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *